Création d'entreprises : Casablanca-Settat a capté plus de 35% des créations d'entreprises personnes morales en 2018 [Rapport]    Omra : Lancement d'une application pour l'inscription    Terrorisme : le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Terrorisme : Une cellule armée entraînée en Iran et démantelée en Arabie saoudite    Le Maroc se distingue au Salon d'Istanbul de l'innovation avec 2 Médailles d'or et 2 Médailles d'argent    Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    ONU : Le Maroc et plus de 69 autres pays s'engagent en faveur de la biodiversité (vidéos)    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammedia: un Subsaharien interpellé dans une banque    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Brèves    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Article 1067742    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Le Liban, nouveau protectorat français ?    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Casablanca: trois individus soupçonnés d'escroquerie et organisation de l'immigration illégale interpellés    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maigre salaire et grosse déconvenue
Publié dans Libération le 11 - 08 - 2020

Doucoure Abdoulaye, jeune migrant malien, est aujourd'hui en chômage forcé. Il vient d'être licencié ainsi que ses quatre collègues, eux aussi migrants subsahariens en séjour irrégulier. Motif du licenciement : avoir osé demander à leur patron une attestation de travail.
« Il y a une année, j'ai commencé à travailler dans une société opérant à Kénitra en tant que soudeur métallier. Un boulot très difficile et dangereux puisqu'on travaille sans équipements adéquats pouvant garantir notre sécurité. Même l'eau potable n'existe pas sur le lieu de travail et je dois la ramener de chez moi tous les jours. Je travaille 44 heures par semaine du lundi au vendredi pour un salaire de 2.500 dirhams par mois. Dernièrement, j'ai demandé ainsi que des collègues à notre patron de nous fournir une attestation de travail, mais ce dernier a refusé catégoriquement de nous procurer quoi que ce soit même une attestation de stage et il a fini par nous mettre à la rue sans aucun droit à des indemnités. Pis, il nous a dit d'aller nous plaindre auprès de l'inspection du travail», souligne Doucoure Abdoulaye.
Pour ce dernier, cette expérience n'est pas la première et ne sera sûrement pas la dernière. « Je suis entré au maroc en 2016 via les frontières terrestres maroco-algériennes dans le but de traverser la Méditerranée, mais je n'ai pas réussi et j'ai décidé d'y rester. Depuis, j'enchaîne les boulots dans plusieurs secteurs et le constat est le même : de longues heures de travail, des salaires médiocres, des conditions de travail pénibles et des patrons qui détestent que l'on parle d'attestions de travail ou de stage », nous a-t-il confié. Et d'ajouter : « Il y'a trop de racisme. Les patrons nous exploitent et nous rappellent souvent qu'on n'est pas chez nous. Il suffit pour avoir une idée de comparer nos salaires et ceux de nos collègues marocains. Est-ce que vous croyez que les 2.500 DH que je touche par mois sont suffisants pour payer à la fois le loyer d'une chambre (900 DH par mois), le transport (220 DH par mois devenus 440 DH pendant le confinement) et envoyer de l'argent à ma famille chaque fin de mois ? ».
Pour Franck Iyanga, secrétaire général de l'ODT travailleurs immigrés au Maroc, ces manquements au Code du travail vis-à-vis des migrants sont une pratique récurrente même à l'égard des migrants en situation administrative régulière. « Ces derniers travaillent souvent dans les secteurs du bâtiment, d'artisanat, de pêche ou d'agriculture sans contrat de travail, sans protection sociale et sans avoir droit au SMIG. C'est de l'exploitation qui ne dit pas sans nom », nous a-t-il expliqué. Et de préciser : « Pour les migrants irréguliers, la situation est encore pire puisqu'ils doivent d'abord trouver du boulot et souvent, ils trouvent du travail dans le secteur informel où ils sont victimes de longues heures de travail, d'inégalités au niveau des salaires et de conditions de travail inappropriées. Bref, ils sont plus dans la contrainte qu'autre chose ».
Des transgressions qui vont à l'encontre des engagements du Maroc qui fut parmi les premiers signataires de la Convention internationale pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants et les membres de leurs familles dont l'article 25 stipule que « les travailleurs migrants doivent être traités comme les nationaux en ce qui concerne les rémunérations et les conditions de travail ».
Notre pays a signé également la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale qui souligne que « s'il est vrai que les Etats parties peuvent refuser d'offrir des emplois aux non-ressortissants démunis de permis de travail, tous les individus doivent pouvoir jouir de droits relatifs au travail et à l'emploi » ; et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, dont l'article 7 consacre « le droit qu'a toute personne de jouir de conditions de travail justes et favorables».
Franck Iyanga nous a indiqué, qu'en tant que syndicaliste, il reçoit beaucoup de plaintes en relation avec ces violations du Code du travail de la part de migrants en séjour régulier tout comme ceux qui sont en séjour irrégulier. « Nous sommes souvent appelés à intervenir pour trouver une issue à ces différends entre les patrons et les salariés migrants. Et dans beaucoup de cas, on trouve une issue à l'amiable. Dernièrement, nous avons pu résoudre l'affaire d'un migrant qui n'a pas été payé par son patron tout au long des mois de confinement. En fin de compte, son patron a accepté de tout payer à l'amiable. Parfois, et face à la réticence d'un patron récalcitrant, on fait appel à l'inspection du travail », nous a-t-il affirmé. Et de conclure : « Quant à la voie judiciaire, elle reste encore tortueuse vu la lenteur des procédures qui contraignent plusieurs migrants à abandonner l'affaire après quelques mois de son instruction. A rappeler que cette voie judiciaire n'est pas permise aux migrants irréguliers puisque la loi 02-03 relative à l'entrée, au séjour des étrangers au Maroc, à l'émigration et l'immigration clandestine, interdit aux personnes résidant irrégulièrement d'accéder au marché formel de l'emploi et d'obtenir un contrat de travail en bonne et due forme».
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.