PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Haj Lamssadek jdidi entre authenticité et modernisme    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course au vaccin bat son plein
Publié dans Libération le 12 - 08 - 2020

L'information a agité l'actualité plus que de raison, pourtant, elle ne le mérite pas vraiment. Hier, l'un des hommes politiques les plus puissants du monde, Vladimir Poutine pour ne pas le citer, a annoncé que son pays avait développé le « premier » vaccin contre le nouveau coronavirus. D'ailleurs, une autorisation réglementaire de développement a été accordée par le ministère de la Santé russe à l'Institut Nikolaï Gamaleïa, un centre de recherche d'Etat en épidémiologie et microbiologie situé à Moscou.
Si l'on en croit Tatiana Golikova, la vice-première ministre en charge des questions de santé, l'espoir est permis : « On commencera dans les semaines à venir la vaccination des personnels médicaux, puis des enseignants». Le reste de la population devrait être vacciné à partir de sa mise en circulation, le 1er janvier 2021, selon le registre national des médicaments du ministère de la Santé, consulté par les agences de presse russes. Comme quoi, finalement, la sortie médiatique de Vladimir Poutine tient plus de l'effet d'annonce que de la bonne nouvelle, le vaccin étant d'ores et déjà attendu pour début 2021 et pas uniquement celui mis au point par les Russes.
En tout cas, en attendant un deuxième vaccin, en cours de conception au Centre étatique de recherches Vektor (en Sibérie), lequel fera également l'objet d'essais cliniques qui doivent être achevés en septembre, le premier dont l'immunité sera à durée limitée , baptisé « Spoutnik V» (V comme vaccin) en référence au satellite soviétique qui fut le premier engin spatial sur orbite, a déjà fait des émules. « Plus de 20 millions de doses ont été précommandées par 20 pays étrangers », a affirmé le président du fonds souverain russe impliqué dans son développement, Kirill Dmitriev, tout en révélant que la phase 3 des essais commence aujourd'hui avec des tests cliniques aux Philippines. Une phase indispensable dans son développement pour déterminer son innocuité et son efficacité. Elle intervient deux mois après l'autorisation réglementaire de développement. Et si elle s'avère concluante, elle pourrait ouvrir la voie à l'utilisation à grande échelle de ce vaccin par la population russe. Un processus qui tranche avec l'optimisme démesuré du chef d'Etat Vladimir Poutine. « Je sais qu'il est très efficace, qu'il permet de développer une forte immunité et, je le répète, il a passé tous les tests nécessaires», a-t-il assuré. En guise d'argumentaire, il avoue que le vaccin a été administré à l'une de ses filles. Mais on n'est pas obligé de le croire sur parole. Car ce serait vraiment étonnant qu'il prenne autant de risque, surtout avec sa propre fille, à moins qu'il ne l'apprécie pas trop, alors que jusqu'à présent, la Russie n'a publié aucune étude détaillée des résultats de ses essais permettant d'établir l'efficacité des produits qu'elle dit avoir développés. Sans surprise, l'OMS s'est montrée pour le moins dubitative lorsqu'au début du mois d'août, la Russie annonçait que son vaccin était presque prêt. Pour l'organisation onusienne, « tout produit pharmaceutique doit être soumis aux différents essais et tests avant d'être homologué pour son déploiement » soulignant l'importance du respect de « lignes directrices et directives claires en matière de développement de vaccins ». Ce rappel à l'ordre intervient alors que des scientifiques avaient été critiqués pour s'être personnellement injectés leur prototype de vaccin, au mépris des protocoles habituels et convenus.
Le vaccin russe qui s'appuie sur un vecteur viral, utilisant comme support un autre virus qui a été transformé et adapté pour combattre le Covid-19, est donc loin d'acquérir une crédibilité à toute épreuve. D'autant que son origine est douteuse. En juillet, les services de renseignement britanniques, canadiens et américains n'avaient pas hésité à accuser leurs homologues russes d'avoir tenté de pirater plusieurs centres de recherche qui travaillent sur des vaccins contre le Covid-19 dans ces trois pays. Et puis que dire de Tedros Adhanom Ghebreyesus, le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Soit il déprime et broie du noir, soit il est tout simplement réaliste et pragmatique, voire même fataliste. Lors d'une conférence de presse, il a affirmé sans ciller qu'il n'y a pas « de solution miracle pour le moment contre le Covid-19 et qu'il pourrait ne jamais en avoir ». Mais en parallèle, il explique que « les travaux sur l'immunisation progressaient. Un certain nombre de vaccins sont actuellement en phase 3 des essais cliniques, et nous espérons disposer d'un certain nombre de vaccins efficaces qui peuvent aider à prévenir l'infection».
A la lumière de toutes ces contradictions, bien malin qui peut dire où se situe la vérité. En revanche, une chose est sûre, le nouveau coronavirus continue de faire des ravages aux quatre coins de la planète. Plus de 20 millions d'infections au Covid-19 ont été enregistrées. Le nombre de décès a dépassé 700.000. Les deux chiffres donnés par l'université américaine Johns Hopkins prouvent que le vaccin est très attendu, mais pas à n'importe quel prix pour l'Organisation mondiale de la santé. Dilemme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.