Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





E.E.P gloutons : Benchaâboun soucieux de mettre de l'ordre dans ces établissements et entreprises publics budgétivores pour pas grand-chose
Publié dans Libération le 13 - 08 - 2020

Mohamed Benchaâboun veut remodeler les établissements et entreprises publics (EEP). Son objectif est de les transformer en des organismes regroupés sous forme de pôles plus spécialisés et plus efficients (industrie, mines, transport et logistique, finances...). Mieux, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration ambitionne de faire disparaître nombre d'organismes publics dont les missions sont achevées mais qui continuent à engloutir de l'argent public.
«Si cette initiative peut être considérée comme importante, il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'un dossier épineux qui remonte à plusieurs années. Ce dossier a déjà fait l'objet de rapports de la Cour des comptes et du CESE.
A rappeler également que lors du Printemps arabe, plusieurs voix se sont levées pour évoquer le problème de la gouvernance de ces EEP », nous a indiqué Hicham Attouch, professeur d'économie à l'Université Mohammed V Agdal de Rabat, qui estime, cependant, que cette sortie de Mohamed Benchaâboun suscite moultes questions. D'abord au niveau de son timing. «La rapidité avec laquelle cette initiative a été mise sur l'agenda public laisse perplexe puisqu'elle intervient quelques jours seulement après le discours du Trône qui a appelé au lancement d'une réforme profonde du secteur public afin de corriger les dysfonctionnements structurels des établissements et des entreprises publics et de garantir une complémentarité et une cohérence optimales entre leurs missions respectives et, in fine, rehausser leur efficience économique et sociale», nous a-t-il précisé. Et de poursuivre : «Cette rapidité suscite la question des études de faisabilité sur lesquelles s'est basé le ministre des Finances avant de lancer son initiative. Soit ces études existent déjà, soit l'initiative a été prise à la hâte», nous a-t-il indiqué.
Ensuite, au niveau de son sens profond, notre source se demande si l'argentier du Royaume compte procéder à un simple remembrement des EEP ou s'il s'agit plutôt d'une fusion stratégique. «Serons-nous face aux mêmes structures avec une seule direction ? Va-t-on plutôt se diriger vers la création d'une nouvelle entité ou vers la prise de contrôle d'une entreprise par une autre ? A rappeler qu'en 2014, le Maroc avait initié l'expérience du regroupement des universités de Casablanca et Rabat qui s'est soldée par la préservation des mêmes structures et la mise en place d'une seule direction. A rappeler également, qu'en 2001, il y a eu l'idée de regrouper les établissements publics de la protection sociale en un seul organisme et que rien n'a été fait pour concrétiser ce projet».
Il y a également la question du sort qui sera réservé aux employés de ces EEP et des conditions de l'opérationnalisation de leur remodelage. «Benchaâboun n'a rien clarifié concernant ces deux points même s'il a assuré que les effectifs de ces EEP seront redéployés dans l'administration publique. En effet, ces derniers ont un statut particulier et ne sont pas considérés comme les autres fonctionnaires de l'Etat», nous a précisé notre source.
Enfin, au niveau de la finalité de cette réorganisation des EEP, notre interlocuteur se demande si cette volonté de remodeler les EEP ne prépare pas le terrain vers un nouveau partage des rôles entre les secteurs public et privé ou plutôt vers un retrait de l'Etat des secteurs où il a le monopole. En fait, Hicham Attouch pense qu'il y a du changement au niveau du rôle de l'Etat. Il observe que l'Etat assume, aujourd'hui, de plus en plus un rôle stratégique en occupant peu à peu moins d'espace.
Hicham Attouch, pense, enfin, qu'au-delà de toutes ces questions, aucune réforme des EEP n'est possible ou envisageable sans une véritable réforme de l'administration qui doit accompagner ce changement de cap. En effet, la question de l'efficience et de la compétitivité de l'administration publique se pose avec acuité puisque la valeur et l'efficacité des administrations publiques se mesurent aujourd'hui à l'aune de leur contribution au renforcement de la compétitivité de leurs pays respectifs et à les mettre en capacité de livrer la rude bataille de captation des investissements, des compétences et des capitaux. Cette efficacité dépend aussi de l'aptitude des organes administratifs à ouvrir de nouvelles perspectives de développement économique et social et à créer des opportunités d'emploi, notamment au profit des jeunes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.