Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Vers une alternance consensuelle ?    La jeunesse du PJD veut la tête de Mohamed Amekraz    Voici les villes marocaines qui abritent le tiers des réfugiés (ENQUETE)    Pour une stratégie d'identité visuelle    Tebboune. Ah, ce Maroc que je ne saurais tolérer    Vidéo choc. Des morts comptés Covid qui scandalisent les familles    Covid-19. Les Chinois nous piquent bien    Settat: le covid-19 force un lycée à adopter l'enseignement à distance    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    Violence faite aux femmes. Un film choc    BLADI SUMMER TOUR. Une édition 2020 en ligne    Dubaï. Mohamed Melehi expose « New waves » à Al Circel    Un comédien marocain met fin à sa carrière (PHOTO)    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    Algérie : un journaliste libéré après plus d'un an de détention    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Fès : un brigadier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Le ministère de l'éducation nationale et le CESE signent une convention-cadre pour le partage d'expériences et de données    Saisie d'une tonne de chira près d'Errachidia    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 24 septembre    Investissements: les USA saluent les efforts du Maroc    Officiel: Luis Suarez rejoint l'Atletico Madrid    BERD-CAM : Une alliance pour booster le commerce extérieur    Test PCR: comment Fès fait face à la pandémie    Covid-19 : Gare aux séquelles neurologiques !    ENTRETIEN/ Entreprises. La transformation digitale devient obligatoire    Blanchiment de capitaux : 390 affaires enregistrées en 2019 et 2020    Wafa assurance: chute du résultat net (premier semestre 2020)    Un PPP pour améliorer le système de santé    WAC-Raja, un choc déterminant dans la course au titre    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    Enrichissement illicite Détails de la proposition de l'USFP    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    France: la Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Amekraz dans la ligne de mire de la jeunesse du PJD    La terre a tremblé mardi au Nord du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le retour des castors
Publié dans Libération le 13 - 08 - 2020

La première population sauvage de castors en Angleterre depuis 400 ans va pouvoir rester dans l'Otter, une rivière du Devon (sud-ouest), a annoncé jeudi le gouvernement britannique, réjouissant certains amis de la nature mais inquiétant les pêcheurs.
Selon Peter Burgess, responsable de l'organisme local chargé de la préservation de la vie sauvage, le Devon Wildlife Trust, il s'agit de la décision la plus marquante en la matière "pour une génération".
"Les castors sont les ingénieurs de la nature et ont une capacité inégalée pour insuffler une nouvelle vie à nos rivières et à nos zones humides. Leurs bienfaits se feront sentir dans l'ensemble de nos campagnes, par la faune et les hommes", a-t-il souligné.
Chassés pour leur fourrure, leur viande et leurs glandes produisant une sécrétion huileuse odorante, le castoréum, utilisée pour produire des arômes alimentaires, ces bâtisseurs avaient disparu des rivières britanniques.
Après la découverte d'une famille en 2013 et un programme de réintroduction en 2015, 15 familles ont désormais élu domicile dans le cours d'eau. Les rongeurs, exclusivement végétariens et qui peuvent peser jusqu'à 20 kilos, y ont bâti 28 barrages.
Une étude menée sur cinq ans par l'Université d'Exeter a mis en évidence les vertus de la présence des castors pour améliorer biodiversité et qualité de l'eau, mais aussi lutter contre les inondations. Ils représentent également un intérêt pour le tissu économique local grâce au tourisme.
De son côté, l'association des pêcheurs, selon laquelle les castors ont à l'origine été introduits "illégalement", a dénoncé l'empressement du gouvernement à les autoriser à rester.
Selon Mark Owen, responsable eau douce au sein de l'Angling Trust, "de sérieuses inquiétudes demeurent" sur l'impact de la présence des castors sur "des espèces de poissons migrateurs protégés, telles que le saumon et la truite de mer".
"Nous sommes déçus" que le gouvernement "n'ait pas attendu notre rapport avant de prendre cette décision", a-t-il ajouté, déplorant que le ministère "ait décidé de favoriser une espèce introduite par rapport à des espèces déjà présentes et qui ont désespérément besoin d'être davantage protégées".
Des programmes de réintroduction existent également dans le sud de l'Angleterre ou encore en Ecosse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.