Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Vers une alternance consensuelle ?    La jeunesse du PJD veut la tête de Mohamed Amekraz    Voici les villes marocaines qui abritent le tiers des réfugiés (ENQUETE)    Pour une stratégie d'identité visuelle    Tebboune. Ah, ce Maroc que je ne saurais tolérer    Vidéo choc. Des morts comptés Covid qui scandalisent les familles    Covid-19. Les Chinois nous piquent bien    Settat: le covid-19 force un lycée à adopter l'enseignement à distance    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    Violence faite aux femmes. Un film choc    BLADI SUMMER TOUR. Une édition 2020 en ligne    Dubaï. Mohamed Melehi expose « New waves » à Al Circel    Un comédien marocain met fin à sa carrière (PHOTO)    Mali : la Cédéao pourrait acter vendredi une levée des sanctions    Présidentielle américaine : Donald Trump peu enthousiaste à l'idée d'une passation pacifique du pouvoir    Algérie : un journaliste libéré après plus d'un an de détention    À Washington, derniers hommages à la juge Ruth Bader Ginsburg avant la bataille politique    Fès : un brigadier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un individu dangereux    Le ministère de l'éducation nationale et le CESE signent une convention-cadre pour le partage d'expériences et de données    Saisie d'une tonne de chira près d'Errachidia    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 24 septembre    Investissements: les USA saluent les efforts du Maroc    Officiel: Luis Suarez rejoint l'Atletico Madrid    BERD-CAM : Une alliance pour booster le commerce extérieur    Test PCR: comment Fès fait face à la pandémie    Covid-19 : Gare aux séquelles neurologiques !    ENTRETIEN/ Entreprises. La transformation digitale devient obligatoire    Blanchiment de capitaux : 390 affaires enregistrées en 2019 et 2020    Wafa assurance: chute du résultat net (premier semestre 2020)    Un PPP pour améliorer le système de santé    WAC-Raja, un choc déterminant dans la course au titre    Employabilité des jeunes: Lydec et TIBU s'allient    Enrichissement illicite Détails de la proposition de l'USFP    Jilali Gharbaoui, hommage à un artiste consumé par sa passion    Retour probable de Munir El Haddadi en sélection: qu'en pensent les Marocains (VIDEO)    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Auto Info : Michael Jordan achète une écurie Nascar    Sofiane Boufal à la croisée des chemins    El Yamiq opte pour Valladolid !    Achraf Hakimi brille déjà sur les pelouses italiennes    France: la Tour Eiffel évacuée après une alerte à la bombe    La Chine et les Etats-Unis s'écharpent à l'ONU    Régulateurs des médias: La HACA a un nouveau allié en Afrique    Amekraz dans la ligne de mire de la jeunesse du PJD    La terre a tremblé mardi au Nord du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition
Publié dans Libération le 13 - 08 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/48951411-38231906.jpg?v=1597244981" alt=" Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition" title=" Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/48951411-38231906.jpg?v=1597244982" alt=" Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition" title=" Hassan Diab, le "professeur", jette l'éponge après des crises à répétition" /
Le Premier ministre libanais Hassan Diab, qui a présenté lundi la démission de son gouvernement, est un universitaire sans assise populaire qui a dû affronter un soulèvement, une faillite économique et la pandémie avant de déclarer forfait après l'explosion au port de Beyrouth.
Ce sexagénaire sans grande expérience politique clamait son indépendance lorsqu'il a été nommé en décembre 2019, deux mois après l'éclatement du soulèvement populaire qui avait poussé Saad Hariri à la démission.
Peu connu du grand public, l'enseignant en ingénierie de 61 ans à l'Université américaine de Beyrouth (AUB) a formé son gouvernement de "technocrates" en janvier, après de longues semaines de tractations.
Il avait promis un nouveau style de gouvernement mais il a été accusé par ses détracteurs d'être soumis au parti du président Michel Aoun, le Courant patriotique libre, et son allié indéfectible, le puissant Hezbollah pro-iranien.
Hassan Diab n'a pas su convaincre l'opinion, même si le mouvement de contestation -ou tout du moins une partie-, était prêt à lui accorder une chance.
De l'aveu même de ses soutiens, son caractère "obstiné" ne l'a pas aidé à se forger une popularité auprès du mouvement de contestation, qu'il avait pourtant qualifié d'"historique", saluant "le peuple libanais (...) uni pour défendre ses droits à une vie libre et digne".
Peu après son entrée en fonction, la colère grondait de nouveau au sein d'une population confrontée à une pandémie dans un pays en plein naufrage économique, qui a fait défaut sur sa dette et n'est pas parvenu à négocier un plan de sauvetage avec le Fonds monétaire international (FMI).
Puis après l'explosion dévastatrice mardi dernier de grosses quantités de nitrate d'ammonium stockées depuis des années dans le port de Beyrouth, beaucoup de Libanais ont de nouveau dénoncé la corruption et l'incompétence de leurs dirigeants, y compris M. Diab, qu'ils accusent d'être responsables du drame.
Lundi, sous la pression de la rue et après plusieurs jours de manifestations de colère, le Premier ministre a annoncé la démission du gouvernement.
Dans un discours à la nation, il a accusé la classe politique d'être la cause de ses échecs et dénoncé la "corruption" ayant conduit à "ce séisme qui a frappé le pays".
Après son départ du poste de ministre de l'Education (2011-2014), Hassan Diab était resté à l'écart des projecteurs, le professeur aux cheveux noirs soigneusement peignés se présentant sur son site Internet comme "l'un des rares ministres technocrates depuis l'indépendance".
Mais, au sein du mouvement de contestation populaire, on l'a également critiqué pour avoir participé à un gouvernement incompétent et corrompu entre 2011 et 2014.
D'autres avaient attaqué un volumineux ouvrage vantant ses mérites et son bilan de ministre, qu'il avait fait publier par le ministère de l'Education après son départ.
Père de trois enfants, il a obtenu en 1985 un doctorat en génie informatique à l'Université de Bath, au Royaume-Uni.
Il a occupé plusieurs postes à l'Université américaine de Beyrouth, dont celui de vice-président, depuis qu'il y est entré en tant que professeur assistant à l'âge de 26 ans.
Un différend l'a cependant opposé, après sa nomination au poste de Premier ministre, à la direction de l'université au sujet d'arriérés non payés, suscitant, en plein naufrage économique, de nombreuses critiques dans le pays.
Défenseur d'une réforme du système éducatif au Liban, il a signé plusieurs ouvrages et articles universitaires sur le sujet.
"Je suis sûr que la solution à la plupart des défis économiques, sociaux, financiers ou encore liés au chômage, repose sur l'éducation sous toutes ses formes", écrit-il encore sur son site Internet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.