Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après des mois de campagne en sourdine, Biden suit Trump dans l'arène
Publié dans Libération le 04 - 09 - 2020

Deux jours après Donald Trump, Joe Biden s'est rendu jeudi à Kenosha pour "panser les plaies" de cette ville de l'Etat-clé du Wisconsin récemment secouée par des émeutes, signal que le candidat démocrate à la Maison Blanche descend finalement dans l'arène après des mois d'extrême prudence.
Pas de doute, le vétéran de la politique veut passer à la vitesse supérieure. Après des mois de confinement à cause de la pandémie, il avait fait lundi son premier voyage officiel en avion pour se rendre à Pittsburgh, dans un autre Etat clé, la Pennsylvanie. Et mercredi, il a accepté des questions de journalistes pour la première fois depuis des semaines, dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.
Son rival, lui, multiplie les déplacements à deux mois de l'élection présidentielle du 3 novembre. Il était mercredi dans une autre Wilmington, en Caroline du Nord. Et Donald Trump 74 ans, ironise régulièrement sur le manque d'"énergie" de Joe Biden, 77 ans. "J'aimerais sortir plus mais je pense qu'un président a la responsabilité de donner l'exemple" en respectant les mesures de précaution pour éviter la propagation du nouveau coronavirus, a déclaré Joe Biden, interrogé à ce sujet mercredi.
C'est après consultations de ses experts médicaux que l'ancien viceprésident de Barack Obama a donc décidé de se rendre jeudi à Kenosha. Ville côtière du grand lac Michigan, elle a connu des nuits d'émeutes la semaine dernière après les graves blessures infligées par la police à Jacob Blake, un Afro-Américain sur lequel un agent a fait feu à sept reprises lors d'une interpellation filmée.
Ces images ont ravivé la vague historique de colère contre le racisme et les brutalités policières aux Etats-Unis. Et suscité des réactions aux antipodes chez Donald Trump, qui tient un discours sécuritaire, et Joe Biden. "Nous devons panser les plaies", a déclaré le démocrate lors d'une conférence de presse. L'objectif de sa visite? "Rassembler les gens (...) être une influence positive". Il rencontrera des responsables locaux et habitants, puis son épouse Jill Biden fera avec lui une autre "étape locale" dans le Wisconsin, qui n'a pas encore été précisée. Donald Trump avait créé la surprise en 2016 en remportant de peu cet Etat du Midwest, où sa rivale Hillary Clinton n'avait pas fait campagne.
Cette fois, tous les regards sont tournés vers le Wisconsin. Martelant son mot d'ordre de campagne, rétablir "la loi et l'ordre", le républicain a visité dès mardi Kenosha, contre l'avis du maire et du gouverneur démocrates qui craignaient un nouvel embrasement.
A un journaliste qui lui demandait s'il ne craignait pas aussi d'aggraver les tensions, Joe Biden a répondu qu'il avait reçu de "nombreuses demandes" de responsables locaux. Donald Trump a inspecté les ruines de commerces brûlés, remercié la police et assimilé à du "terrorisme intérieur" les manifestations violentes. Mais il n'a pas nommé Jacob Blake.
Hospitalisé depuis le 23 août, cet Afro-américain de 29 ans a la moitié inférieure du corps paralysée. La tension après sa mort a culminé le 25 août quand un jeune homme de 17 ans a tiré au fusil semi-automatique, dans des circonstances floues, sur trois manifestants, faisant deux morts. Son arrestation le lendemain a ramené un calme précaire.
Donald Trump a refusé de condamner les actes de ce jeune homme, Kyle Rittenhouse, inculpé pour meurtre avec préméditation. Accusé par le républicain de tolérer les violences, Joe Biden est passé plus résolument à la contreoffensive cette semaine. "Manifester c'est un droit" mais "les violences, incendies, pillages" sont intolérables, martèle-t-il.
Contrairement à son rival, il dénonce sans relâche le "racisme institutionnel" aux Etats-Unis et s'est entretenu dès la semaine dernière avec la famille de Jacob Blake. Joe Biden mène Donald Trump dans la moyenne des sondages nationaux mais l'écart est plus serré dans les Etats-clés. Alors qu'il partait avec un sérieux retard financier sur le président sortant, le démocrate affiche désormais des comptes florissants. Il a annoncé mercredi avoir récolté 364,5 millions de dollars en août, dont 205 millions en petites donations sur Internet. Soit "le meilleur mois de levées de fonds en ligne de l'histoire politique américaine".
Bien conscients de l'importance du Wisconsin, les démocrates avaient choisi d'organiser cet été leur convention d'investiture de Joe Biden dans sa plus grande ville, Milwaukee. Mais elle a finalement été rendue entièrement virtuelle en août, à cause de la pandémie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.