Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Marocains du monde : des concertations pour étudier les moyens de fournir un logement    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Grippe saisonnière: Vaccin, vers un remake de la « piraterie » dans les aéroports?    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Clusters dans les mosquées: la mise en garde d'un responsable    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    La journaliste Kaima Belouchi endeuillée    Evolution du coronavirus au Maroc : 3256 nouveaux cas, 215.294 au total, vendredi 30 octobre à 18 heures    Al Hoceima : Un couvre-feu nocturne et de nouvelles mesures à partir de dimanche soir    Séisme : Des morts et blessés à l'ouest de la Turquie    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Réseau FCA Morocco : La Continentale s'implante à Dar Bouazza    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haj Lamssadek jdidi entre authenticité et modernisme
Publié dans Libération le 25 - 09 - 2020

Le sieur Abdessadek Serghini dit Haj Lamssadek est un ancien notable de la cité d'El Jadida pendant le Protectorat et au temps de l'Indépendance. Comme son nom l'indique, son père Haj Abbès Serghini, originaire de Kelaâ des Sraghna, s'était établi à El Jadida déjà au XIXème siècle. Haj Abbès se fit connaître notamment par ses actions de bienfaisance et sa participation aux opérations de circoncision des orphelins et des aides apportées aux nécessiteux lors de la famine des années 1940.
Son fils Haj Lamssadek naquit en 1896 et décéda à El Jadida en 1982 à l'âge de 86 ans. Il a appris le coran en tant qu'élève du cheikh Sidi Ahmed Benlafkih puis de son fils le savant Si Mohammed Hattab. Grâce à son érudition, il devint secrétaire du pacha Si Allal El-Kasmi au temps du Protectorat. Il fut parmi les quatre ou cinq notables qui visitèrent la France en 1934. Il fit alors son pèlerinage à La Mecque et de là visita la Palestine, Beyrouth et Damas.
J'avais une douzaine d'années quand j'ai vu de près Haj Lamssadek pour la première fois. C'était en 1963 ou 64, quand, de notre sania sur la route dite de l'aérodrome à El Jadida, nous voyions mon père et moi presque quotidiennement passer la calèche de Haj Lamssadek sur le chemin menant au douar Haj Abbès.
A l'époque, la ville d'El Jadida s'arrêtait net aux villas du quartier du Plateau. Juste au pied de la dernière villa, sur l'avenue Ibn Toumert, commençait la pleine campagne. Les personnalités aisées, dont Haj Lamssadek, possédaient des sanias ou des azibs dans la banlieue où elles se rendaient en calèche avec cocher. Ces azibs, domaines agricoles, grands ou petits, étaient confiés à des agriculteurs "rebaâ" du douar Ababda qui s'en occupaient. Certains descendants habitent toujours le même douar sur les terres que Haj Abbès avait données à leurs parents. Haj Lamssadek avait hérité cet azib de son père Haj Abbès Serghini.
Selon le témoignage de feu Mohammed Serghini, fils de Haj Lamssadek, paru dans mon livre « Souvenirs marocains, El Jadida au temps du Protectorat », la possession d'une calèche faisait partie des signes d'aisance et dit-il « à El Jadida il n'y avait que trois calèches dont l'une appartenait à mon père, la deuxième à Si Ahmed Berkaoui et la troisième à Si Moussa Chiâyra ». Au début de l'Indépendance, les taxis étaient presque inexistants et, même après, ils ne pouvaient emprunter la route de l'aérodrome. Quelques années plus tard, Haj Lamssadek remplaça sa calèche par une voiture Simca Etoile qu'il conduisait lui-même.
C'est donc à cette époque que nous regardions passer Haj Lamssadek dans sa calèche vers son azib familial. Cette visite lui permettait de s'enquérir de son domaine et d'y apport e r éventuellement du lait frais ou d'autres produits agricoles. Il s'installait à l'arrière tenant le journal à la main. Seules les personnalités lettrées lisaient le journal à l'époque et c'était généralement le quotidien de l'Istiqlal, Al-Alam.
Quand il y avait un décès d'un habitant de la route de l'aérodrome, mon père s'occupait de la liste des donateurs afin de collecter un montant suffisant pour l'enterrement et la cérémonie du défunt. Les gens donnaient quelques dirhams chacun selon ses moyens. Mais c'était sans compter sur la participation généreuse de Haj Lamssadek. Comme les gens du douar respectaient beaucoup Haj Lamssadek, ils ne pouvaient, même pour une bonne cause, l'importuner ou arrêter sa calèche. Cette mission délicate était confiée à un seul homme : mon père.
Ce dernier connaissait bien Haj Lamssadek et son fils Si Mohammed Serghini qui étaient ses voisins sur la place Moulay Hassan et ses environs. Ce qui facilitait les contacts, c'était aussi le fait que le chemin par où passait le véhicule de Haj Lamssadek longeait, sur plus de deux cents mètres, les champs de mon père. Nous étions alors, mon père et moi, très attentifs au passage du Haj, d'autant qu'à l'époque, la vue était totalement dégagée sur plus de deux km et, vers dix heures, on voyait de loin la calèche qui arrivait et on se mettait donc à l'attendre.
Arrivé à notre hauteur, mon père faisait signe de la main au cocher qui arrêtait le cheval. Mon père avançait et saluait Haj Lamssadek avec beaucoup de respect puis lui faisait part du décès survenu. Pour bien entendre, Haj Lamssadek ajustait comme il faut son appareil d'audition que seules les personnes de son rang pouvaient s'offrir à l'époque. Il lui présentait ensuite la liste des donateurs. Haj Lamssadek lisait les noms inscrits puis sortait son stylo et y ajoutait son nom. Il sortait de son cartable un billet ou deux qu'il remettait à mon père en demandant la clémence de Dieu pour le défunt. Puis le véhicule continuait son chemin vers douar Haj Abbès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.