Coupe de la CAF: on connaît l'adversaire de Berkane en finale    Enseignant décapité en France: les derniers éléments de l'affaire    Vents poussiéreux et aveuglants s'abattent sur Settat (VIDEO)    Subvention des projets artistiques : El Ferdaous fait le point    Le roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de feu maître Ahmed Dghrni    Coronavirus : Casablanca, Rabat, Tanger, Marrakech…la situation dans chaque ville    Maroc. L'école, un enjeu vital    Quatre tonnes de résine de cannabis saisies près d'Al-Hoceima    Investissements publics. Ce que prévoit le gouvernement pour2021    Tennis : Lajovic, Rublev et Zverev, le tiercé gagnant    Présidentielle US : Insultes, attaques, tous les coups seraient-ils permis en campagne ?    Les Etats-Unis saluent le leadership de S.M le Roi dans les questions d'intérêt commun    L'ONMT donne un coup d' accélérateur à son plan de relance touristique national    La FIFA inaugure un programme exécutif de lutte contre le dopage    Diego Costa absent face au Bayern    Larbi Naji, fidèle combattant de Berkane    L'Alliance du Pacifique réitère son appui au Plan d'autonomie au Sahara    Installation de la Commission des droits de l'Homme de Fès-Meknès    Moscou prêt à un gel russo-américain du nombre de têtes nucléaires    Athènes demande à l'UE d'examiner la suspension de l' union douanière avec Ankara    Asha, la nouvelle révélation marocaine de la chanson espagnole    El Jadida : Une mineure dénonce son père incestueux    Sahara marocain : Le «Polisario» poursuit ses provocations sous le regard de la MINURSO    Scandale de l'arbitrage : le Raja se plaint auprès de la CAF    Covid-19, pas de vaccin avant 2021    Il existerait six types différents de coronavirus [Etude]    Projet de loi de finances : ce qui est prévu pour la Santé    Convention entre Rabat et Madrid pour lutter contre la criminalité    Atlantic Free Zone. MEDZ et DMA signent pour une extension    Marrakech: le musée Yves Saint Laurent rouvre ses portes    Institut français du Maroc : le post-Covid-19 sera digital !    Les mesures restrictives prolongées à Jerada    Le match Zamalek-Raja sera-t-il reporté ? Les explications d'un ancien membre de la CAF    JESA en mission pour la réalisation d'une Cité Olympique à Abidjan    Benabdallah: «le quotient électoral n'est pas du tout une obsession des Marocains»    Relance économique: des mesures fiscales pour contrecarrer les répercussions du covid    Tourisme: l'ONMT passe à la vitesse supérieure    Un colloque dédié au secteur de la presse à l'initiative de l'ANME    Débat du siècle. Combattre l'économie turque mène en enfer    Le PLF-2021, un projet réaliste qui tient compte des «capacités objectives»    IDE : le Maroc s'accapare la 9ème place dans la région MENA en 2019 [Rapport]    Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Boujemaâ Lakhdar, le maître    Le Maroc récupère 25.500 pièces archéologiques rares    Cinemed. Les films marocains cartonnent au festival de Montpellier    "La lecture, acte de résistance": «Un élan de solidarité citoyenne pour sauver le livre»    Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta
Publié dans Libération le 27 - 09 - 2020


Les participants à une conférence organisée dans le cadre de la 19è édition du Festival national de l'Aita ont plaidé, vendredi soir, en faveur de la création d'une Fondation qui aura pour mission d'assurer une gestion professionnelle de cette manifestation culturelle d'envergure. La création d'une telle structure est de nature à promouvoir ce style musical et conférer à ce festival une dimension internationale, ont-ils expliqué lors de cette rencontre initiée sous le thème "Une pause de réflexion sur le festival de l'Aita" et marquée par la participation de chercheurs et spécialistes des questions du patrimoine, ainsi que de responsables du secteur culturel dans la région Marrakech-Safi. Pour Abderrahim El Atri, professeur de sociologie et d'anthropologie à l'Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès, la mise en place d'une Fondation du festival permettra, sans nul doute, de promouvoir ce genre artistique et de le faire sortir de la "marginalisation", dont il a longtemps souffert. Dans ce contexte, il a mis en exergue le rôle de cet art durant la résistance contre le protectorat, un rôle qui reste encore méconnu, notant que les recherches et études demeurent encore rares sur ce genre artistique qui a longtemps été "marginalisé et associé à la culture de la luxure". Ce chercheur a souligné que l'Aita est une expression artistique sublime, car faisant appel à plusieurs genres artistiques à la fois (poésie, théâtre, danse, chansons). Après avoir noté que "l'Aita a été longtemps lié à la campagne et aux marges et de ce fait, considéré comme un genre artistique n'ayant pas de place dans les villes, ce chercheur a estimé que le retour au local, la réconciliation avec le passé et avec notre patrimoine authentique et l'investissement dans le culturel, constituent une soupape de sécurité contre les impacts négatifs de la mondialisation. Dr. El Atri a, en outre, appelé à lutter contre tous les stéréotypes entourant ce genre, se félicitant de l'intégration de l'aita dans les sitcoms, une initiative qui a été très appréciée par le public, qui commence, désormais, à se familiariser avec ce genre musical et à fredonner ses paroles. Tout en relevant que ce genre est encore en quête de valorisation, il a estimé que cette dernière commence par le plaidoyer de ce genre artistique à travers les partenariats avec les universités. De son côté, Ahmed Ferdaous, journaliste et chercheur en patrimoine, est revenu sur les difficultés rencontrées lors du coup d'envoi de la première édition de ce festival, notant que ce projet culturel, qui est venu enrichir la carte des festivals nationaux, est un acquis qu'il faut préserver en lui garantissant la pérennité. M. Ferdaous a focalisé son exposé sur la gestion médiatique du festival national de l'Aita, mettant en exergue la relation intime entre l'art de l'Aita et la Tbourida et la chevalerie. Dans la foulée, il a mis en relief le rôle de cet art dans la résistance contre le colonialisme, relevant que ce style musical ancestral a relaté toutes les épopées historiques du Maroc. Dans son intervention, le directeur régional de la Culture à Marrakech-Safi, Azouz Boujamid, a abordé la place de l'art de l'aita dans le patrimoine immatériel du Royaume ainsi que les perspectives de la classification de l'art de l'aita en tant que patrimoine immatériel de l'UNESCO. Après avoir passé en revue les critères mis en place par l'UNESCO pour intégrer un style dans la liste du patrimoine immatériel universel, il a fait savoir que le ministère de tutelle a entamé l'étape de l'inventaire, transcription et la classification de l'aita. Dans ce contexte, il a relevé que l'intégration de ce patrimoine dans la liste des patrimoines de l'UNESCO reste tributaire de l'implication de tous les acteurs et intervenants concernés (artistes en premier lieu, société civile, chercheur du patrimoine et autorités de tutelle).

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.