Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Biden, le mort qui anime la présidentielle américaine
Publié dans Libération le 01 - 10 - 2020


J oe Biden a encore salué sa mémoire lors du premier débat présidentiel: son fils Beau, emporté par un cancer en 2015, occupe une place hors norme dans la campagne du candidat démocrate à la Maison Blanche. "Même s'il n'est plus parmi nous, il inspire encore tous les jours le futur président des Etats-Unis": dans les discours et même une vidéo dédiée de plus de deux minutes, c'est lors de la convention démocrate en août que l'influence de cet homme charismatique s'était faite la plus frappante. Depuis que Beau Biden a été emporté à 46 ans par un cancer du cerveau, le septuagénaire l'évoque, ému, à presque chaque occasion. Et ses hommages ont récemment trouvé un nouveau souffle, avec un article accusant Donald Trump d'avoir qualifié de "losers" des soldats américains morts au combat. Procureur général du Delaware (2007 à 2015), réserviste de l'armée envoyé en Irak, Beau Biden avait un temps flirté avec l'idée de prendre la relève de son père au Sénat, et semblait promis à un destin national. "Mon fils (...) n'était pas un loser", a lancé Joe Biden, en haussant la voix, sur le plateau du débat mardi. Mais à la mention de ce fils disparu à l'image idéalisée, le président républicain a immédiatement opposé celle, plus trouble, de son frère: "Vous parlez de Hunter?" A 50 ans, cet avocat et conseiller est au coeur de l'affaire ukrainienne qui avait valu à Donald Trump une procédure historique de destitution. Les démocrates accusaient en effet le président américain d'avoir abusé de ses fonctions en faisant pression sur l'Ukraine pour qu'elle enquête sur les affaires commerciales de Hunter Biden. "Où est Hunter?". Depuis son acquittement, Donald Trump n'en démord pas: Joe et son fils sont "corrompus" pour avoir laissé ce dernier jouer de son nom afin d'obtenir de juteux contrats. Et il a, mardi soir, brandi l'addiction aux drogues que Hunter a lui-même reconnue. Indigné, le candidat démocrate a renvoyé le milliardaire aux millions d'Américains qui souffrent, dans leurs familles, d'un problème d'addiction. "Il l'a surmonté", a-t-il affirmé. "Et je suis fier de lui". Mais comme pour poursuivre son hommage interrompu, c'est avec une casquette au nom de la fondation Beau Biden, luttant contre la maltraitance des enfants, qu'il est apparu mercredi matin face aux journalistes. Il ne s'en cache pas: l'influence de Beau Biden sur le démocrate reste immense. Sa disparition, à 46 ans, avait longuement fait hésiter Joe Biden, sous le poids du deuil, à se présenter à la primaire démocrate en 2015/2016. Il avait finalement renoncé. Candidat cette fois, l'ex-bras droit de Barack Obama avait lâché en janvier, en retenant ses larmes: "Beau devrait être celui qui se présente à la présidentielle, pas moi. Tous les matins je me lève et (...) me demande: Est-il fier de moi?". Sa mémoire avait même pu jouer dans le choix de sa colistière, la sénatrice Kamala Harris. Beau Biden "avait un immense respect pour elle et son travail", avait-il confié peu après l'avoir désignée. Tous deux furent procureurs généraux lors de la grande crise financière de 2007-2009. Son décès ne fut pas la première tragédie familiale de Joe Biden. En 1972, alors qu'il venait d'être élu sénateur, sa femme et sa fille avaient été emportées par un accident de voiture. Ses deux fils avaient été blessés et c'est à leur chevet d'hôpital que le démocrate avait décidé de prendre ses fonctions au Congrès. Puis il avait fait régulièrement les aller-retour en train entre Washington et son fief de Wilmington, dans le Delaware, quatre heures à chaque fois, pour les élever. Ces années ont profondément soudé la famille. "L'un de mes premiers souvenirs, c'est d'être à l'hôpital, papa toujours à nos côtés", avait confié Beau lors de la convention démocrate de 2008, en faisant pleurer Joe et son épouse Jill Biden. "Cinq ans plus tard, nous — mon frère, papa et moi— nous sommes mariés avec ma maman, Jill". C'est encore lui qui avait, en 2012, présenté sur la scène de la convention démocrate le vice-président de Barack Obama. Avec ces mots: "Mon père, mon héros: Joe Biden". En août dernier, malgré sa mort, il avait de nouveau occupé la place d'honneur à la convention, pour marquer cette fois la candidature de son père à la Maison Blanche. "Nous voulions donner à Beau le dernier mot", avait déclaré son frère Hunter. Et leur demi-soeur Ashley de lancer, avant un extrait de son discours de 2012: "Beau, à toi de jouer".

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.