Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Federer estime que « les athlètes ont besoin d'une décision » sur la tenue des JO    Newcastle-Manchester City : un match fou (VIDEO)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    L'artiste marocain Hammadi Ammor n'est plus    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    CNOM : "Génétique et sport : l'impact de l'hérédité sur la performance sportive"    MCA-WAC (1-1) : Le Wydad victime de la VAR, de l'arbitre et de la CAF    Le roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à Gaza et en Cisjordanie    Hirak: Les Algériens dans la rue malgré la répression    Manifestation à Casablanca après la prière du vendredi en solidarité avec la Palestine    Affaire Ghali : la plainte du Club des avocats transmise au parquet de l'Audiencia Nacional    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Maroc/Covid-19: le bilan de ce vendredi 14 mai    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Afghanistan : attentat dans une mosquée près de Kaboul    Agadir : interpellation d'un individu pour publication d'un contenu violent    La crise des réfugiés rohingyas «ne doit pas tomber dans l'oubli», selon le HCR    La COP26 se tiendra en présentiel à Glasgow (président)    En vertu d'arrêtés conjoints publiés au BO, des sociétés étrangères autorisées à créer des fermes aquacoles à Dakhla    Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Affaire Brahim Ghali : le silence du gouvernement espagnol est «contre-productif»    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Météo Maroc: temps assez stable sur une majeure partie du pays ce vendredi    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Secrétaire général de l'ONU épingle le Polisario
Publié dans Libération le 04 - 10 - 2020

Le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a, dans son dernier rapport au Conseil de sécurité sur le Sahara marocain, épinglé, une nouvelle fois, les dirigeants du Polisario pour les violations graves et systématiques des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf. Il a, ainsi, énuméré, les nombreux rapports reçus par le Haut Commissariat aux droits de l'Homme (HCDH), concernant le recours massif et à grande échelle, par le Polisario, aux "harcèlements, arrestations et mauvais traitements de blogueurs, de médecins et d'infirmières" dans les camps de Tindouf.
Le rapport précise que ces violations graves se sont multipliées ces derniers mois contre tous ceux "engagés dans la documentation des cas de Covid-19 dans les camps de Tindouf". Cette nouvelle vague de répression exercée par le Polisario n'est qu'un exemple récent des violations massives et continues par ce groupe armé séparatiste, pour faire taire les voix des dissidents, blogueurs, journalistes, activistes et toute personne qui contredit le despotisme de ses dirigeants. Ces violations ont, cette fois-ci, visé le corps médical et les activistes des droits de l'Homme qui n'ont fait que mettre à nu les falsifications des informations du Polisario au sujet de la pandémie de Covif-19, et dénoncer sa propagation alarmante parmi les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, dépourvues de toute protection et liberté de circulation, de mouvement, d'association, d'expression et de rassemblement.
Le chef de l'ONU a, ainsi, exprimé ses préoccupations quant aux rapports reçus par le HCDH sur les «conséquences négatives de la fermeture des frontières, des obstacles à l'aide humanitaire et de la diminution des activités économiques dans les camps" de Tindouf et sur l'impact de la crise de Covid-19 sur la situation des droits de l'Homme dans ces camps, en particulier en ce qui concerne "les droits économiques et sociaux". La situation désastreuse des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf et les violations massives dont sont victimes les populations qui y sont séquestrées, sont le résultat de la démission du pays hôte, l'Algérie, de ses responsabilités premières vis-à-vis de la protection des droits de l'Homme sur son territoire. La situation dans ces camps, inédite dans le monde, où le pays hôte a délégué sa responsabilité au profit d'un groupe armé séparatiste, a été récemment relevée par le Secrétaire général et les organes onusiens des droits de l'Homme.
En effet, le Groupe de travail de l'ONU sur la détention arbitraire a souligné dans son avis, de mai 2020, au sujet de la plainte soumise par l'opposant du Polisario El Fadel Breica, contre l'Etat algérien, suite à son enlèvement par le Polisario, dans les camps de Tindouf, que la responsabilité de l'Algérie est engagée tant que ces violations ont été commises sur le territoire algérien et donc sous la compétence territoriale algérienne. De même, le Comité des droits de l'Homme a réaffirmé dans ses constatations, en mars 2020, la responsabilité pleine et entière de l'Algérie, dans l'enlèvement et la disparition forcée du dissident du Polisario, Khalil Ahmed, dont le cas a été soulevé dans le rapport du Secrétaire général de 2019. En outre, le Comité des droits de l'Homme a exprimé, en juillet 2018, ses profondes préoccupations au sujet de la délégation de pouvoir, en particulier du pouvoir judiciaire, au Polisario dans les camps de Tindouf, estimant «préoccupant» que l'Algérie considère que les actes qui pourraient avoir été commis sur une partie de son territoire ne sont pas de son ressort et qu'il s'en remet au Polisario et aux organisations internationales pour faire la lumière sur ces allégations et demander des comptes aux responsables
Enfin, le Secrétaire général a cité la lettre que l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, lui a adressée le 24 août 2020, dans laquelle il a attiré l'attention du chef de l'ONU, détails et preuves à l'appui, sur les violations massives et systématiques des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf, caractérisées par une double dimension, individuelle et collective. Dans son dernier rapport sur le Sahara marocain, le Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a également alerté les membres du Conseil de sécurité, de manière ferme et déterminée, sur les multiples violations du cessez-le-feu, des Accords militaires et des résolutions du Conseil de sécurité commises par le Polisario. Durant la période couverte par le rapport, le chef de l'ONU a fait état d'une « dégradation significative de la coopération militaire du Polisario avec la MINURSO » et d'une intensification gravissime des violations commises par le groupe armé séparatiste.
En effet, le Secrétaire général a relevé 57 violations majeures de la part des séparatistes, ainsi que plus de 1000 violations individuelles. Des chiffres inédits dans les annales des Nations unies. Outre leur nombre, la gravité de ces violations est également sans précédent. Aussi, le Secrétaire général de l'ONU a énuméré les multiples incursions des séparatistes dans la zone tampon, les nombreuses restrictions imposées à la liberté de mouvement des observateurs militaires de la MINURSO pour leur interdire de constater et rapporter au Secrétaire général et au Conseil de sécurité ses multiples violations dans la zone à l'Est du dispositif de défense ou encore la poursuite des constructions illégales de bâtiments militaires dans cette zone.
Les violations commises par le Polisario ont atteint une telle gravité que le rapport du Secrétaire général dénonce le mouvement séparatiste pour avoir interdit au Service de la lutte anti-mines de l'ONU de procéder aux activités de déminage à l'Est du dispositif de défense mettant gravement en danger la vie et la sécurité des observateurs militaires de la MINURSO qui patrouillent cette zone pour superviser le respect du cessez-lefeu et des Accords militaires et consigner les violations du Polisario. Cette attitude démontre clairement le désarroi des mercenaires du Polisario, repoussés dans leurs derniers retranchements, et ce notamment grâce à la crédibilité et à la conformité de la position marocaine avec la légalité internationale et le processus onusien. Le chef de l'ONU souligne également les violations par le Polisario des résolutions 2414, 2440, 2468 et 2494 du Conseil de sécurité, par lesquelles l'organe exécutif onusien ordonne au groupe séparatiste de s'abstenir de transférer toute structure civile ou militaire dans la zone à l'Est du dispositif de défense au Sahara marocain.
Le Secrétaire général revient aussi sur les violations et provocations commises par le Polisario et ses repris de justice dans la zone tampon de Guergarate, en y maintenant la présence d'éléments armés et en procédant au blocage du passage entre le Maroc et la Mauritanie. Ces violations constituent un défi à l'autorité du Secrétaire général qui a, à maintes reprises, y compris le 27 septembre 2020, enjoint au Polisario de respecter la liberté de circulation des biens et des personnes dans la zone de Guergarate. Dans ses résolutions 2414, 2440, 2468 et 2494, le Conseil de sécurité avait exprimé ses préoccupations quant à la présence du groupe armé séparatiste dans la zone tampon de Guergarate et exigé son retrait immédiat. L'augmentation du nombre de ces violations et leur gravité confirme une nouvelle fois le dédain du Polisario à l'égard de la légalité internationale, des dispositions du cessez-le-feu ainsi que des Accords militaires en vigueur
Ces actes déstabilisateurs constituent en outre un affront clair et direct à l'autorité du Conseil de sécurité qui a, à maintes reprises, appelé à s'abstenir de tout acte déstabilisateur à l'Est du dispositif de défense au Sahara marocain. Compte tenu de l'ampleur des violations commises par le Polisario, le Secrétaire général a exprimé « sa préoccupation au sujet du non-respect des Accords militaires, ce qui remet en question les arrangements qui sont à la base du cessez-le-feu ». Prenant ainsi le Conseil de sécurité à témoin, quant aux agissements gravissimes du Polisario, qui menacent la pérennité du cessez-le-feu, Antonio Guterres a instamment appelé le Polisario à «rencontrer la MINURSO afin de régler rapidement les nombreuses violations de l'Accord militaire n.1». Le rapport du Secrétaire général conforte pleinement la position du Royaume qui n'a eu de cesse d'attirer l'attention de l'ONU, de la MINURSO et du Conseil de décurité sur la gravité des violations du Polisario, groupe armé séparatiste connu pour ses liens avérés avec le terrorisme qui sévit au Sahel. Ces actions menacent la stabilité régionale et portent gravement préjudice au processus onusien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.