Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le PLF 2021 donne un tout petit coup de pouce à l'emploi
Publié dans Libération le 21 - 10 - 2020


La lutte contre le chômage s'annonce plus ardue cette année pour les pouvoirs publics au regard de la crise économique et sanitaire particulièrement difficile que vit le Maroc depuis l'avènement en mars dernier de la pandémie de Covid-19. Déjà mal en point, le marché du travail se trouve aujourd'hui fortement impacté par une crise actuelle qui « a révélé un ensemble de dysfonctionnements, de déficits et elle a eu un impact négatif sur l'économie nationale et l'emploi », a fait remarquer Sa Majesté le Roi lors de son discours du 9 octobre 2020. « C'est pourquoi, nous avons lancé un plan ambitieux de relance économique et un grand projet de couverture sociale universelle. Nous avons également souligné l'impératif d'appliquer les règles de bonne gouvernance et la nécessité de réformer les établissements du secteur public », a souligné le Souverain qui s'est ainsi exprimé à l'ouverture de la première session de la 5ème année législative de la 10ème législature. A cette occasion, le Souverain a expliqué : «Ces projets d'envergure sont de nature à enrayer les effets de la crise et à favoriser la mise en œuvre optimale du modèle de développement que nous appelons de nos vœux. A cet égard, nous plaçons le plan de relance économique en tête des priorités de l'étape actuelle». A la lumière des Hautes orientations Royales, le gouvernement a pris un certain nombre de dispositions dans l'objectif de relancer l'économie nationale et par ricochet inverser, un tant soit peu, la courbe du chômage dont le taux devrait avoisiner les 12,3% au terme de cette année et franchir la barre de 13% l'année prochaine, selon les anticipations du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration. Adopté vendredi dernier en Conseil de gouvernement, le projet de loi de Finances (PLF-2021) prévoit ainsi la création de quelque 40.000 emplois ou postes au titre de l'année prochaine. En effet, en détail, le projet prévoit la création de 20.956 postes budgétaires répartis entre près d'une vingtaine de départements ministériels et institutions. Selon la note de présentation du PLF, 300 autres postes budgétaires seront créés au profit du chef du gouvernement qui pourra les « répartir entre les différents départements ministériels ou institutions, dont 200 sont réservés aux personnes en situation de handicap». Soulignons qu'à compter du 1er janvier 2021, il est aussi prévu la création auprès du ministère de l'Intérieur de 1.547 postes budgétaires, en plus, pour les fonctionnaires relevant du budget des assemblées préfectorales et provinciales qui seront transférés à cette même date dans le cadre de l'opération de redéploiement desdits fonctionnaires prévue par l'article 227 de la loi organique n°112.14 relative aux préfectures et provinces. La même source annonce également la création de 700 postes budgétaires auprès du ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Des postes destinés à la régularisation de la situation des fonctionnaires titulaires du diplôme de doctorat qui sont recrutés, par voie de concours, en qualité de professeur-assistant. Précisons qu'il sera procédé, à cette même date, à la suppression des «postes budgétaires occupés par les intéressés dans les départements ministériels ou institutions auxquels ils appartiennent». 17.000 postes supplémentaires seront également créés au profit des Académies régionales de l'éducation et de la formation (AREF), dont 15.000 postes pour le recrutement des enseignants et 2.000 postes pour le recrutement du personnel d'appui pédagogique et administratif au niveau des établissements scolaires, rapporte la MAP. Signalons que pour encourager l'insertion professionnelle des jeunes, le PLF 2021 a prévu d'exonérer de l'IR, pendant 24 mois, les salaires versés aux personnes âgées de 30 ans au plus lors de leur premier recrutement, à condition que leur contrat de travail soit à durée indéterminée. En dépit de toutes ces annonces, bien de chômeurs continueront à faire le pied de grue face au marché du travail. La situation de l'emploi devrait donc rester préoccupante à bien des égards. D'autant plus que l'économie restera fragile l'année prochaine, malgré une amélioration du PIB. Et ce ne sont pas les statistiques et pronostics des institutions nationales et internationales qui diront le contraire. Il faut rappeler que les pertes d'emplois enregistrées au cours de cette année et les suppressions annoncées dans bien de secteurs sont trop importantes pour croire que la création de ces postes d'emploi va véritablement changer grand-chose sur ce volet. A ce propos, soulignons qu'entre le deuxième trimestre de 2019 et la même période de 2020, l'économie marocaine a perdu 589.000 postes d'emploi, résultant d'une perte de 520.000 postes en milieu rural et de 69.000 en milieu urbain, contre une création annuelle moyenne de 64.000 postes au cours des trois années précédentes. Selon le Haut-commissariat au plan (HCP), «cette perte a touché tous les secteurs d'activité, 477.000 postes dans l'"agriculture, forêt et pêche", 30.000 dans les "services", 69.000 dans l'"industrie y compris l'artisanat" et 9.000 dans le BTP». Dans sa note d'information relative à la situation du marché du travail au deuxième trimestre de 2020, le HCP souligne également que «le nombre de chômeurs a augmenté de 496.000 personnes entre le deuxième trimestre de l'année 2019 et celui de 2020, passant de 981.000 à 1.477.000 chômeurs, ce qui correspond à une augmentation de 50,6%». Enregistrée exclusivement parmi les personnes ayant déjà travaillé, cette hausse résulte d'une hausse de 311.000 chômeurs en milieu urbain et de 185.000 en milieu rural, précise le HCP. Par ailleurs, il ne nous a pas échappé que le privé dont plusieurs secteurs ont été lourdement touchés par les effets de la pandémie sur leurs activités, ne serait pas en mesure de combler le vide que laissera le public en termes de création d'emplois. Dans sa revue de la conjoncture économique, monétaire et financière d'octobre, Bank Al-Maghrib a indiqué récemment le recul de 22% de la valeur ajoutée des industries de transformation au deuxième trimestre Le moins que l'on puisse dire, c'est que le gouvernement a fort à faire et qu'il doit retrousser ses manches comme il ne l'a jamais fait.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.