Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    Mariage de raison    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    PLF 2021 : le refus des amendements agite les groupes parlementaires    AWB sacrée Meilleure banque marocaine pour la 9ème fois    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Les festivals artistiques virtuels, un excellent remède pour garder vive la flamme avec le public    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A Casablanca, le vélo a le vent en poupe
Publié dans Libération le 25 - 10 - 2020

Au lendemain du déconfinement, la crise sanitaire a détourné une partie des usagers des transports en commun de Casablanca. Une reprise progressive des activités dans la capitale économique qui n'a donc pas été synonyme de retour à la normale, faisant la part belle à une mobilité urbaine et éco citoyenne dont le vélo est l'étendard. En temps normal, les moyens de transport les plus utilisés entre communes dans les grandes villes marocaines sont la voiture personnelle (23,4%), le taxi (22,9%) et la marche à pied (14,1%), d'après le Haut-commissariat au plan. Mais à présent, les cyclistes sont nombreux dans les artères de Casablanca. Certes pas au point de bousculer l'ordre établi, mais assez pour inspirer certaines initiatives.
«Ville à vélo» en est une. Ce projet que l'on doit à Kandara'Lab et #Casapocket, en partenariat avec l'Institut français de Casablanca, réunit chaque dimanche matin un groupe d'une vingtaine de cyclistes, une jauge réduite à une dizaine à cause des mesures sanitaires. Il est décrit comme «une invitation à découvrir une facette différente de Casablanca en la visitant en vélo». Autrement dit, mettre l'écologie au service du tourisme et d'une mobilité verte dans la ville. Une noble ambition appuyée par l'Institut français qui a lancé le 22 octobre courant le projet «Aujourd'hui dès demain», afin de promouvoir et de soutenir l'éco-citoyenneté et la transition écologique. Ou comment «repenser le développement urbain dans une démarche de ville durable et de qualité de vie, au cœur de la démarche de mobilité». Sur le papier, ces initiatives sont prometteuses. Mais dans les faits, elles se heurtent à une absence de volonté politique. A titre d'exemple, «Ville à vélo», qui entend donc promouvoir l'attrait touristique de la ville de Casablanca à travers des visites à vélo, souffre de l'absence d'aménagement adéquat et notamment de pistes cyclables. «Nos visites sont organisées dimanche matin tôt, pour profiter des routes désertes. Nous essayons également d'éviter certains grands axes trop fréquentés. En général, les dimanches matin c'est agréable, mais après, cela devient compliqué», nous avoue Samba Soumbounou, médiateur culturel et fondateur de KandaraLab (villes-cultures-patrimoine), qui porte le costume de chef de file lors des visites.
Dans une ville comme Casablanca, jouissant d'un richissime patrimoine culturel et touristique, il est tout de même frustrant de ne pouvoir en profiter à vélo que les dimanches matin à défaut d'en faire un moyen de locomotion quotidien. Quatre petites heures sur les 168 que compte une semaine. Et encore. Rien n'est moins sûr. Car il faut malgré tout s'en remettre à la mansuétude des automobilistes du dimanche. Pourtant, la pratique cycliste représente plus que jamais l'avenir de la mobilité urbaine. C'est un droit qui s'apparente aujourd'hui à un chemin de croix. Pour l'heure, à Casablanca, à mille lieues de plusieurs villes du Vieux Continent, la mobilité urbaine écologique est le dernier des soucis des décideurs. La Covid-19 n'y est pour rien. C'était le cas bien avant la crise sanitaire, comme en atteste le nombre dérisoire des pistes cyclables qui jonchent les routes de la capitale économique.
Pour Samba Soumbounou, l'implication des décideurs est bien évidemment capitale dans le développement de la pratique cycliste à Casablanca, mais pas que : «Il faut une rééducation et une sensibilisation au respect des cyclistes par les conducteurs. Il faut également réussir à convaincre les habitants de Casablanca qu'une mobilité alternative est possible. Ne serait-ce que pendant le week-end pour faire du sport, redécouvrir sa ville autrement à travers des circuits thématiques, joindre l'utile à l'agréable». Bref, il faudra, d'une manière ou d'une autre, réinventer la mobilité dans une ville où les rues sont à l'agonie, assaillies chaque jour par plus de voitures qu'elles ne peuvent absorber. Samba Soumbounou embraye : «L'idéal serait de pouvoir circuler partout à Casablanca à vélo, à n'importe quelle heure de la journée». Mais le chercheur en patrimoine sait que le chemin est encore long, tout en réitérant son envie de «sensibiliser tous les habitants de la ville sur la possibilité de profiter de Casablanca à vélo. En espérant que ça devienne une nouvelle habitude et pratique culturelle». On n'en demande pas tant.
Chady Chaabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.