Couverture sociale : la Banque accorde un prêt de 400 milliards au Maroc    Le patronat veut réduire les litiges avec l'administration fiscale    Ce qu'a dit Moncef Slaoui sur le vaccin choisi par le Maroc    Le Syndicat national de la presse marocaine dénonce les insultes de Ziane contre les journalistes    Marché automobile: Les ventes en chute cette année    Covid-19 : L'Etat soutient les traiteurs touchés par la crise    2M: voici le nouveau directeur de l'information    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    CNSS. Indemnité pour perte d'emploi : les coulisses d'une réforme    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    Guergarat. L'Algérie ne lâche pas le morceau    Fitch Ratings : Les banques marocaines vont affronter une puissante vague de crédits douteux à cause de la pandémie    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 4 décembre    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Ait Taleb: la date de démarrage de la campagne de vaccination n'est pas encore fixée    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon
Publié dans Libération le 26 - 10 - 2020


Entre le Maroc et le Japon, le soleil est comme un trait d'union. Mais la relation qui lie le pays du Soleil Levant et celui du soleil couchant n'est pas uniquement une affaire d'astres et d'atmosphères lumineuses. C'est bien plus que cela. Depuis la fin des années 50, les deux pays entretiennent des relations bilatérales solides, diplomatiques et commerciales, notamment en matière de pêche maritime et dans le secteur de l'automobile. Mais pas que. Culturellement, il y a eu aussi des étincelles. Mais si les Nippons sont fascinés par l'exotisme de la culture et des us et coutumes marocains, l'inverse n'est pas totalement vrai. En réalité, la culture japonaise a eu un impact bien audelà de la fascination sur le peuple marocain. Elle s'est immiscée dans les recoins de notre quotidien. A la télévision marocaine, les meilleurs dessins animés étaient d'origine japonaise, basés sur de célèbres mangas. Les «Captain Majed» (Captain Tsubasa de son vrai nom) et autre «Al Namiro Al Mokanaa» ont bercé la jeunesse marocaine sur plusieurs générations. Aujourd'hui, ils ont été remplacés par «One Piece» et «Naruto», entre autres. Mais la passion demeure la même. Comme c'est le cas avec cette culture de vivre symbolisée par le sport et notamment les arts martiaux. Le karaté, le judo ou encore l'aïkido ont la part belle dans les salles de sport du pays. Bref, vous l'aurez compris, les Marocains raffolent de la culture japonaise sous toutes ses coutures, à tel point que cela s'est transformé en normalité. Mais il y a comme un hic. La culture japonaise est bien trop vaste pour être cantonnée à des dessins animés, des arts martiaux, ou encore un art culinaire exquis. Pour s'en persuader, il suffit d'assister au Festival «Nipponia'KI» qui se déroule en ce moment même (du 22 au 31 octobre) par le biais de l'application Zoom. Une édition particulière à plus d'un égard que l'on doit à Nipponia, l'espace culturel japonais de l'Ecole nationale d'architecture (ENA). Le festival automnal fête ses dix ans et entend plus que jamais faire rayonner la culture japonaise et réunir ses adeptes. Et surtout créer des liens culturels et d'échange avec le Japon. Car comme l'avait si bien fait remarquer il y a quelques années Tsuneo Kurokawa, ambassadeur du Japon au Maroc «plus les Marocains iront à la découverte du Japon, plus le Japon se rapprochera du Maroc». C'est justement la vocation de Nipponia à travers donc son Festival Nipponia'KI. Un évènement où vous partez à la découverte d'un univers enchanté où se mêlent calligraphie japonaise, haiku (art de la poésie japonaise), origami et l'art du manga (bande dessinée). Et ce n'est pas tout. Après la séance inaugurale jeudi soir, consacrée à fêter les 10 ans du festival, celle de vendredi était dédiée à la sublime cérémonie du thé, présentée sous toutes ses coutures par Hafsa Rifki, la fondatrice de Nipponia et ses acolytes. Un moment de partage privilégié, à la fois beau et apaisant, à l'image de la séance de dimanche soir destinée à présenter l'automne japonais, une saison chérie au pays du Soleil Levant. Une réussite dont la programmation n'a pas été de tout repos, sous une forme inédite mais d'avenir. Car si organiser le Festival Nipponia'KI à distance présente à n'en pas douter des challenges techniques et numériques, cela offre plusieurs avantages. «D'habitude notre capacité d'accueil est limitée, vu l'espace et le matériel dont nous disposons. Certes, quand le festival se déroulait à Rabat, on collaborait ponctuellement avec d'autres structures dans différentes villes/pays. Mais c'était coûteux et cela prenait beaucoup de temps à mettre en place», nous confie Hafsa Rifki. Puis d'ajouter : «Là c'est beaucoup plus accessible. On partage notre passion avec un plus large public». En somme, si la crise sanitaire a chamboulé bien des plans comme le rappelle notre interlocutrice «le jour où le confinement avait été annoncé, en mars dernier, on était sur le point de commencer notre «Spring week», évènement annuel où la famille Nipponia fête pendant une semaine le printemps avec ses membres autour d'ateliers diversifiés. Tout était prêt, mais on a dû reprogrammer, en attendant que la situation s'améliore», il n'en reste pas moins que le confinement a permis à Nipponia d'ouvrir les yeux sur les potentialités d'organiser des évènements à distance. A tel point que dans le futur «on aimerait garder un format hybride pour organiser nos activités et le Festival Nipponia'KI», annonce Hafsa Rifki, spécialiste en origami, entre autres expressions artistiques. Pourvu que ça dure diront les plus passionnés. Et ils ne s'y trompent pas. Car malheureusement, excepté Nipponia, les évènements en rapport avec la culture japonaise se font de plus en plus rares au Maroc. Les cours de japonais dispensés dans les universités marocaines par l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) sont à conjuguer au passé. Or, ils étaient un creuset pour l'émulation et l'organisation d'évènements culturels. D'après nos informations, le Japon considère que son engagement culturel et social au Maroc n'a plus lieu d'être comme avant. D'autres pays en auraient plus besoin. Peutêtre. Mais une chose est sûre, heureusement que des évènements comme Nipponia'KI existent pour ne pas faire du soleil l'unique lien entre les deux pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.