Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    La CGEM et la DGI s'associent pour réduire les litiges entre l'Administration fiscale et les entreprises    Couverture sociale : la Banque accorde un prêt de 400 milliards au Maroc    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Ce qu'a dit Moncef Slaoui sur le vaccin choisi par le Maroc    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Covid-19 : L'Etat soutient les traiteurs touchés par la crise    2M: voici le nouveau directeur de l'information    Le Syndicat national de la presse marocaine dénonce les insultes de Ziane contre les journalistes    Marché automobile: Les ventes en chute cette année    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Casablanca: décès suspect dans une clinique privée, la famille dénonce    La date des prochaines vacances scolaires au Maroc    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Guergarat. L'Algérie ne lâche pas le morceau    CNSS. Indemnité pour perte d'emploi : les coulisses d'une réforme    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 4 décembre    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Ait Taleb: la date de démarrage de la campagne de vaccination n'est pas encore fixée    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung
Publié dans Libération le 26 - 10 - 2020


Le plus riche et le plus puissant industriel de Corée du Sud, Lee Kun-hee, décédé dimanche à l'âge de 78 ans, avait fait de Samsung Electronics un géant mondial des télécommunications, tout en menant une existence solitaire. Quand il a hérité en 1987 de la présidence du groupe Samsung, fondé par son père, l'entreprise était le plus grand conglomérat du pays, avec un secteur d'activité allant de l'électronique grand public à la construction. M. Lee a alors concentré l'activité de l'entreprise pour en faire un groupe international. Lors de la crise cardiaque dont il a été victime en 2014, Samsung était le plus grand fabricant mondial de smartphones et de puces mémoire. Pour autant, Lee Kun-hee ne s'aventurait que rarement en dehors de son domaine privé situé au centre de Séoul pour se rendre au siège social de la compagnie. Cela lui valait le surnom de "roi ermite". Aujourd'hui, Samsung est de loin le plus grand des "chaebols" du pays, des conglomérats contrôlés par des familles à l'origine du prodigieux redressement après la guerre de Corée, aujourd'hui la 12e économie au monde. Ils sont accusés d'avoir des liens opaques avec le pouvoir politique et d'entraver toute concurrence. M. Lee a lui-même été reconnu coupable de corruption en 1996, puis de corruption et d'évasion fiscale en 2008. Mais il a échappé à la prison, ayant été condamné à du sursis. Son esprit visionnaire a largement contribué à faire de Samsung Electronics, aujourd'hui le fleuron du groupe, un des principaux développeurs et producteurs mondiaux de semi-conducteurs, de téléphones portables et d'écrans LCD. "Le président Lee était un véritable visionnaire qui a transformé Samsung en faisant d'une entreprise locale un leader mondial de l'innovation et de la puissance industrielle", a salué la société. Au début de la présidence de M. Lee, Samsung était considéré comme un fabricant de produits de mauvaise qualité et bon marché. "Changeons tout sauf nos femmes et nos enfants", avait-il lancé en 1993. L'entreprise a alors fait table rase de ses produits et brûlé les 150.000 téléphones portables qu'elle avait en stock. Peu après, il a ordonné l'exposition de produits fabriqués en Chine à son siège social de Samsung, expliquant l'importance de montrer comment la Chine avait rapidement rattrapé son retard. Lors des réunions avec ses subalternes et lors de rares interviews, M. Lee a toujours souligné l'importance d'avoir des esprits brillants. "A l'ère d'une concurrence sans limite, gagner ou perdre dépendra d'un petit nombre de génies...Un génie nourrira 100.000 personnes", a-t-il affirmé. M. Lee, troisième fils du fondateur du groupe Samsung Lee Byungchull, avait un faible pour les chiens datant de la période passée au Japon, où il a été scolarisé à l'âge de 11 ans. Il était également connu pour son amour du cinéma, de l'équitation et des grosses voitures étrangères. M. Lee a étudié dans la prestigieuse Université Waseda, au Japon, et était titulaire d'un MBA de l'Université George Washington aux Etats-Unis. A l'âge de 36 ans, il est devenu viceprésident de la branche construction et commerce du groupe, avant d'accéder à la présidence de Samsung neuf ans plus tard, à la mort de son père. M. Lee était connu pour effectuer des séjours de plusieurs mois à Hawaï et au Japon avant de prendre des décisions stratégiques, notamment la nomination de son fils Lee Jae-yong au poste de vice-président de Samsung Electronics en 2013. Il a beaucoup œuvré pour que son pays obtienne les Jeux Olympiques d'hiver de 2018. M. Lee était marié à Hong Ra-hee dont le père a été ministre de la Justice. Avec elle, il a eu un fils et trois filles, la plus jeune s'est suicidée en 2005 alors qu'elle était étudiante à New York. Après sa crise cardiaque, son véritable état de santé n'a jamais été révélé, laissant, jusqu'au bout, son existence entourée d'un halo de mystère.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.