L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    CAN U20 (Février-Mars) : Les arbitres marocains écartés !    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Deuxième hat-trick pour Youssef En-Nesyri    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Les inscriptions des étudiants étrangers au Maroc mises à l'épreuve    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le reclassement de l'aviculture comme activité agricole salué par les professionnels du secteur
Publié dans Libération le 26 - 11 - 2020


Le projet de loi de Finances (PLF) au titre de l'exercice 2021 prévoit, dans sa version adoptée par la Chambre des représentants, le reclassement de l'aviculture comme activité agricole. Une mesure tant attendue et revendiquée, depuis plusieurs années, par les professionnels de ce secteur. Arrivé à point nommé pour donner une lueur d'espoir aux aviculteurs pour une relance post-coronavirus prometteuse, cet amendement de l'article 46 du Code général des impôts vise à considérer l'élevage de volaille en tant que production animale tout comme l'élevage des bovins, ovins, caprins et camélidés. Il permettra ainsi aux éleveurs de volaille de bénéficier du régime fiscal agricole qui prévoit une série d'incitations à même de promouvoir davantage la compétitivité de ce secteur qui constitue un levier essentiel pour la préservation de l'emploi, notamment en milieu rural, rapporte la MAP. "Le reclassement du secteur avicole comme activité agricole est une revendication que la profession réclame depuis 1995, date de création de notre Fédération", a affirmé Chawki Jerrari, directeur de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc (FISA), dans une déclaration à la MAP, se félicitant des efforts déployés par la Fédération et ses associations membres dans ce sens. "Au-delà des aspects fiscaux, c'est une question de principe", a-til estimé, expliquant que les éleveurs de volaille devraient effectivement être classés dans le secteur de l'agriculture, puisqu'ils exercent leur activité en milieu rural et subissent, par conséquent, les mêmes contraintes et aléas auxquelsfont face lesfermes agricoles. Rappelant que le Maroc était le seul pays à considérer l'aviculture comme activité de commerce de gros, M. Jerrari a souligné que ce reclassement sera bénéfique pour les éleveurs dans la mesure où la fiscalité de l'agriculture est plus avantageuse que celle appliquée aux secteurs industriel et commercial. La fiscalité agricole est plus favorable dans la mesure où elle prévoit notamment un impôt sur les sociétés(IS) de 20% pour les exploitants qui réalisent un chiffre d'affaires (CA) supérieur ou égal à cinq millions de dirhams (MDH), a-t-il noté, ajoutant que les exploitants dont le CA est inférieur à 5 MDH sont exonérés de cet impôt. Cet amendement est intervenu après une série de réunions et de concertations de la FISA, l'Association nationale des producteurs des viandes de volailles(APV) et l'Association nationale des producteurs d'œufs de consommation (ANPO) avec les groupes parlementaires pour les convaincre d'adopter ce reclassement de l'élevage de volaille. Pour ce faire, la Fédération s'est appuyée sur les dispositions du décret n° 2-63-265 du 19 hijja 1384 (21 avril 1965) approuvant la nomenclature marocaine des activités économiques, qui a été abrogé par le décret n° 2-97-876 du 17 ramadan 1419 (5 janvier 1999) approuvant la nomenclature marocaine des activités économiques. Ces dispositions ont, en effet, classé l'élevage de volaille dansla liste dessecteurs qui incluent l'agriculture, la pêche et l'exploitation forestière, etc. D'ailleurs, les revenus générés par les aviculteurs proviennent des cycles de production exercés dans des fermes agricoles pour avoir la viande de volaille et les œufs. Ces cycles sont naturels et ne font l'objet d'aucune transformation à l'aide de machines industrielles. La crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) a contribué à l'effondrement de l'essentiel de la demande provenant de l'écosystème entourant l'aviculture (restauration, hôtellerie, événementiel, etc), plaçant le secteur dans une situation délicate. La chute de la demande s'est systématiquement traduite par une diminution considérable de l'offre, ce qui a engendré une hausse spectaculaire des prix, avant de s'orienter à la baisse. "Nous nous attendions à une baisse des prix durant la deuxième quinzaine du mois de novembre. Les aviculteurs ont repris leurs activités de production et aujourd'hui, le prix du poulet varie entre 11 DH et 11,5 DH", a fait savoir M. Jerrari. Et de poursuivre: "Nous sommes en train de revenir à des prix très bas. Si ça reste à ce niveau, les professionnels vont pouvoirs'en sortir avec les moindres dégâts. Par contre, la situation serait catastrophique en cas d'un retour à des prix de 6 à 7 DH". S'agissant de la relance post-coronavirus du secteur, M. Jerrari a relevé qu'elle dépend de l'offre et de la demande. "Nous sommes dans un marché libre. Tant que les mesures sanitaires sont appliquées, la demande devrait rester faible", a-t-il expliqué. A en croire les chiffres de la FISA, le secteur avicole moderne a produit, en 2019, 732.000 tonnes de viandes de volaille et 6,1 milliards d'œufs de consommation, réalisant un chiffre d'affaire de 32,5 milliards de dirhams (MMDH) avec 160.000 emplois directs et 370.000 emplois indirects. Côté consommation, les viandes de volaille ont atteint 22,1 kg/hab/an, tandis que les œufs 195 unités/hab/an. S'agissant du secteur avicole traditionnel, il a produit 50.000 tonnes de viandes de volaille et 800 millions œufs de consommation.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.