Euromed : Quel avenir ?    Euromed : Quel avenir ?    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    Régime fiscal : Oxfam appelle à la réduction des inégalités    Coronavirus : le Maroc enregistre son premier cas du variant britannique    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Mondial de Handball 2021 : Touché par la Covid-19, le Cap-Vert contraint de quitter la compétition    Mondial de Handball 2021 : Le Maroc s'incline face à l'Islande (23-31)    Lutte contre la corruption dans le secteur financier: Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Rabat : L'ambassadeur David Fischer rend hommage à Abdellatif Hammouchi et au corps sécuritaire marocain    Azilal : Une nouvelle vie pour le fameux «pont de la mort» (vidéo)    L'Université Ibn Tofaïl cède un Brevet d'Invention à une Société Privée    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    Crainte d'un choc environnemental suite à la reprise des industries    Evolution du coronavirus au Maroc : 473 nouveaux cas, 460.144 au total, lundi 18 janvier 2021 à 18 heures    Essaouira : « Plateforme Jeunes » pour une économie solidaire    Les eaux de l'Oued Bouskoura décolorées par des rejets industriels    Chute de la rente pétrolière en Algérie en 2020    L'Inter dompte la Juventus    Narcotrafic et émigration clandestine dans la nasse    Recours au financement externe " maîtrisé et soutenable "    El-Jadida comme champ de signes et de représentations    Dakhla consacrée "Région de rêve 2021"    David SERERO. « Je souhaite monter la première troupe d'Opéra Royale du Maroc »    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, lundi 18 janvier    Croissance économique en 2021: les scénarii du HCP    BAM : le dirham s'apprécie de 1,89% face au dollar en décembre 2020    Sahara : Le Togo exprime son "soutien total" à la souveraineté du Maroc    SM le Roi a jeté les bases d'un partenariat plus étroit avec les Etats-Unis    Devant la « perplexité vaccinale », diversifier les sources pour sortir de la dépendance    Les Lions de l'Atlas partent à la défense de leur titre    Grande manifestation sportive au profit des étudiants    Boutaïb de retour avec le Havre    L'Islam de France se dote d'une «charte de principes»    Digitalisation, Bank Of Africa passe à la vitesse supérieure    ZLECAf: Le plus dur reste à venir !    Deux ans et demi de prison pour le patron de Samsung, rejugé pour corruption    Une journée très particulière à Washington    Valorisation du patrimoine culturel et soutien à la créativité des jeunes musiciens    Envol et déploiement    Des nouveaux «trésors» archéologiques dévoilés au public    Quand le PJD comparait les Juifs aux singes et aux porcs    Ramallah. Les chefs du renseignement égyptien et jordanien rencontrent Abbas    Inédit sur 2M : Découvrez qui sera «Ahssan Pâtissier» dès le 26 janvier    Accords d'Abraham. Que fera Joe Biden de l'héritage de Donald Trump?    La nouvelle ère en Europe    Jeunesses partisanes : Jamais sans ma liste nationale !    Le Royaume du Maroc...Horizon Vertical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie
Publié dans Libération le 27 - 11 - 2020

Wiltrid Mabiala porte bien son pantalon léopard. Souple et agile comme un félin, il se hisse au sommet d'une pyramide humaine, la tête en bas. Six mètres plus bas, le fin tapis de sol n'offre qu'une protection illusoire. Car la troupe professionnelle du cirque de l'Equateur au Gabon, qui a représenté ce petit pays d'Afrique centrale dans les plus grands festivals internationaux jusqu'à la fin des années 2000, n'a plus les moyens d'assurer la sécurité de ses artistes. Les tatamis partent en lambeaux, les longes de sécurité sont rompues et les filets pour les acrobates ont disparu. Faute de financement et de commandes de spectacles, la seule école de cirque du Gabon - et sa seule troupe - lutte pour sa survie. "Le cirque, c'est du matériel de scène. Destrampolines, du matériel de jonglage, des diabolos. Tout ça nous manque.Alors qu'on a desspécialistes dans tous les domaines", soupire Séraphin Abessolo, 49 ans, l'aîné de la troupe avec près de 30 années passées au cirque. Depuis le coronavirus, "plus personne ne nous appelle, ça fait presque neuf mois qu'on n'a pas fait de prestation. C'est très compliqué pour la troupe" et ses 47 artistes, se lamentet-il. Maisles difficultéssont bien antérieures à l'épidémie. Cirque Bouglione 1994-1995, Festival de Shanghaï 1998-2000, Festival de Rome 2000: les pancartes rouges accrochées aux arbres rappellent l'âge d'or de la troupe qui parcourait le monde
"Autrefois, nous avions plus d'une vingtaine de commandes par an. 2005 marque le début des difficultés. On a eu de moins en moins de contrats, les cirques ont demandé de nouveaux numéros, plus difficiles à mettre en œuvre, et nos moyens ont baissé", explique Maïk Mpoungou, le président de l'association. En 2009, le ministère de laCulture arrête de verser sa modique subvention annuelle de 500.000 FCFA (750 euros). Le cercle vicieux s'enclenche. Sans moyen etsans matériel, le Cirque de l'Equateur ne peut répondre aux nouvelles exigences des grands chapiteaux. D'autant qu'eux-mêmessouffrent aussi d'une baisse de fréquentation, des polémiquessurle bien-être animal et du coût exorbitant des tournées. ALibreville, la capitale du Gabon, la troupe continue pourtant de s'entraîner dans un trou de verdure caché au cœur de la ville, un terrain donné par le défunt président Omar Bongo à l'église catholique Saint-André, où travaillait le missionnaire et fondateur du cirque de l'Equateur, Jean-Yves Thegner, mort du Covid en mars dernier. Le chant des oiseaux résonne toujours sous les manguiers et bananiers. Des enfantsfont leur apprentissage.Ils sautent, courent, dansent, font des acrobaties sur des vieux pneus abandonnés. A l'ombre d'un vieux parasol délavé, des anciens jouent aux échecs en jetant des regards distraits sur la nouvelle génération. L'école du cirque forme gratuitement 19 "élèves-artistes" de 8 à 14 ans, principalement desjeunes du quartier. "C'est bon ? Première figure !", crie leurformateur,Corneille MbaEdzang. "Tendsles pieds! Il faut contrôlerla peur", conseille-t-il à un jeune qui a manqué une réception.
"Ce qui m'a attiré ici, c'est de faire des acrobaties", lance Brice, 12 ans, en "troisième année". "Nous aussi, on a envie de voyager et d'intégrerla troupe des professionnels", ajoute Emmanuel. Le lieu continue de vibrer au rythme des acrobaties. Pourtant, aux dires des anciens, le site a perdu de sa superbe. "A l'époque, c'était comme un petit village.Il y avait un petit tunnel en pierre à l'entrée, et quand tu en sortais, tu étais émerveillé",se rappelle Séraphin avec émotion. Depuis, le tunnel s'est effondré. Dansles habitations de fortune où vivent une dizaine d'artistes professionnels, les murs se fissurent et s'effritent sous les effets de l'âge et de l'humidité. En saison des pluies, l'eau se répand dans les maisons aux toitures percées. Aujourd'hui, le cirque supplie les sponsors et les autorités de les aider. "On a écrit au ministre et même au président de la République Ali Bongo Ondimba, mais rien n'y fait, on n'a jamais rien eu", regrette Maïk Mpoungou. "L'objectif de l'école, c'est de récupérerlesjeunes désœuvrés et de leur offrir une formation pour qu'ils deviennent des artistes aguerris, qu'ils puissent avoir des contrats, voyager et vivre de leur art", poursuit-il. Certainsse découragent et quittent l'aventure, d'autres gardent l'espoir, comme Mathieu Bikoubilou, un acrobate de 28 ans, dans la troupe depuis cinq ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.