Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    Le RNI convoque son «parlement»    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamnation du blocus économique exercé par le Polisario contre l' ensemble des peuples africains
Publié dans Libération le 29 - 11 - 2020

Des experts, chercheurs et responsables des centres de recherche stratégique africains ont exprimé leur soutien à l'intervention du Maroc dans la zone tampon d'El Guerguarat pour rétablir l'ordre et réaffirmer son intégrité territoriale, dans le respect de la légalité internationale, condamnant le blocus économique exercé par les milices du polisario contre l'ensemble des peuples africains. Dans une "Déclaration de soutien au Maroc concernant la libération du pointfrontière d'El Guerguarat", la Fédération africaine des études stratégiques (basée à Abidjan) a considéré que l'action d'obstruction d'El Guerguarat, en tant qu'unique passage terrestre sécurisé reliant l'Europe et l'Afrique de l'Ouest, constitue de par sa mise en œuvre et ses objectifs un acte de guerre en violation des règles élémentaires du Droit international, du Droit des Conflits Armés (DCA) et du Droit international humanitaire.
"A ce titre, il a été établi que des groupes armés du Front Polisario se dissimulaient parmi la population civile servant de bouclier humain et dont ils assuraient l'encadrement sous la coercition. Adossée au moins à 22 caches d'armes, cette opération militaire perfide est contraire aux règles conventionnelles du jus in bello (DCA). Elle constitue également une grave violation des engagements du Polisario au sens de l'accord de cessez-lefeu signé avec les Nations unies, et au mépris des appels répétés émanant du Secrétaire général des Nations unies, des résolutions du Conseil de sécurité et des appels de la Communauté internationale, lit-on dans cette déclaration, signée par une trentaine d'experts africains. Pour ces chercheurs africains, la résolution 2414 du 27 avril 2018, est l'une des illustrations des sommations répétées par lesquelles le Conseil de sécurité a enjoint au Polisario de "se retirer immédiatement de la zone tampon d'El Guerguarat et lui a ordonné de ne pas se livrer aux actes déstabilisateurs de déplacement de structures administratives à l'Est du dispositif de défense", affirmant que le mépris du Polisario à l'égard de la légalité et la Communauté internationale est incommensurable, voire même sans précédent, lorsqu'il a autorisé l'agression physique des éléments de la MINURSO, par le jet de pierres contre un hélicoptère portant le signe de l'ONU. C'est aussi un acte de guerre, passible de crime contre l'humanité, en tant que blocus économique exercé contre l'ensemble des peuples africains portant atteinte à plusieurs de leurs droits élémentaires garantis par des dispositions spéciales du DIDH, ont-ils ajouté.
C'est aussi une embûche supplémentaire contre l'insertion sereine de l'Afrique dans l'économie mondiale, notamment avec l'Europe et l'Asie. Elle est d'autant plus condamnable qu'elle intervient dans un contexte marqué par la pandémie de Covid-19, où l'Afrique est en dépendance critique en termes de produits et équipements médicaux d'urgence, ont tenu à relever ces experts africains. Et de souligner que ce blocus économique mené de manière irresponsable par le Polisario, nuit à une population ouest africaine frôlant les 500 millions de personnes devenant de plus en plus dépendante des milliers de tonnes de moyens de subsistance, des médicaments et de biens de différentes natures qui traversent quotidiennement le passage d'El Guerguarat. Ce passage, rappelle-t-on, est le seul cordon sécurisé et prospère d'un écheveau nourricier interafricain que nos ancêtres appelaient les routes caravanières reliant l'Afrique de l'Ouest et l'Europe à travers le nord de l'Afrique. Le bloquer, c'est aller contre l'histoire et la géographie. Tenant compte du fait que l'opération menée par les forces armées marocaines pour libérer le passage d'El Guerguarat a été légitime, licite et mise en œuvre de manière professionnelle, efficace et conforme aux règles d'engagement établies dans le droit des conflits armés, la Fédération africaine des études stratégiques a souligné avec satisfaction et beaucoup d'admiration qu'aucune victime n'a été déplorée, ni parmi les civils ni parmi les miliciens, et le tout corroboré par la réalisation de l'objectif fixé, en l'occurrence le rétablissement de la circulation au niveau d'El Guerguarat. Et d'ajouter que le Maroc a entouré préalablement son action par une batterie de mesures juridiques et diplomatiques jugées sages et responsables face à la mésaventure du Polisario qui persistait dans son entêtement pendant trois semaines, notant que c'est dans ce cadre qu'il faudrait interpréter les multiples consultations effectuées par la diplomatie marocaine avec l'ONU, son Secrétaire général, certains pays du Conseil de sécurité et des pays voisins.
Il s'agit également d'une opération mûrement réfléchie et efficacement mise en œuvre, à partir du moment où le banditisme du Polisario visant à bloquer le passage humain et commercial d'El Guerguarat se répétait annuellement depuis 2017, avec beaucoup de zèle aventurier en cette année 2020 au point qu'on l'aurait cru interminable en l'absence d'une réaction résolue du Maroc, ont tenu à rappeler les signataires de cette déclaration. Ils ont désavoué, à cet égard, les agissements irresponsables du Polisario visant à plonger la zone dans le chaos et conséquemment à prendre en otage l'avenir des populations nord-ouest africaines, saluant l'opération des Forces Armées Royales, menée sur instructions Royales éclairées, donnant l'exemple du dévouement dans la défense de l'unité et l'intégrité nationales et promouvant les intérêts d'épanouissement des peuples africains. Se félicitant du professionnalisme des Forces Armées Royales, donnant l'espoir pour une opérationnalisation rapide des Forces Africaines en Attente (FAA) de l'Union africaine, capables de démêler des crises locales par des opérations propres et conformes aux règles établies du DCA, les chercheurs africains ont approuvé la décision du Maroc de demeurer lié au processus de paix sous l'égide des Nations unies, en dépit du désengagement du Front Polisario qui semble tirer sa dernière salve du baroud d'honneur espérant à tort embraser la région dans une guerre totale. Dans ce cadre, les signataires de cette déclaration ont appelé les parties au conflit à la retenue et au retour au processus politique et aux négociations, sous l'égide des Nations unies, pour convenir d'une solution politique, pragmatique, et mutuellement acceptée par toutes les parties concernées, exhortant les dirigeants africains et les instances concernées de l'Union africaine à se pencher sur les conditions humaines des populations sous le contrôle des milices du Polisario, dans les camps de Tindouf, et s'assurer qu'elles jouissent de leur statut de réfugiés présumés et si elles exercent un minimum de leurs droits élémentaires à l'expression et à la circulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.