Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    Algérie : «L'autoritarisme et la politique du fait accompli ne mèneront que vers l'impasse»    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Un retournement de tendance en Bourse?»    Classe prolétaire    Près de deux millions de Marocains seront alimentés en électricité    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    Il y a 45 ans, le dernier soldat étranger quitta les provinces du Sud    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Un acquis important pour relever les défis    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Plusieurs eurodéputés interpellent Josep Borrell sur la répression et la coercition politiques en Algérie    Mustapha Ramid opéré au lendemain de sa démission    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    Maroc-Tunisie: Aboub critique l'arbitrage (CAN U20)    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Températures (par villes) prévues pour le dimanche 28 février 2021    Tendances déco 2021 : Les couleurs à adopter    Le groupe sanguin O, est-ce un rempart contre le Covid-19 ?    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Hirak, saison 2: Le Figaro fait le point sur la situation en Algérie    Change : Le dirham s'apprécie face au dollar du 18 au 24 février    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Voici le temps qu'il fera ce dimanche    Nigeria : 42 personnes relâchées, dont 27 élèves, après un enlèvement dans un pensionnat    CAN U20 : Les tirs de la chance privent le Maroc de la demi-finale !    AS FAR-SCCM (1-1) : Les Militaires rejoints sur la ligne d'arrivée !    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Amnistie fiscale :La fin des échéances pour bientôt
Publié dans Libération le 29 - 11 - 2020

L' année 2020, qui s'apprête à toucher à sa fin, a connu la mise en place d'une panoplie de mesures en guise d'amnistie fiscale. L'objectif affiché, en vertu de la loi de Finances 2020, était de renforcer la relation de confiance entre l'administration et le contribuable et poser les jalons d'une stratégie prônant un engagement volontaire en matière de paiement spontané des impôts.
Passée par là, la crise sanitaire associée à la pandémie de Covid19 a donné lieu à une loi de Finances rectificative, laquelle a permis une certaine prolongation des délais arrêtés initialement pour ces mesures. L'idée est de donner plus de chance aux contribuables de régulariser leur situation auprès du fisc, mais pas au-delà du mois de décembre prochain. Le compte à rebours a donc d'ores et déjà commencé !
Dans le cadre de la version actuelle du projet de loi de Finances 2021, et quoiqu'il est encore tôt de trancher sur les mesures qui seront introduites en matière d'amnistie fiscale, la seule mesure qui s'y rapproche jusqu'à présent, est un amendement, apporté par la Commission des finances et du développement économique, d'annuler totalement ou partiellement les pénalités, amendes, majorations et frais de recouvrement des créances publiques d'avant le 1er janvier 2020, rapporte la MAP.
Badreddine Ed Dihi, expert comptable et commissaire aux comptes, a souligné que les mesures de régularisation spontanée, ou bien amnistie comme appelées communément, visent de manière générale à encourager l'accomplissement volontaire des obligations fiscales par les contribuables qui, auparavant, ne les ont pas remplies soit partiellement ou entièrement pour une période bien définie. Grâce à l'amnistie, l'administration fiscale offre au contribuable la possibilité de régulariser sa position fiscale à un prix inférieur à la valeur de l'impôt dû sur le revenu non déclaré, aux sanctions administratives et aux intérêts, a relevé M. Ed Dihi dans une déclaration à la MAP, citant à titre d'exemple, la mesure prévue par l'article 247 XXVIII du Code général des impôts (CGI) et qui stipule que les contribuables soient exclus du contrôle.
Revenant sur les principales mesures de régularisation spontanée programmées en 2020, M. Ed Dihi, également président de la commission juridique et fiscale du Club des dirigeants du Maroc, évoque par ailleurs l'opération de régularisation volontaire de la situation fiscale du contribuable au regard des revenus et profits professionnels ou agricoles, la régularisation de l'IR foncier ou encore la régularisation sur les avoirs détenus à l'étranger. S'agissant de la déclaration rectificative au titre de l'article 247- XXVIII du CGI (IS, IR professionnel, droit de timbre, TVA, retenue à la source,...), elle porte sur la constatation d'irrégularités dans les déclarations fiscales, ayant pour conséquence une insuffisance de chiffre d'affaires ou de résultat imposable, précise l'expert. Le contribuable peut ainsi régulariser sa situation en souscrivant une déclaration rectificative au titre des exercices 2016, 2017 et 2018, et ce avant le 15 décembre de cette année, fait-il savoir.
Pour ce qui est du dispositif relatif à la régularisation volontaire de la situation fiscale du contribuable au regard des revenus et profits professionnels ou agricoles, il concerne notamment les personnes physiques résidentes et détenant des avoirs liquides (sous forme de billets de banque) provenant de profits ou de revenus se rapportant à l'exercice d'une activité professionnelle ou agricole n'ayant pas été déclarés avant le 1er janvier 2020, relève-t-il, notant que pour ce dispositif, la nouvelle échéance, telle qu'a été prolongée par la loi de Finances rectificative (LFR) est le 15 décembre 2020.
Autre dispositif phare est celui de la régularisation de l'IR foncier. Il s'agit de la possibilité de souscrire une déclaration spontanée sur les loyers non déclarés provenant des années antérieures à 2018, explique M. Ed Dihi, précisant que, pour cette mesure, la base imposable est limitée aux revenus locatifs de 2018. Pour la régularisation sur les avoirs détenus à l'étranger avec comme nouvelle échéance fin décembre 2020, elle porte, quant à elle, sur la possibilité de souscrire une déclaration spontanée sans pénalités des avoirs à l'étranger appartenant à des résidents fiscaux marocains, note-t-il. De l'avis de M. Ed Dihi, ce genre de mesures peut receler plusieurs avantages pour les finances publiques notamment en matière de réduction des coûts du contrôle fiscal et du contentieux, de recouvrement des impôts éludés, sans parler de la possibilité de divulguer les revenus de l'économie informelle.
Néanmoins, poursuit notre interlocuteur, ces dispositifs présentent des limites. Il explique que le prix payé par les contribuables qui adhèrent à une amnistie ne comprend pas les pénalités /majorations qui seraient dues en cas de vérification, et, dans certains cas, peut être inférieur au montant de l'impôt dû sur le revenu non déclaré. "Ainsi, la mise en œuvre de ces mesures a pour effet que tous les contribuables, dans des situations comparables, ne supportent pas le même coût fiscal", estime-t-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.