Marché de capitaux : Près de 77 MMDH de levées en 2020    En-Nesyri buteur de la Liga grâce à un nouveau triplé    CHAN : La Guinée rattrapée par la Zambie sur le fil !    CHAN / Namibie-Tanzanie : Une première... les 3 arbitres étaient des femmes !    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Orange Maroc se prépare à la 5G    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le vaccin bientôt parmi nous
Publié dans Libération le 30 - 11 - 2020


Le coup d'envoi de la campagne de vaccination tant attendu est prévu pour les jours à venir. En attendant, tant de questions restent à poser. Et pour cause, d'après Driss El Habchi, responsable du service de chimie et toxicologie à l'Institut Pasteur de Casablanca, la campagne de vaccination devrait débuter avant la deuxième semaine de ce mois-ci. Or, comme nous vous l'annoncions dans notre édition du lundi, l'entreprise d'Etat CNBG Sinopharm, principal fournisseur du vaccin antiCovid-19 dans le Royaume, vient à peine de déposer une demande de commercialisation de ses vaccins auprès de la Food and Drug Administration chinoise. Et cela, avant même d'avoir conclu les essais cliniques. Un empressement somme toute compréhensible d'un point de vue économique à défaut de l'être éthiquement et sanitairement. Certes, les représentants de Sinopharm rassurent. Mais du coup, à quoi servent les essais cliniques s'ils suffisaient de quelques déclarations pour garantir l'efficacité d'un vaccin et surtout la bonne santé des citoyennes et citoyens marocains ? Pis, même les résultats préliminaires de ces essais cliniques, sur lesquels se basent les chercheurs, ne seront publiés que fin décembre 2020. Bref, il y a un hic. Espérons que le prix à payer pour cette précipitation ne sera pas trop élevé. Pour l'heure donc, nous sommes à l'orée de la campagne de vaccination. Et comme on pouvait s'y attendre, la région de Casablanca-Settat sera en première ligne : «Parce que c'est là où il y a la plus forte densité de population. Elle représente aussi le cœur économique du pays avec par conséquent des va-et-vient incessants participant ainsi à la propagation de l'épidémie», argue le Dr. Driss El Habchi. Ainsi, toujours selon le responsable du service de chimie et toxicologie à l'Institut Pasteur de Casablanca : «5 millions de personnes recevront dans un premier temps deux doses du vaccin de Sinopharm par intervalle, à raison de 100.000 doses quotidiennes, à travers les 800 points de vaccination disséminés dans la région». Des unités de vaccination fixes et mobiles. Le ministère de la Santé avait expliqué la semaine dernière que cette stratégie de vaccination donnera la priorité aux professionnels de la santé, enseignants, personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques. La campagne s'étalera sur 12 semaines, au bout desquelles Khalid Ait Taleb, le ministre de la Santé, espère «qu'elle touchera 80% des plus de 18 ans –la population à risque en premier– , et qu'elle offrira une vaccination large pour un retour à la normalité le plus tôt possible, soit l'année prochaine». Si ce souhait venait à se réaliser «même s'il y a des cas de contamination, le virus disparaîtra automatiquement de manière spontanée». Puis de conclure en avançant que de cette manière «on va pouvoir se libérer de cette crise qui impacte fortement l'économie et tous les autres secteurs qui sont en souffrance actuellement». Ce qui prouve bel et bien que l'urgence économique a pris le pas sur tout autre considération. En même temps, il faut aussi dire que le Maroc n'est pas le seul à avoir cédé à l'urgence. Sur le Vieux Continent, plusieurs pays ont programmé le début de leurs campagnes de vaccination en janvier prochain. Idem aux Etats-Unis. Sauf que voilà, à la différence du Maroc, ces pays ne comptent pas sur un mystérieux vaccin dont on ne sait absolument rien. Puisque, encore faut-il le rappeler, il est impossible de trouver trace d'une publication de CNBG dans le cadre de l'efficacité de ses vaccins dans les essais de phase 3. Mais le Maroc a décidé d'accorder une confiance aveugle à son partenaire chinois. Le fait que 600 volontaires marocains aient participé aux essais cliniques de la phase 3 ne change en rien ce constat, car tout simplement les résultats sont envoyés à Pékin, spécialiste de la rétention d'information. Souvenez-vous, la Chine a alerté l'Organisation mondiale de la santé au sujet de l'épidémie du nouveau coronavirus un mois trop tard au bas mot. Dès lors, la Chine est-elle vraiment le partenaire idoine dans cette pandémie ? Rien n'est moins sûr.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.