MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Dialogue inter-libyen: Les parties s'approchent d'un accord sur les postes de souveraineté    Bientôt des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Suspension des cours : le ministère de l'Education nationale dément les « Fake news »    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    Attijariwafa bank, premier contributeur aux dispositifs d' accompagnement et de soutien aux TPME    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Produits industriels : nouvelles normes d'application obligatoire pour le contrôle de conformité    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2020


Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (pacte de Marrakech), a affirmé, mardi, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita. Au niveau national, la Stratégie nationale d'immigration et d'Asile (SNIA) et la Stratégie nationale pour les Marocains résidant à l'étranger (SNMRE), convergent avec les objectifs du Pacte, a souligné Nasser Bourita dans une allocution lors de la réunion de haut niveau de lancement du rapport du Secrétaire général des Nations unies sur le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. Ces deux stratégies protègent les droits et libertés fondamentaux aussi bien des étrangers résidant au Maroc que des Marocains résidant à l'étranger et visent à favoriser les conditions d'intégration économique et sociale des migrants et à lutter contre les réseaux de traite des personnes, l'exploitation et les abus, a relevé le ministre, rappelant qu'au niveau régional, le Maroc a promu l'adoption d'une feuille de route régionale pour asseoir les principes du Pacte de Marrakech à l'échelle de la Méditerranée occidentale, lors de la 8ème Conférence ministérielle du Dialogue 5+5 sur la migration et le développement, tenue à Marrakech en mars 2020. Au niveau continental, l'Agenda africain pour la migration porté par Sa Majesté le Roi Mohammed VI en tant que "Leader de l'Union africaine sur la question de la migration" a construit un consensus continental autour d'une vision intégrée de la migration, a encore dit Nasser Bourita, soulignant que l'Observatoire africain de la migration, créé à Rabat, en est la première manifestation concrète. Il n'est d'ailleurs pas anodin que le Maroc se soit porté volontaire pour abriter le premier forum régional africain pour la mise en œuvre du pacte de Marrakech, a-t-il fait observer. Il a, d'autre part, estimé que "la mise en oeuvre du Pacte de Marrakech doit rester notre "mantra", soutenant que c'est de la crédibilité du multilatéralisme et de l'efficacité de la coopération internationale qu'il s'agit. Il ne suffit pas, en effet, de générer un momentum, il faut l'inscrire et l'installer dans la durée, a-t-il insisté, évoquant certaines avancées du pacte de Marrakech qui doivent être consolidées. Le ministre a, à cet égard, affirmé que le discours autour de la migration a favorablement évolué, notant que le consensus construit par et autour du Pacte mondial a eu ce premier effet probant de faire évoluer le discours sur la migration. Le Pacte de Marrakech a dégagé une dynamique sans précédent pour consacrer une méthodologie et des initiatives basées sur les faits et les données, a poursuivi le ministre, faisant observer que les dynamiques de coopération ont quantitativement et qualitativement augmenté. D'une part, les gouvernements, libérés des stéréotypes réducteurs, collaborent davantage sur les plans bilatéral, régional et inter-régional, a-t-il relevé, précisant que le Pacte offre des outils de convergence aux processus bi-continentaux, tels que les processus euroafricains. D'autre part, le Pacte s'impose progressivement comme un étalon qui tire les politiques migratoires vers le mieux-faire, au plus proche des standards les plus exigeants, a soutenu Nasser Bourita, indiquant que le Réseau des Nations unies sur les migrations est par sa seule existence, la concrétisation du caractère transversal de la gouvernance migratoire voulue par le pacte. Sur un autre registre, le ministre a relevé que le premier rapport du Secrétaire général de l'ONU sur le pacte de Marrakech est appelé à traduire l'attachement à concrétiser la promesse du Pacte : celle de rehausser la gouvernance mondiale de la migration. Il est appelé à nourrir l'approche qui doit guider toutes les parties prenantes : une approche résolument orientée vers l'action, la coopération et la valorisation des bonnes pratiques, a-t-il noté, relevant par ailleurs que ce premier rapport intervient dans un contexte sanitaire mondial difficile, qui a vu les routes migratoires se perturber, les vulnérabilités des migrants s'exacerber et, par là-même, la gouvernance migratoire se complexifier. Le ministre a aussi affirmé qu'entre l'adoption du Pacte à Marrakech et le lancement de ce rapport, la pandémie est venue accaparer, largement, l'attention, la mobilisation et les moyens de la communauté internationale, soulignant que la pandémie passera, mais la migration, elle, restera

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.