MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Dialogue inter-libyen: Les parties s'approchent d'un accord sur les postes de souveraineté    Bientôt des zones de distribution et de commerce à Bir Gandouz et El Guerguarat    Le Crédit Agricole du Maroc affirme son soutien total à la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Suspension des cours : le ministère de l'Education nationale dément les « Fake news »    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    Attijariwafa bank, premier contributeur aux dispositifs d' accompagnement et de soutien aux TPME    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Evolution du coronavirus au Maroc : 1138 nouveaux cas, 464.844 au total, vendredi 22 janvier 2021 à 18 heures    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Produits industriels : nouvelles normes d'application obligatoire pour le contrôle de conformité    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2020


Critiques et cinéastes arabes ont convenu à l'unanimité que le soutien à la cause palestinienne passe par une décision politique permettant la production de films qui reflètent la réalité palestinienne. Les participants au séminaire virtuel organisé lundi dans le cadre des activités de la 5-ème édition du Festival international du film d'Al-Qods à Gaza (29 novembre - 6 décembre), ontsouligné que les producteurssont appelés plus que jamais à soutenir la cause palestinienne du point de vue cinématographique. À cet égard, le réalisateur et critique de cinéma marocain Abdelillah ElJawhari a déploré la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne, notant que le cinéma marocain, qui compte seulement deux ou trois oeuvres, ne déroge pas à cette règle en raison de son influence par la culture occidentale et aussi de la formation des réalisateurs et scénaristes. Le critique marocain a évoqué les problèmes politiques auxquels sont confrontés les pays arabes et qui jettent de l'ombre sur la production cinématographique. «L'absence d'une vision et d'une perception commune des pays arabes n'a pas aidé à cristalliser une vision cinématographique unifiée de la question palestinienne", a-t-il estimé. Il a appelé à la nécessité de travailler à la promotion d'une véritable culture cinématographique dans les sociétés arabes. "Sans une véritable conscience culturelle et sans foi en la cause palestinienne, nous ne pouvons espérer de soutien pour un cinéma qui sert la cause palestinienne", a-t-il ajouté. Le critique marocain a également évoqué le rôle que jouaient les cinéclubs marocains dansla promotion de la cause palestinienne et des luttes du peuple palestinien. M. Jawhari a attribué, par ailleurs, le manque de financement pour les films traitant de la question palestinienne à l'existence de "lobbies" qui contrôlent la production et des festivals dans le monde, dominés par des obsessions commerciales et lucratives, appelant à la création d'un "front" arabe et international pour soutenir l'industrie cinématographique au service de la cause palestinienne. Pour sa part, le réalisateur et producteursyrien, Anwar al-Qawadri, a relevé que la question palestinienne est une cause mondiale, notant que malgré la présence de nombreuses œuvres théâtrales et cinématographiques traitant de cette question, il y a un grand manque à gagner dans la production de filmstraitant la réalité palestinienne selon une approche innovante.Al-Qawadri a déploré le manque de financement ainsi que l'absence de soutien des secteurs public et privé à la production de filmstraitant de la question palestinienne. L'acteur et dramaturge palestinien Housam Abou Aicha a souligné, quant à lui, que le soutien aux activités artistiques, en particulier cinématographiques qui traitent de la question palestinienne, est une question liée au capital public, lui-même lié à la politique desrégimes.Il a toutefois estimé que le manque ou l'absence de soutien ainsi que les conditions politiques que connaît la cause palestinienne n'empêcheront pas le cinéma palestinien de prouver sa présence et son mérite. Le Festival international du film d'Al-Qods se tient du 29 novembre au 6 décembre, avec la participation de films de trente pays, répartis entre fictions, documentaires et autres productions dédiées aux amateurs. Cette édition a choisi de sacrer l'acteur et réalisateur palestinien Mohamed Bakri avec un prix portant son nom qui sera décerné au meilleur film national.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.