Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Fruits et légumes : Les exportations marocaines en hausse    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Plan de relance. Ça va décarboniser    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Décès de Mohieddine Chekrouni    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit les organisations de la jeunesse des partis politiques    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Microcrédit : 10 millions d'euros de prêt de la BEI à Jaïda    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Cyber-sécurité : le dispositif de Maroc Telecom    AfricaPay ambitionne de devenir la première néo-banque du continent    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Législation : Un bilan maigre se profile    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Pétitions : Enième tentative de réanimation    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    CHAN : Bien que décimée par la Covid-19, la RDC bat le Niger (2-1)    Le rock maghrébin en concert à Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia
Publié dans Libération le 04 - 12 - 2020

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/52053382-39805035.jpg?v=1607104797" alt=""Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia" title=""Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/52053382-39805035.jpg?v=1607104797" alt=""Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia" title=""Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia" /
"Au Nom des miens", une exposition individuelle de Hassan Bourkia, qui est l'aboutissement de plusieurs années de rencontres et de recherches artistiques de cet artiste plasticien, prendra ses quartiers du 12 décembre au 27 février prochain au "Comptoir des Mines Galerie" à Marrakech. Reportée à plusieurs reprises, cette exposition se veut un "hommage à la vie, à l'espoir et aux rencontres qui marquent l'existence".
M. Bourkia "a beaucoup attendu avant de dévoiler un drame intime qui a fait de lui l'artiste et l'homme qu'il est aujourd'hui", souligne la Galerie dans un communiqué, ajoutant que "souvent suggéré dans ses précédentes œuvres, il a longtemps esquissé les pourtours de cette genèse sans en donner toutes les clefs". "La cendre, les brûlures et les débris calcinés n'ont jamais été des matériaux innocents au service de l'œuvre d'art. Ils peuplent l'univers de Hassan car ils font partie intégrante de sa propre histoire", lit-on dans le communiqué. Et de poursuivre que "les cicatrices lisibles sur ses œuvres sont d'abord les siennes, inscrites dans sa mémoire, et l'oxydation apparente de certains matériaux est avant tout la métaphore qu'il utilise pour aborder l'altération de ses propres souvenirs". "D'ailleurs, qui d'entre nous n'a pas enfoui dans sa mémoire profonde ses propres drames et déchirures pour se reconstruire ?", s'interroge la même source. "Il n'y a pas de plus difficiles constats que ceux subis dans sa propre chair comme une injustice du destin, et c'est dans le creux du corps que naît la révolte", aime dire M. Bourkia, cité dans le communiqué.
La révolte de cet artiste plasticien s'exprime avant tout dans ses différentes pratiques artistiques pour combattre l'oubli qu'il redoute. Se souvenir, ne rien oublier, ne rien gâcher, l'invitent à travailler sans relâche à "l'amplification de sa mémoire", concept qu'il développe depuis plusieurs années. "Au nom des miens" invite ainsi à prendre conscience du "rôle et du poids de ceux qui, depuis les cellules familiales et amicales, forgent notre personnalité", relève la Galerie. "C'est la forme que prend +le pardon+ chez Hassan qui est belle à découvrir et comment il le traduit en expressions artistiques, notes de voyages, et en livres. Il nous enseigne à notre tour comment affronter la main du destin sans jamais la qualifier d'injuste",souligne le communiqué. Avec cette exposition inédite rendue possible grâce au soutien du ministère de la culture, "le Comptoir des Mines écrit une nouvelle page de sa jeune histoire en accueillant un tel projet et espère renaître après la pandémie du Covid-19".
Ne le 19 décembre 1956 a El Ksiba, dansla province de Béni Mellal, M. Bourkia est écrivain, traducteur et artiste plasticien. Il enseigne la littérature depuis 1982, et expose dès le début des années 1990 dans les plus importantes galeries au Maroc et dans différents lieux a l'étranger. Il a participe récemment a la Biennale d'art contemporain de Buenos Aires (Bienalsur), et ses œuvres font partie de grandes collections privées et de Musées.
Hassan Bourkia explore depuis plusieurs années les champs de la mémoire pour parler des drames de l'immigration et des souffrances provoquées par les traumas des conflits de par le monde. Il tire de sa propre vie l'expérience d'un apocalypse intime qui le pousse a travailler sur des blessures collectives utilisant la notion d'archives et de fragments.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.