S.M le Roi préside la cérémonie de lancement du projet de généralisation de la protection sociale    Légère hausse de l'IPC à Oujda en février dernier    L'AMMC vise la notice d'information relative au programme de rachat des actions d'Itissalat Al-Maghrib    Au Liban, ils ont survécu à la guerre civile mais sont terrassés par la crise    Ligue des champions. La campagne se poursuit pour City et le Real    Paris SG, tout pour aller au bout !    Botola Pro D1 : Le Raja et la RSB appelés à secouer le cocotier    Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Covid-19 au Maroc : 596 nouveaux cas en 24 heures    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    12ème journée de la Botola Pro D1 inwi : Wydad-Mouloudia Oujda : Un match au sommet    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Petit budget et carence en ressources humaines
Publié dans Libération le 06 - 01 - 2021


Où en est le programme d'éducation inclusive au profit des enfants en situation de handicap quelques années après son lancement ? Selon le ministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le nombre des établissements scolaires inclusifs s'élève aujourd'hui à 3.488 instituts, soit 31% de l'offre scolaire accueillant 24.726 élèves en situation de handicap physique, sensoriel ou mental. Intervenant lors de la séance des questions orales tenue lundi dernier à la Chambre des représentants, le ministre a également précisé que 92.000 enfants handicapés poursuivent leurs études dans des classes normales et que 3.834 enseignants ont pu bénéficier de formation en matière d'éducation inclusive. Pour le gouvernement, ce programme est une vraie réussite puisque le nombre des classes inclusives n'a été que de 700 unités en 2017, soit 10% de l'offre scolaire public accueillant 8.000 élèves. Mieux, le bilan de l'année scolaire 2019-2020 a dépassé l'objectif ciblé, à savoir les 20% puisque le taux de couverture des établissements scolaires a atteint les 31%. Le ministère ambitionne d'atteindre un taux de 100% en 2027-2028. Pourtant, Abdelmalek Asrih, président de l'Association «La Colombe blanche», a un autre point de vue sur ce programme. Selon lui, si ce programme est ambitieux, Il n'est pas à même de surmonter deux problèmes de taille, à savoir le manque de mesures d'accompagnement clairs et de ressources humaines adéquates. «Il s'agit d'un bon programme qui s'inscrit dans la durée et qui cherche à créer une école fédératrice qui encourage la diversité et la différence, mais il y a encore du flou concernant les mesures d'accompagnement notamment au niveau du budget», nous a-t-il indiqué. Et de poursuivre : «Les ressources humaines censées mener ce programme manquent également. En effet, on ne peut pas gérer ce programme avec des ressources humaines qui n'ont reçu que des formations générales et même celles qui sont dispensées par le ministère restent insuffisantes. Il y a nécessité aujourd'hui de penser aux métiers de l'éducation inclusive et à leur encadrement comme c'est le cas sous d'autres cieux où l'on a des formateurs d'éducation inclusive, des enseignants d'éducation inclusive, des inspecteurs d'éducation inclusive, des proviseurs d'éducation inclusive, etc». Ce manque de ressources humaines est palpable également au niveau de la mise en place des classes de soutien qui remplacent celles dites inclusives où l'on note l'absence de travailleurs sociaux et de psychologues sans parler des outils de soutien. Notre interlocuteur estime que l'Etat fait un pari absurde sur les ONG pour réussir ce programme. Selon lui, l'Etat a impliqué les associations dans la mise en œuvre de ce programme sans engagement de sa part. «Les contrats de partenariat entre les ONG et l'Etat révèlent que ce dernier ne veut rien donner en contrepartie», nous a-t-il confié. Et d'affirmer : «Il est temps de réfléchir sur de nouvelles générations de contrats avec les associations en donnant les moyens à ces dernières. En fait, l'approche étatique concernant les structures, le financement et autres reste confuse». Autres déficits et non des moindres, il y a les élèves sourds dont la place dans ce dispositif reste floue puisqu'il n'y a pas de mesures bien définies. La confusion englobe également, selon notre source, la définition même de l'éduction inclusive ainsi que les approches didactiques et pédagogiques. Toutefois, Abdelmalek Asrih se rend bien compte des enjeux que recèle ce programme. Selon lui, ce dernier n'est pas un simple dispositif qui doit donner des résultats dans trois ou quatre ans. Il s'agit, selon lui, d'un projet de société qui exige beaucoup d'efforts et la participation de tous. A rappeler qu'un projet pilote pour une meilleure éducation inclusive avait été lancé dans la région de Souss-Massa avant d'être généralisé à l'ensemble du territoire. Ce projet pilote réalisé dans 18 écoles de la région entre décembre 2012 et décembre 2015, a permis un nombre croissant d'inscriptions d'enfants handicapés. Rappelons également que ce projet avait porté sur le renforcement des capacités des inspecteurs pédagogiques, des enseignants et des directeurs des établissements scolaires dans l'objectif d'adopter une approche inclusive. Il était aussi question de sensibiliser le grand public au droit de ces enfants à une éducation de qualité à travers des campagnes de sensibilisation dans les écoles et les espaces publics. Enfin, ce projet a ciblé l'organisation de séminaires nationaux. A noter aussi qu'un premier séminaire s'était tenu en 2014. Après sa phase pilote, le projet a conclu à l'évidence à la possibilité de mettre en place un modèle marocain pour garantir une éducation de qualité pour tous.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.