Maroc : Les barrages remplis à 50%    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    Watford : Vers un rôle plus offensif pour Adam Masina    Botola Pro D1: L'AS.FAR décroche une belle victoire face à la RSB    Météo: encore de la pluie prévue ce dimanche 7 mars au Maroc    Les éboueurs manifestent à Mohammédia (VIDEO)    Les barrages du Royaume remplis à 50%    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Concours d'accès au COPE : 543 candidats passeront l'épreuve orale par visioconférence    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    L'ouverture du consulat jordanien à Laâyoune continue de faire réagir    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    Election à la présidence de la CAF : Anouma se retire, Motsepe seul candidat    Les réserves de barrages accumulent 8,04 milliards de mètres cubes    Employabilité: le recrutement face à des défis structurels    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Une influenceuse marocaine attaquée sur la Toile à cause de Saad Lamjarred (VIDEO)    DGSN: un individu placé sous surveillance médicale se suicide    Le Real Madrid hausse le ton avec Sergio Ramos    De grands groupes polonais prêts à investir au Maroc    Ibrahimovic de retour en équipe nationale de Suède ?    Des femmes qui comptent : Ghyzlaine Alami    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Bourse de Casablanca: le résumé hebdomadaire en 4 points-clés    Agences de voyages: un premier trimestre 2021 «catastrophique»    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    BAM: l'activité industrielle s'est améliorée en janvier 2021    Juventus: Cristiano Ronaldo sur le départ    Evolution du coronavirus au Maroc : 420 nouveaux cas, 485.567 au total, vendredi 5 mars 2021 à 18 heures    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    Huit personnes interpellées pour organisation d'une fête de mariage    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Hervé Renard: ses maîtres chanteurs condamnés à de la prison ferme    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Débats féconds en commission sur les projets de loi organiques relatifs aux deux Chambres du Parlement    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Sidi Slimane    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La pitoyable sortie de Podemos
Publié dans Libération le 15 - 01 - 2021

Dans un acte d'hostilité qui pourrait avoir des conséquences graves sur les relations entre Madrid et Rabat, des députés de Podemos (parti espagnol d'extrême gauche qui, de surcroît, fait partie de la coalition gouvernementale) ont appelé Joe Biden, le prochain président américain, à révoquer la décision signée par Donald Trump le 10 décembre dernier et par laquelle les Etats-Unis reconnaissent la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara.
Selon Europa Press, plusieurs députés de ce parti d'extrême gauche « se sont joints à une lettre promue par des eurodéputés dans laquelle ils demandent au futur président américain, Joe Biden, d'annuler la décision de reconnaissance de la marocanité du Sahara prise par Donald Trump ». Et la même source d'ajouter : « Dans cette lettre, à laquelle se sont joints Lucía Muñoz ainsi qu'Antón-Gómez Reino et le député de l'ERC (la Gauche républicaine de la Catalogne) Joan Josep Nuet, ils assurent que bien qu'ils n'aient aucune intention de s'immiscer dans la décision souveraine des Etats-Unis en matière de relations internationales, ils considèrent qu'ils sont obligés de réagir puisque la mesure affecte "les droits d'un tiers", en l'occurrence les Sahraouis ». Les hargneux signataires de cette lettre ont appelé à « l'engagement connu et ferme» de Biden en faveur du multilatéralisme dans l'espoir de le voir "révoquer cette déclaration illégale réaffirmant la position traditionnelle des Etats-Unis concernant le statut juridique du Sahara occidental et le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à la liberté». Et de souligner que «la nouvelle administration de Biden pourra aspirer à jouer son rôle naturel au sein du Conseil de sécurité des Nations unies en tant que facilitateur impartial dans les efforts visant à résoudre l'un des plus anciens cas de décolonisation soumis aux Nations unies ».
Cette lettre regorge de contre-vérités et de falsification des faits historiques. A titre d'exemple, ses rédacteurs prétendent que « le Sahara est "le dernier territoire africain à être décolonisé" et est "habité par un peuple souverain dont le droit inaliénable à l'autodétermination est reconnu par l'Assemblée des Nations unies depuis 1963». Tout d'abord, c'est le Maroc qui, dès le début des années 60, a réclamé la récupération de ses provinces du Sud et a sollicité l'ONU pour que le Sahara soit inscrit sur la liste des territoires non autonomes, avant même la naissance du front Polisario qui a été créé et instrumentalisé par l'Algérie pour faire échouer les efforts du Maroc visant à récupérer ses territoires sahariens. La deuxième contre-vérité est que « le Sahara est le dernier territoire africain à être décolonisé ». Tout le monde sait que le Maroc a récupéré son Sahara en vertu des accords de Madrid signés le 14 novembre 1975. En outre, ces accords ont été ratifiés par le Parlement espagnol (Cortes Generales) le 18 novembre 1975. C'est d'ailleurs ce qu'avait souligné l'ambassadeur, représentant permanent du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, en décembre dernier lors d'un débat virtuel organisé par l'Afrique du Sud, la Russie et le Vietnam pour commémorer le 60ème anniversaire de l'adoption de la résolution 1514, en affirmant que «la décolonisation du Sahara marocain a été définitivement scellée avec l'accord de Madrid de 1975 et son approbation par l'Assemblée générale des Nations unies ». Par ailleurs, la conférence des ambassadeurs en Espagne sera célébrée les 18 et 19 janvier, a affirmé le quotidien espagnol ABC. Lequel a ajouté avec étonnement que l'un des intervenants à de cette conférence est « le deuxième vice-président du gouvernement, Pablo Iglesias, qui prendra la parole pour parler de l'agenda 2030 malgré le fait que sa présence n'était pas prévue dans le programme initial».
ABC a reconnu qu'il y a une divergence de points de vue entre les partis qui forment le gouvernement espagnol, à savoir le PSOE et Unidas-Podemos concernant la politique étrangère, notamment la question du Sahara marocain. « Ce n'est un secret pour personne que le positionnement de Podemos sur une question aussi sensible que le Sahara n'a pas contribué à améliorer les relations bilatérales avec le Maroc à un moment aussi difficile que celui de la crise migratoire aux Canaries », a écrit le quotidien espagnol. Il convient de rappeler qu'en février 2020, le dénommé Nacho Álvarez (Podemos), secrétaire d'Etat aux droits sociaux au sein du gouvernement présidé par Pedro Sanchez, avait reçu dans son bureau à Madrid, une délégation de la chimérique RASD conduite par la prétendue «ministre sahraouie des Affaires sociales ». Pis encore, ce responsable espagnol avait publié les photos de cette rencontre avec les séparatistes sur son compte Twitter et il s'était également félicité de cette rencontre allant même jusqu'à exprimer son soutien au mouvement séparatiste. La ministre socialiste des Affaires étrangères, de l'UE et de la Coopération, Arancha González Laya, avait dû expliquer à son homologue marocain, Nasser Bourita, que la position de l'Espagne concernant le Sahara n'avait pas changé. « La position de l'Espagne sur le Sahara n'a pas changé. Il s'agit d'une politique d'Etat: l'Espagne ne reconnaît pas la RASD et nous soutenons les efforts du Secrétaire général de l'ONU pour parvenir à une solution pacifique dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU », avait- elle précisé.
Mourad Tabet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.