Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Recherche biomédicale : c'est parti pour un nouveau défi national !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 8 mars    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Oujda : Un individu placé sous surveillance médicale met fin à ses jours    Maroc-USA Examen des moyens de renforcer la coopération culturelle    Voici le nouveau président du FC Barcelone !    Guinée équatoriale : 15 morts et 500 blessés dans des explosions accidentelles dans un camp militaire    Le Maroc, deuxième partenaire commercial africain du Mexique    Indemnité forfaitaire CNSS : Nouvelle vague de bénéficiaires    Prévisions météorologiques pour le lundi 8 mars 2021    Après les troubles au Sénégal, la contestation appelle à de nouvelles manifestations    Manifestants asiatiques et rêve américain    Rencontre avec Mustapha Jmahri autour de la mémoire d'El Jadida    Fatma El Ghalia Charradi, la férue du théâtre et de l' action associative    Ahlam Aboulamal, Une vie rythmée par le monde des arts et du spectacle    La jolie passe de trois du Wydad    Maymouna Amidan, une militante associative de Dakhla dévouée aux personnes vulnérables    Le Raja Casablanca et le Youssoufia Berrechid se quittent sur un nul (VIDEO)    Salma Azzaoui, une sportive marocaine au défi de la rudesse du soccer américain    Quand le Maroco-Allemand, Mohamed Hajib, condamné pour terrorisme, faisait l'apologie des attentats-suicides    Mohamed Essoulimani expose sa dimension spirituelle de la femme    Sahara : Les Nations unies reconnaissent la difficulté de nommer un envoyé spécial    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    Recrudescence du variant anglais du Covid : le Maroc referme ses frontières    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    Déclaration du CA avant le 1er avril    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Après Espérance -Zamalek : Bencherki en altercation violente avec le coach !    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Une semaine sous le signe de la stabilité    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    L'étape actuelle exige une implication de tous    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Martin Scorsese, le parrain des films de gangsters
Publié dans Libération le 15 - 01 - 2021

Une collection de quatre longs métrages de Martin Scorsese débarque sur la plateforme de streaming Salto : Raging Bull, Les Affranchis, Gangs of New York, et Les Infiltrés. Portrait du "parrain" des films de gangsters.
ls films de gangsters serait pure hérésie. Car cela reviendrait à nier nombre des chefs d'oeuvre du "maestro", encrés à perpétuité dans l'Histoire du septième art : Taxi Driver, Palme d'or à Cannes en 1976, Raging Bull, Gangs of New York, Shutter Island, Le loup de Wall Street, ouAviator, pour n'en citer que quelques-uns... Mais dans le genre "gangsters" (cinématographiquement parlant), le cinéaste italo-américain est passé maître, et ce, dès ses débuts derrière la caméra, à la faveur d'un long-métrage : Mean Streets, en 1973. Le film, autobiographique dixit le réalisateur (à l'instar de beaucoup de ses oeuvres), suit le quotidien de jeunes aspirants mafieux issus du quartier newyorkais de Little Italy, làmême où a grandi Martin Scorsese (qui fait d'ailleurs une courte apparition dans le long-métrage). Avec ce film, Scorsese débute un long voyage cinématographique aux confins du crime organisé, lequel durera près de 50 ans, marqué par des oeuvres cultes comme Les Affranchis (1990), Casino (1995) ou plus récemment The Irishman (2019), diffusé sur Netflix. Celles-ci lui permettent d'aborder des thèmes qui lui sont chers (la famille et l'identité, la religion et la rédemption, la grandeur et la décadence...), et de l'imposer comme l'un des plus grands réalisateurs d'Hollywood. Même si l'intéressé réfute cela : "Même quand je fais des films dans la tradition des films de gangsters, ce n'est pas Scarface, ce n'est pas Public Enemies... J'ai tenté de faire des films hollywoodiens, de faire d'Aviator un grand spectacle, même si j'y ai instillé des touches dramatiques, puis, avec Les infiltrés qui, allez savoir pourquoi, a cassé la baraque et a enlevé l'Oscar. Mais je n'ai pas réussi à être un cinéaste hollywoodien, car je suis trop indépendant. J'ai besoin d'être mon propre maître."
Dans une industrie où les amitiés se font et se défont en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, le lien fort et pérenne qui unit Martin Scorsese à ses deux acteurs fétiches, Robert De Niro et Leonardo DiCaprio, est suffisamment rare pour être souligné. Le premier, avec qui il est lié depuis quarante-sept ans, est incontestablement son alter ego : même génération, mêmes origines italiennes, même jeunesse à battre le pavé dans le quartier new yorkais de Little Italy. A ce jour, les deux hommes ont tourné neuf films ensemble, et parmi les rôles les plus iconiques de "Bob".Avec Leonardo DiCaprio, c'est davantage une relation de père à fils qui s'est installée au fil de leurs cinq collaborations (à ce jour). Et de transmission : "En travaillant avec Martin, je suis les pas de celui que j'ai toujours considéré comme le plus grand réalisateur américain", a ainsi confié Leo. Et il peut se réjouir: deux décennies après leur rencontre sur Gangs of New York, Scorsese pense toujours à lui, ainsi qu'à "Bob" De Niro, puisqu'il les a invités à rejoindre le casting de son prochain long métrage, Killers of the Flower Moon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.