Les frontlineuses à l'honneur    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Lamia Tazi : « Malgré toutes les avancées, la représentativité de la femme dans les organes de décision reste faible »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mars 2021 à 18H00    Covid-19: le Maroc s'approche des 4 millions de personnes vaccinées    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    De la «Mounassafa Daba» en poste de décision avant les élections 2021 ! : Une première pétition lui est dédiée    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya
Publié dans Libération le 15 - 01 - 2021

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/53112348-40298879.jpg?v=1610777302" alt=""Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya" title=""Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/53112348-40298879.jpg?v=1610777312" alt=""Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya" title=""Atlantide KM 130 " Rencontre entre l' artiste photographe Imane Djamil et la ville de Tarfaya" /
La CDA Gallery abrite depuis le 13 janvier et jusqu'au 22 mars, l'exposition "Atlantide KM 130" de la photographe Imane Djamil, seconde partie de son travail autour de la ville de Terfaya où l'artiste démystifie son rapport conceptuel à la ville et donne chair à ce tableau imaginaire dépeint dans ses premières photographies. "Cette fois-ci, je travaille étroitement avec un groupe d'enfants et d'adolescents nés parmi les ruines, à la recherche d'un temps perdu qui leur échappe, si ce n'est par le biais d'histoires familiales, ou d'une histoire plus globale, fantasmée sur fond de nostalgie", explique l'artiste dans une déclaration à la MAP.
Ensemble, nous tendons à voir la désuétude comme une cour de récréation et la ruine comme un élément à reconquérir le temps d'une collaboration, lance-t-elle. Dans son échange avec la MAP, Mme Djamil rappelle que sa rencontre avec la ville de Tarfaya est le fruit du hasard et de la nécessité, alors que l'artiste reliait Casablanca à Dakhla pour des besoins professionnels. La découverte de cette enclave fantomatique a été décisive dans le travail mené, fait-elle savoir. Anciennement occupée par l'Espagne, et ayant connu une présence britannique au 19e siècle, Tarfaya vit au rythme de l'activité de son port de pêche et de ses ruines. Parmi elles, la Casa del Mar, une forteresse au milieu de l'océan ayant servi comme comptoir commercial au 19e siècle et comme prison sous l'occupation espagnole. Dans une série de photographies et performances, Imane Djamil joue avec la figure de la Casa del Mar, erige e comme une plaie sur un corps en référence à son passé violent, la forteresse, recouverte par le sel de l'oce an devient une cicatrice apprivoise e par le corps qui la porte désormais comme un patrimoine. Un patrimoine dont il faut, néanmoins, se soucier en urgence, l'océan le menant paradoxalement vers sa destruction.
Le travail d'Imane Djamil impose un lien étroit entre la scène photographiée etsa représentation photographique. Un rapport immersif à l'image qu'elle réinterprète dans Atlantis Km 130, seconde partie de son travail autour de la ville. Elle démystifie son rapport conceptuel à la ville et donne chair à ce tableau imaginaire dépeint dans ses premières photographies. En présentant ce travail, Tina Barouti, doctorante à l'université de Boston, curatrice et historienne des arts, estime que le travail visuel et littéraire d'Imane Djamil cherche la frontière très fine entre réalité et sublime, dans ce qu'elle appelle Géographies Mentales. Des mondes contingents et inter-culturels s'interpénètrent à travers un assemblage narratif, créant de nouvelles topographies, indique Mme Barouti, également commissaire de l'exposition. Pour Tina Barouti, l'intérêt d'Imane Djamil pour les lieux en transition post-traumatique la conduit vers une vision à mi-chemin entre l'intime et les contes visuels. Des territoires comme Tarfaya, ville où est né le Petit Prince, personnage d'Antoine de Saint-Exupéry, ou Sarajevo, deviennent des microcosmes conceptuels dans lesquels l'Histoire engendre un dialogue métaphorique avec des anecdotes personnelles ou politiques. En tant que nomade, c'est dans son travail visuel, littéraire et performatif, qu'Imane Djamil trouve refuge pour habiter poétiquement un espace éphémère, précise-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.