Partenariat maroco-israélien : un mariage stratégique    Industrie: ce qu'il faut retenir de la dernière enquête de BAM    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Botola: le Wydad et le Raja au coude-à-coude dans la course au titre    Cristiano Ronaldo charge Khabib Nurmagomedov de cette mission    On en sait plus sur la grosse opération anti-drogue menée au large de Mehdia    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Casablanca: descente policière à Derb Ghallef, des centaines de smartphones saisis    Maâti Monjib n'est nullement en grève de la faim, affirme la DGAPR    Le Conseil National de la Presse rend hommage à la femme    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    Déclaration de la Contribution Professionnelle: Souscription avant le 1er Avril 2021    Quotient électoral: Le parti de la justice et du développement isolé    Le changement du statut juridique du Sahara qui bénéficie au Maroc    LE BRESIL DAME LE PION AUX PAYS EUROPEENS    Répondre aux attentes des professionnels de l'artisanat    ACCENTUATION DU DEFICIT DE LIQUIDITE EN 2021    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Hirak : l'ONU demande la fin des arrestations arbitraires en Algérie    Latifa Ibn Ziaten parmi les « 109 Mariannes » actrices de changement social    Attijariwafa Bank élue meilleure banque d'investissement au Maroc par Global Finance    L'inauguration d'une ambassade à Rabat et d'un consulat à Laâyoune témoigne du "grand intérêt" de la Zambie pour la coopération avec le Maroc    Chambre des conseillers: Ouverture de la session extraordinaire    ALCS: mobilisation pour la Journée internationale des droits des femmes    Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    De fortes averses, des chutes de neige et des rafales de vent attendues du vendredi au dimanche    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    Sidi Slimane    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien
Publié dans Libération le 20 - 01 - 2021


Giuseppe Conte est devenu Premier ministre sans s'être jamais frotté au suffrage universel, mais il a fait preuve jusqu'ici d'une grande habilité politique pour rester au pouvoir. En pleine pandémie du coronavirus qui a mis l'économie du pays à terre et fait plus de 82.000 morts, il espère bien conserver son poste, à condition de rallier mardi sur le fil du rasoir des parlementaires soucieux de barrer la route à la droite et l'extrême droite. Cet avocat et professeur de droit de 56 ans, qui n'a jamais été candidat à une élection, était un illustre inconnu lorsqu'il a pris la tête d'un premier gouvernement en juin 2018. Orateur volubile, peu charismatique mais rassurant, l'homme dirige son deuxième gouvernement depuis septembre 2019. Mais l'ex-Premier ministre Matteo Renzi a fait exploser la coalition au pouvoir, en sortant du gouvernement les deux ministres de son petit parti Italia Viva, créé en septembre 2019 en dissidence du Parti démocrate (centre-gauche). Pendant des semaines, le bouillonnant Renzi a pilonné le chef du gouvernement italien, l'accusant de "dilapider" la manne du colossal plan européen de relance en distribuant aides et ristournes fiscales au détriment des investissements dans les infrastructures. Reste que la popularité de Giuseppe Conte est élevée, tandis que celle de Matteo Renzi est au plus bas. Le chef du gouvernement a su notamment taper du poing sur la table lors des négociations européennes pour aboutir à un plan de solidarité généreux. Selon un sondage Ipsos pour le quotidien Il Corriere della Sera, Conte recueillait mi-décembre 57% d'opinions favorables, contre seulement 11% pour Renzi. Politiquement indépendant mais très proche de l'inclassable Mouvement 5 Etoiles (qualifié "d'anti-système" avant d'accéder au pouvoir), électeur de gauche toute sa vie, il avait été propulsé en juin 2018 Premier ministre, du jour au lendemain. Parti un matin pour donner ses cours à l'université de Florence, il avait prêté serment le lendemain et représentait l'Italie à la table du G7 au Canada une semaine plus tard. "Je suis professeur et avocat, je propose d'être l'avocat du peuple italien", dira-t-il en acceptant de former le premier gouvernement. A la tête d'un gouvernement populiste dominé par deux hommes forts - Matteo Salvini, chef souverainiste de La Ligue et l'inexpérimenté Luigi di Maio du Mouvement 5 Etoiles - il avait d'abord endossé l'habit d'un très discret arbitre. Avant d'afficher une fermeté de dernière minute en accusant Salvini d'être "irresponsable" pour avoir fait éclater ce premier gouvernement en août 2019. L'effacé professeur d'université, qui avait habitué les Italiens à un langage tout en retenue, avait subitement fustigé la "focalisation obsessionnelle" sur l'immigration du populiste Salvini. L'avocat se retrouve ensuite à la manoeuvre pour former un deuxième gouvernement plus à gauche baptisé "Conte bis", entre le M5S et le Parti démocrate (centre gauche), à la tête duquel il prend sa véritable dimension. Car c'est bien un tout nouvel univers pour cet homme né en 1964 à Volturara Appula, un village de 500 habitants dans les Pouilles (le talon de la Botte), qui a grandi auprès d'un père secrétaire de mairie et d'une mère maîtresse d'école à San Giovanni Rotondo, la ville de Padre Pio, un des saints les plus révérés d'Italie. Il est d'ailleurs le premier chef du gouvernement à être originaire du sud de l'Italie en trois décennies. Après des études de droit à Rome, l'avocat catholique a enseigné le droit privé en Sardaigne, à Rome, à Florence et à Malte. Il a aussi été membre du conseil d'administration de l'Agence spatiale italienne, consultant juridique de la Chambre de commerce de Rome et membre du comité de surveillance de plusieurs compagnies d'assurances en faillite. Séparé de son épouse, il a un fils de 13 ans avec lequel il partage une passion pour le football. Il se laisse désormais photographier avec une nouvelle compagne

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.