Les frontlineuses à l'honneur    Sénégal : l'opposant Ousmane Sonko relâché, les blindés de l'armée investissent la capitale    Lamia Tazi : « Malgré toutes les avancées, la représentativité de la femme dans les organes de décision reste faible »    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mars 2021 à 18H00    Covid-19: le Maroc s'approche des 4 millions de personnes vaccinées    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    De la «Mounassafa Daba» en poste de décision avant les élections 2021 ! : Une première pétition lui est dédiée    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Hausse de plus de 17% du parc des abonnés Internet en 2020    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    Le Maroc élu à la vice-présidence    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !
Publié dans Libération le 22 - 01 - 2021

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/53300826-40391492.jpg?v=1611341054" alt="L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !" title="L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/53300826-40391492.jpg?v=1611341055" alt="L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !" title="L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !" /
S es matinées sont lentes et flegmatiques. Sa clientèle se fait rare, se compte sur les doigts d'une main. Les grosses affluences et autres ‘'rush time'' ne sont qu'un lointain souvenir. Le serveur se satisfait de servir les inconditionnels du ‘'temple''. Le café ‘'la Comédie'' rumine la monotonie du vide, l'amertume de l'abandon. Sous perfusion, l'établissement, situé dans une ruelle en plein centre-ville de Fès, à proximité d'une petite poignée de centres culturels qui ‘'animent'' la ville, semble avoir déclenché le compte à rebours. Le rideau finira par tomber un jour !
Le café culturel et théâtral, créé par l'acteur Azzelarabe Al Kaghat en 1983, qui s'était inspiré d'un projet du même nom au cœur de la capitale française, est devenu au fil du temps un lieu de mémoire racontant les années de l'effervescence culturelle et artistique, la dynamique de la scène théâtrale locale et la fraicheur de la vie estudiantine. De longues années durant, le café demeura l'espace incontournable des rendez-vous quotidiens de l'élite culturelle de la ville et des troupes de théâtre. Un endroit très prisé aussi pour les préparations aux épreuves universitaires. Une sorte de pépinière pour des futurs cadres. Des photos de pièces de théâtre marocaines et mondiales, des tableaux d'artistes-plasticiens meublent des murs qui cachent mal leurs rides. Une bibliothèque vitrée résiste au poids des trophées, des distinctions...et du temps. Un portrait de l'artiste et frère de l'initiateur, le regretté Mohamed Al Kaghat, se fond discrètement dans le décor.
Le lieu respire un air différent. Un parfum nostalgique enveloppe l'atmosphère et semble ajourner la décision inéluctable. Mettre la clé sous le paillasson n'est qu'une question de temps, après quatre décennies de loyaux services culturels. ‘'L'idée était de créer un projet culturel qui ne dégage pas de profit, mais qui arrive tout de même à couvrir ses charges. Aujourd'hui, je dois ponctionner sur mes revenus d'acteur pour que le café reste ouvert'', confie Al Kaghat, qui semble avoir presque baissé les bras. D'autant que des cafés qui attirent d'habitude plusieurs fois le nombre de clients de ‘'La Comédie'' vivent des jours durs. Résigné, il estime que le mouvement culturel et économique dans la ville fait que le modèle de ‘'La Comédie'' est voué à la disparition. Al Kaghat avait pris le pari de faire du café, construit sur deux niveaux, qui communiquent à travers un escalier circulaire à l'ancienne, un incubateur culturel et artistique à même de combler, bien qu'en partie, le manque au niveau des salles de cinéma et d'exposition. Le lieu a abrité des rencontres de cinéastes, des castings de films, des cérémonies de signature d'ouvrages, des soirées de l'art du Malhoun, des rendez-vous d'échange avec des hommes de lettre et des artistes. Une petite scène de théâtre a même été aménagée, mais le souffle de Sisyphe semble de plus en plus court ! La belle époque est décidément révolue. Sur le livre d'or du café, des sommités du théâtre marocain ont immortalisé leur passage. Hassan Lamnii, Tayeb Seddiqi, Touria Jabrane, Tayeb Laalaj et Abdelouahad Ouzri sont passés par là, pour ne citer qu'eux. ‘'La Comédie'' était longtemps l'escale incontournable des invités des rendez-vous et autres évènements en lien avec le théâtre. Le café avait vu le lancement d'une plaidoirie pour commémorer, comme il se doit, le nom de feu Mohamed Al Kaghat, l'universitaire et l'artiste, qui prêtera des années plus tard son nom à la rue adjacente. Une victoire symbolique pour la famille Al Kaghat, dont l'art se transmet de génération en génération.
En attendant son triste sort, le café continue d'accueillir quelquesuns parmi les rares fidèles, dans l'espoir de raviver une flamme, allonger son espérance de vie. Chaque jour à la même heure, Ibrahim Demnati, l'un des doyens de la scène théâtrale à Fès, vient renouer avec ses habitudes. Il salue furtivement ses connaissances, avant de se retirer dans un coin, prendre un café aux arômes du passé. Il se souvient de jours lointains où le café accueillait des générations d'étudiants qui y trouvaient un espace d'apprentissage, d'échange et de préparation des cours et des épreuves dans une belle interaction. Aujourd'hui, ils se considèrent toujours comme les lauréats de cet espace. Demnati cite des conférences, des cercles de réflexion, des masters-class, des signatures d'ouvrages, en marge des festivals de théâtre. Il se rappelle de sa saison Ramadanesque, ses fameuses ‘'journées culturelles de La Comédie'' qui attirait un public connaisseur autour de soirées de Malhoun, de conférences et de projections de nouveaux films. ‘'À ses heures de gloire, il était difficile d'y trouver une place. Le temps passe et l'absence des habitués se fait de plus en plus pesante. Lors du dernier festival, nous avons accroché les photos de ceux qui nous ont quittés. Ils étaient une trentaine. Le lieu vit aussi au rythme de ceux qui l'ont fréquentés''. Des mots lourds de sens d'un sage parmi les sages, un artiste authentique. Des rires viennent trancher avec la désormais torpeur des lieux, apporter un brin de gaieté, bien qu'éphémère. Le vieux serveur l'accueille par un sourire affectueux. L'actrice Loubna Mastour veille à chacune de ses escales à Fès à rendre visite à l'espace culturel et artistique de ses débuts. ‘'J'ai commencé à fréquenter La Comédie à l'âge de 17 ans. Et c'est là où j'ai attrapé le vrai goût de l'art. Il est devenu l'espace où j'ai pu tisser des relations artistiques qui m'ont aidé à réaliser mon rêve. Sa nostalgie me suit là où je vais''.
Quel paradoxe ! Le café compte ses jours entouré par les références de la scène culturelle locale, le complexe Al Houria et la médiathèque municipale, notamment. Azzelarabe Al Kaghat dresse la tête devant le portail orné de masques en référence au théâtre, exhale la fumée d'une cigarette et avec elle une lourde déception. Il ne peut cacher son désarroi en l'attente du jour où la mémoire collective artistique et culturelle de la capitale spirituelle rendra son dernier souffle. Le sifflement de la machine à café continue, lui, de résonner aux recoins du café...jusqu'à nouvel ordre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.