Compteur coronavirus : 102 cas testés positifs et 3 961 3941 personnes vaccinées    Lois électorales : Les contours incertains d'un second round qui s'annonce houleux à la Chambre des Conseillers    ANRT : Les Marocains accros aux télécommunications en pleine pandémie    Les perspectives dans l'industrie s'améliorent en janvier    Tollé en Grèce suite à une intervention de musclée de la police pour faire respecter le confinement    Interopérabilité : les marines Américaine et Marocaine conduisent un exercice militaire au large du Sahara    En attendant l'officialisation de la décision à Rabat, Patrice Motsepe serait le nouveau patron de la CAF    Le Raja tenu en échec par le CAYB    Vers le report ou l' annulation de la CAN U17    Une soixantaine de migrants franchissent la frontière à Melilla    Comment réhabiliter le statut de la femme    Le Royaume cherche-t-il d'autres fournisseurs de vaccins?    Manal Benchlikha: Quand pop marocaine rime avec féminisme    Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"    Aides alimentaires : 45 pays dans le besoin, selon la FAO    Usage licite du cannabis: l'examen du projet de loi se poursuit    Maroc : les femmes, encore trop peu présentes dans les médias    Banques participatives : un bilan encourageant en 2020    Adesanya défait pour la première fois, Nunes GOAT!    «La bonne gouvernance et l'importance de l'entraîneur»    Adil Rachid se dit marginalisé par la Fédération...    OCP et Crédit Agricole du Maroc s'allient pour offrir une panoplie de solutions aux agriculteurs    Marie Zular, une juive marocaine qui s'est faite ambassadeur de l'art culinaire et des valeurs de solidarité de sa mère patrie    Al Bayane fête le 8 mars    Usage légal du cannabis au Maroc: ce qu'il faut savoir sur le projet de loi    «Je veux être ton égale en droit»    N°1 mondial: Djokovic savoure «un grand jour»    Birmanie: L'armée tire à balles réelles sur les manifestants    Bris de silence de la poétesse des Doukkala    Le patrimoine millénaire du Royaume exposé au Musée des Confluences-Dar El Bacha    Une célébration de la créativité littéraire féminine    L'ambassadeur israélien en visite à Fès (PHOTOS)    Oussama Tannane dans le viseur de clubs allemands et italiens    Législatives en Côte d'Ivoire : le pouvoir et l'opposition se disputent l'annonce de la victoire    Inauguration de la faculté pluridisciplinaire d'Es-Semara    Guelmim-Oued Noun : La réforme de l'enseignement, tributaire de l'appropriation des projets stratégiques    Le Maroc élu à la vice-présidence    Ligue des champions (3è journée/Gr C) : Trois sur trois pour le Wydad    Vie politique : Vers une meilleure représentativité des femmes    La CNSS annonce des indemnités aux industries culturelles, des crèches et des salles privées de sport    Les femmes fortement impactées par la pandémie    50 femmes qui comptent : Saloua Belarbi, Directrice Communication, Sponsoring & Evénementiel chez Maroc Telecom    France: un député tué dans un accident d'hélicoptère    Assurances: les primes émises en baisse de 6,5% à fin janvier 2021    Laâyoune : saisie de près de 2 tonnes de chira    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Exposition: sensualité et audace    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario
Publié dans Libération le 24 - 01 - 2021

Artiste par-delà les frontières et activiste aux aguets contre les mensonges du Polisario en deçà. Tel est le titre qui siérait le mieux à Mohamed Ayouch, originaire des provinces du Sud du Royaume. Chanteur de profession confirmé en musique hassanie, ce natif de la ville d'Assa en 1981, qui se trouve à 100 km au sud-est de Guelmim, a choisi depuis la riposte des Forces Armées Royales (FAR) aux gesticulations des milices du Polisario à El Guerguarat, de se consacrer en parallèle à une nouvelle vocation : s'activer à débroussailler les réseaux sociaux des fadaises véhiculées par les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume.
Vocation légitime et non des moindres, car Mohamed Ayouch, inéluctablement reconnaissable à ses dents du bonheur et à sa barbe en cercle sur YouTube, ne se feint jamais de défendre la cause nationale à coups de vidéos depuis seulement son domicile en Allemagne où il réside depuis près de 12 ans, à plus forte raison qu'il fait également du terrain, ce terrain où l'appendice de l'Algérie et ses mauvaises herbes ont été courtement nettoyés en novembre dernier. Presque trois mois durant, la quarantaine de vidéos qu'il a diffusées et dont le contenu est destiné non seulement à barrer la route aux fake news, mais aussi à ramener les égarés du Polisario à la raison, ont recueilli des milliers de vues, voire une centaine de milliers pour certaines, et autant de "likes". Le secret derrière ses vidéos qui reçoivent un large écho et qui se font de plus en plus apprécier réside dans les pièces à conviction qu'il y apporte à chaque fois. En effet, ses sorties sont agrémentées d'enregistrements audio provenant soit d'éléments de "l'opposition" du Polisario, soit d'anciens prisonniers qui étaient séquestrés par ses milices, et qui étayent expressis verbis la thèse de la déroute totale de cette nébuleuse hostile à l'unité territoriale du Royaume et à la marocanité du Sahara.
Mohamed Ayouch persiste et signe dans une déclaration à la MAP que, mû par son patriotisme, il continuera à attaquer les ennemis du Maroc à travers sa chaîne YouTube, à l'image de tous les Marocains qui aiment leur patrie et qui sont prêts à la défendre. "A l'instar de nos braves soldats qui protègent nos frontières des ennemis", Mohamed Ayouch se dit fier d'être également "un soldat qui combat les bandits du +polisario+ sur les réseaux sociaux". Revenu il y a quelques jours au Maroc pour y enregistrer, dans les provinces du Sud, une chanson intitulée "‘Oudo Lwatankom" (Revenez à votre patrie) sous forme de vidéoclip en collaboration avec l'artiste Mohamed Jbara, il n'a pas manqué l'occasion de défaire, in situ, le paquet de désinformations relayées en boucle par les feuilles de chou farcies des séparatistes sur des prétendues "attaques" dans la région d'Al Mahbes.
Vêtu en gandoura sahraouie, il se filme en train de flâner allègrement dans le désert de ladite région, faire le tour de ses commerces dans la plus grande quiétude et poser des questions aux citoyens lambda venus, pour la plupart d'entre eux, des quatre coins du Maroc pour y travailler et gagner leur vie. Il s'agit, dans ce cas, d'une opération mains propres rompant à plate couture les nulles et non avenues rumeurs dont les ouailles des caporaux d'Alger ne se fatiguent apparemment jamais. Quant aux critiques, voire des fois les salves de menaces proférées à hue et à dia contre sa personne, elles ne le "plieront" jamais, assure-t-il, saluant dans ce cadre la reconnaissance par les Etats-Unis de la marocanité du Sahara et l'ouverture d'un consulat américain dans la ville de Dakhla. La musique hassanie, Mohamed Ayouch a commencé à s'y intéresser depuis la fin des années 1990. Mais ce n'est qu'en 2004 qu'il décide d'entamer une carrière d'artiste d'abord en Grèce, où il s'installa pendant quatre ans pour y exercer son métier avant d'aller vivre en Allemagne.
"J'ai choisi de me consacrer à la musique hassanie pour effacer chez les amoureux de ce style la fausse image que la plupart des chansons proviennent du front Polisario", a-til confié. La vocation jointe à la passion, Mohamed Ayouch estime qu'il est également temps de combattre les ennemis avec l'art et, par là même, faire connaître davantage les régions du Sahara marocain. Ceci dit, le Polisario, plus que jamais au pied du mur, a certainement atteint l'acmé du crépuscule, et l'égarement dans lequel il est reclus finira bon gré mal gré par l'anéantir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.