John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    La généralisation de la protection sociale, «une révolution en douceur» (expert indonésien)    Football : douze grands clubs européens lancent la «Super League», un projet qui déchaîne les passions    Météo Maroc: le temps prévu lundi 19 avril 2021    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19 : la moitié des adultes américains a reçu au moins une dose d'un vaccin    Création d'un institut de formation professionnelle    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Reportage// Ramadan : Je ne sais pas lire l'arabe, comment avoir un contact avec le Saint Coran ?    Le journal égyptien «Al Ahram» met en lumière sur les traditions du Ramadan au Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le livreur algérien de Deliveroo qui refusait de servir des clients juifs a été expulsé vers son pays    Les dates des premières élections fixées    Ancienne médina de Rabat: Une offre abondante et diversifiée pour le Ramadan    Phosphates : un think tank américain appelle à l'annulation des droits d'importations imposés au Maroc    Rachid El Ouali s'exprime sur sa première expérience en tant que réalisateur de sitcom dans Info Soir (Vidéo)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Revalorisation : La grogne monte chez les agents de la protection civile en Algérie    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Ramadan: Une véritable aubaine pour l'activité commerciale à Souk « Tlat » d'Al Hoceima    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobilisation des compétences marocaines à l'étranger: C'est tout un programme !
Publié dans Libération le 01 - 02 - 2021


Un énième programme pour mobiliser les compétences marocaines à l'étranger. En effet, Nezha El Ouafi, ministre déléguée chargée des MRE, vient de lever le voile sur son programme national visant à mobiliser 10.000 profils hautement qualifiés parmi les Marocains du monde. «Ce programme vise à mettre en place un cadre de gouvernance et de conception intégré et durable permettant notamment, de réaliser la convergence et d'institutionnaliser la mobilisation des compétences MRE afin de consolider leur contribution dans les différents chantiers nationaux prioritaires lancés par S.M le Roi Mohammed VI », a-t-elle souligné récemment tout en précisant que, dans le cadre de la mise en œuvre de ce programme, son département s'est attelé, en partenariat avec l'ensemble des ministères et des institutions nationales, à développer et à mettre en œuvre de nouveaux programmes. S'agit-il d'un nouveau programme ? « En effet, la question de mobilisation des compétences marocaines à l'étranger ne date pas d'aujourd'hui. Il y a même dans le département des MRE un service spécialisé relatif à ce dossier et chaque ministre titulaire de ce ministère tente, de son côté, de lancer des initiatives dans ce sens comme le cas dernièrement avec Abdelkrim Benatiq qui a réalisé des progrès qualitatifs avec ses initiatives de réseautage et les forums thématiques. Du coup, on ne peut pas parler de nouveaux programmes, mais plutôt de mise à jour de ceux existants », nous a indiqué Said Mchak, enseignant-chercheur en droit international de migration à l'Université Moulay Abdellah-Fès. Et de poursuivre : « Le programme de mobilisation de 10.000 profils marocains hautement qualifiés s'inscrit plutôt dans un nouveau contexte marqué par la propagation de la pandémie de Covid-19 qui suscite de nouveaux défis, contraintes et enjeux, et qui remet en question notre vision du monde et notre relation avec ce dernier. Dans ce sens, il est légitime de se demander si ce contexte a véritablement modifié la vision de l'Etat à l'égard de ses compétences à l'étranger et celle de ces dernières vis-à-vis de la mère patrie ». Cependant, notre interlocuteur estime que le vrai problème est ailleurs. « Les idées, les plans et programmes existent, mais la vraie contrainte est de savoir traduire ces programmes en mesures, procédures et critères clairs et précis. En d'autres termes, quel profil cherche-t-on? Selon quels critères ? Quels sont les domaines considérés comme cibles et prioritaires ? Quels moyens humains, financiers et institutionnels seront-ils mobilisés ?... ». Des questions qui expliquent en partie l'échec des divers actions et programmes entrepris, lors des deux dernières décennies, visant à trouver des compétences marocaines possédant de l'expertise, de l'expérience et du savoirfaire, et qui sont prêtes à les mettre à contribution en faveur du développement du Maroc de manière ponctuelle ou pérenne. En fait, du Tokten-Maroc au dispositif numérique «Maghribcom» en passant par Fincome et autres initiatives associatives récentes, ce dossier peine encore à trouver son rythme de croisière. Abdelkrim Belguendouz pointe du doigt dans son article « Compétences marocaines expatriées : quelles politiques de mobilisation suivies pour le développement du Maroc ? Du Tokten au Fincom », l'absence d'une méthode de travail claire ainsi que des moyens humains et financiers. Il note également une défiance au niveau de l'information et de la communication ainsi qu'au niveau de l'institutionnalisation et de l'organisation opérationnelle. Selon lui, l'absence de suivi et de continuité, la multiplicité des intervenants et des rivalités institutionnelles, la gestion étant à courte vue, sans mise en perspective et sans cohérence, préférant le « picorage » et les effets d'annonce ont condamné l'ensemble de ces programmes à l'échec. Même son de cloche de la part de Hicham Jamid, doctorant au LISE-CNRS, Cnam-Paris et ORMES-Université Ibn Zohr. D'après lui, la multiplication des acteurs et le manque de coordination entre eux, la faible visibilité de leurs initiatives, l'absence de suivi, de continuité et de capitalisation des expériences antérieures figurent parmi les handicaps qui empêchent, à ce jour, la mise en œuvre d'une politique publique efficace et pérenne de mobilisation des compétences de ce profil de migrants marocains. « Aujourd'hui, il y a des profils hautement qualifiés dans les domaines de l'aviation, pharmaceutique et de la santé. Il y a également des Marocains qui exercent des fonctions politiques importantes et qui participent à la prise de décisions au niveau des pays d'accueil. Mais, y a-t-il aujourd'hui une vraie volonté politique pour mobiliser ces compétences ? Si oui, comment on envisage cette mobilisation ? Selon quel scénario ou plan ? Pour quel objectif et quelles sont les mesures et actions à mettre en place ? », a souligné Said Mchak. Et de conclure : « En effet, nombreux sont ceux qui se demandent si ces compétences bénéficieront des conditions adéquates pour contribuer aux différents chantiers nationaux. Aujourd'hui, il y a des personnes hautement qualifiées qui travaillent au sein des ministères de l'Industrie et de l'Equipement mais personne ne les considère comme des compétences faute de transparence et de clarification concernant les critères de sélection et la définition de leur mission».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.