Maroc : Le CESE préconise une nouvelle organisation du souk hebdomadaire    Changement d'heure: voici quand le Maroc va repasser à GMT+1    Un joueur du Real en isolement    Compteur coronavirus: 35 nouveaux cas et 399 guérisons en 24H    Un séparatiste du «Polisario» lance un appel au meurtre visant des policiers marocains    L'Espagne prolonge les restrictions sur les vols en provenance d'Inde    Maroc: Les cafés et restaurants seront-ils autorisés à travailler de nuit ?    Transport maritime: programmation d'une liaison spéciale entre Tanger et Algésiras    L'antitrust italien inflige une amende de 102 millions d'euros à Google    Santé connectée: A consommer avec modération !    Oranje : Anwar El Ghazi présélectionné pour l'Euro 2021    Les Casablancais retrouvent l'historique Parc de la Ligue Arabe (Reportage)    Pays-Bas : Mohamed Ihattaren présélectionné avec les Jong Oranje    Covid-19 : l'OMS appelle à renoncer à vacciner les enfants pour donner les doses aux pays défavorisés    Podcast: Punk, en toute transparence    Réseaux sociaux: 84% des marocains utilisent WhatsApp en 2021    Melilla : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Football : Le Borussia Dortmund vainqueur de la Coupe d'Allemagne    65è anniversaire de la création des FAR : SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Les pays en développement face aux défis de la reprise post-Covid    Japon : l'état d'urgence élargi face à la pandémie    Secousse tellurique de 4,1 degrés dans la province de Driouch    Technopark et le Cluster Solaire promeuvent l'entrepreneuriat    Afghanistan : les Etats-Unis se retirent d'une des plus importantes bases    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    Brahim Ghali, accusé de crimes contre l'humanité, appelle ses partisans «à poursuivre leur combat contre le Maroc»    Casablanca : un inspecteur de police contraint d'utiliser son arme pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Conflit israélo-palestinien : la session du Conseil de sécurité de l'ONU sera tenue dimanche    Célébration du 65ème anniversaire de la création des Forces Armées Royales (FAR)    Météo/Maroc: temps peu nuageux au Royaume ce vendredi    Coupes de la CAF : Missions périlleuses pour le WAC et le Raja en déplacement    Israël-Palestine: L'ONU déplore l'impact "dévastateur" du conflit sur les enfants    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    La Londonienne Dua Lipa sacrée " meilleure chanteuse " aux Brit Awards    L'événement culturel «Mois du patrimoine 2021» en mode virtuel à Dakhla    Fermeture des salles de cinéma : Les exploitants lancent un appel au ministre El Ferdaous    Ce vendredi à 19h00, le WAC face au Mouloudia d'Alger : Le Wydad en mission pour assurer le retour    Livre. Danse avec les riches    La Russie veut franchir un nouvel cap dans sa reconquête de l'espace    60 ans des relations diplomatiques entre le Maroc et le Chili: Riche programmation culturelle dans les universités chiliennes    En Espagne, appels à empêcher Brahim Ghali de fuir le pays et que des mesures soient prises à cet effet    Migration : La CEA se penche sur la reconnaissance des compétences africaines au Maroc    Agressions israéliennes contre les Palestiniens : La Chine appelle l'Etat hébreu à la retenue    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En l' absence d' une stratégie nationale de prévention, on n ' aura pas fini de compter nos morts
Publié dans Libération le 11 - 02 - 2021

La ville de Tanger est en deuil. Elle pleure encore le décès tragique de ses 28 salariés qui ont péri vendredi dernier dans un atelier informel de textile. Pourtant, ce drame a fait l'ombre à un autre problème plus sérieux et qui a été la cause directe de la mort desdits employés, à savoir les inondations.
En effet, celles-ci représentent 70 % des catastrophes naturelles qui touchent notre pays. Ceci d'autant plus que la capitale du Détroit a enregistré, en 2008, la mort de 30 personnes et d'importants dégâts matériels à cause de ce phénomène. Face à ce constat, la catastrophe de vendredi dernier et celle de Casablanca, le mois dernier, auront-elles pu être évitées ? Nos villes disposent-elles ou non de plans d'alerte et d'intervention ? Sommes-nous préparés à affronter les inondations ? A vrai dire «non», laisse entendre un rapport de la Cour des comptes, puisqu'aucune stratégie nationale clairement définie pour affronter les risques naturels n'existe.
En fait, la survenance d'un événement majeur est souvent l'occasion pour les autorités gouvernementales d'envisager des projets de mise à niveau des infrastructures endommagées ou de celles dites de protection.
A titre d'exemple, le séisme d'Al Hoceima de 2004 a servi d'élément stimulateur pour un débat public très élargi sur la problématique des constructions anarchiques et de l'habitat insalubre et pour l'élaboration d'une nouvelle réglementation nationale en matière de construction dans les zones sismiques.
Selon le même document, l'accent a été longtemps mis sur la gestion des situations d'urgence lorsqu'elles se produisent plutôt que sur la prévention des risques avant la survenue des catastrophes et qu'aucune politique en la matière n'est intégrée aux programmes de développement initiés. Même les budgets en place n'accordent pas les moyens nécessaires à la réduction des risques de catastrophes.
Les projets relatifs à la prévention, la gestion et la réhabilitation en matière de gestion des risques naturels au niveau de notre pays, ajoute le document en question, restent insuffisants, bien qu'un changement soit perceptible dans les efforts consentis pour adapter la résilience aux risques et progresser d'un exercice purement technique pour s'inscrire dans une logique stratégique intégrée. En effet, après le séisme d'Al Hoceima, les autorités gouvernementales ont cherché à se doter d'une stratégie globale et efficace en la matière en s'appuyant sur des structures institutionnelles responsables avec des attributions claires et précises. Néanmoins, bon nombre d'initiatives visant à renforcer la résilience n'ont pas permis d'obtenir les résultats escomptés dont le projet de mise en place de la Stratégie de gestion intégrée des risques (GIR) qui n'a pas encore abouti. Il est à signaler que le Royaume a bénéficié, en avril 2016, d'un financement de 200 millions de dollars dans le cadre du Projet de gestion intégrée des risques de catastrophes naturelles et de la résilience. Ce dernier a pour objectif d'introduire une approche globale combinant des réformes institutionnelles, des investissements dans la réduction des risques et une assurance. Ce financement permettra ainsi la mise en place d'un fonds national destiné à promouvoir les investissements dans des projets visant l'anticipation des catastrophes naturelles (notamment les inondations, la sécheresse, les tsunamis, les glissements de terrain et les tremblements de terre) ainsi que la gestion de leurs effets.
Concernant les réseaux et systèmes d'alerte rapide, le rapport a noté l'existence de réseaux (météorologique, sismologique, d'annonce des crues...) et d'organismes pour la surveillance et l'information sur les phénomènes susceptibles de générer des catastrophes naturelles (Centre Royal de télédétection spatiale, système de surveillance épidémiologique,..). Pourtant, il constate que malgré l'opérationnalité de ces réseaux, l'analyse des profils des risques naturels a montré que le besoin en information n'est pas totalement satisfait afin d'assurer une meilleure anticipation et gestion des risques.
ion, les juges de la Cour des comptes ont souligné l'insuffisance du cadre juridique régissant les inondations. L'étude des différents textes et composantes du cadre de gestion du risque d'inondation indique que plusieurs enchevêtrements de compétences existent du fait de la multiplicité des acteurs publics. Elle souligne également que le bilan du PNI a été mitigé. En effet, sur un total de 390 points noirs traités, seuls 74 ont été identifiés, soit 19% des objectifs arrêtés. Concernant les moyens financiers mobilisés pour couvrir les composantes du PNI, ils restent également limités par rapport aux moyens prévus qui étaient de 25 milliards de DH. Le rapport a ajouté que le PNI s'est focalisé sur le traitement des points noirs résultant des crues et des inondations (zones susceptibles de submersion d'ouvrages de franchissement, de coupures de relais routiers, de montée des eaux pluviales ou d'effondrement total ou partiel d'habitations ou d'une quelconque infrastructure). Or, d'après le ministère délégué chargé de l'Eau, il aurait été plus significatif d'asseoir le diagnostic sur une logique de «zones vulnérables» qui traiterait les causes et les degrés d'exposition aux inondations.
En conséquence, l'approche préconisée par le PNI a permis la mise en place des actions de protection souvent menées de manière fragmentaire et sans être intégrées dans une stratégie plus large de prévention et de protection des zones vulnérables.
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.