Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    A Tindouf la population astreinte à payer des contributions au Polisario    ANP : trois ports réalisent 76,4% du trafic portuaire à fin mars    ONCF/BAD: 300 millions d'euros pour soutenir la modernisation du secteur ferroviaire au Maroc    Aubergines : les Etats-Unis songent au Maroc pour l'import    Emmanuel Macron reconnaît que l'Algérie coloniale empoisonne les relations entre Alger et Paris    Afrique de l'Ouest et centrale : Le Programme alimentaire mondial appelle à éviter une catastrophe alimentaire    2020, année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    VIDEO// Comment le footballeur marocain Mohamed Amine Talal gère ses efforts pendant le Ramadan    Tanger: saisie de plus de 1,3 tonne de chira, neuf interpellations (DGSN)    Pakistan : onze policiers libérés après avoir été capturés par des manifestants anti-France    Baccalauréat : L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Environnement : Adoption du décret d'application de la loi sur les aires protégées    Foot espagnol : Un 16ème but d'En-Nesyri décisif !    Foot féminin européen : Le PSG affronte le Barça en demi-finale de la Ligue des Champions    Ligue des Champions : Le PSG pourrait être désigné vainqueur !    Open d'Espagne de taekwondo G1: le Marocain Achraf Mahboubi remporte la médaille d'or    Oxford Business Group publie un rapport sur la transformation numérique du Royaume    Ftour Pluriel 9ème édition : «Retrouvailles»    Les fintechs, au cœur de la stratégie de CFC    «Le polisario et l'Algérie ne réalisent pas que le monde a changé et que personne ne soutiendra leurs efforts de guerre», écrit Eurasiareview    José Mourinho viré de Tottenham    Super League: la nouvelle compétition qui chamboule le foot    Forum des zones industrielles: La 3è édition du 14 au 16 décembre à Tanger (OADIM)    Prix à la consommation: salée ou pas, la facture de ce ramadan ?    La Bourse de Casablanca débute en baisse    New Delhi confinée pour une semaine à compter d'aujourd'hui    « Ch'hiwa Bel Khef »: Pasticcio (VIDEO)    Covid-19 en France: nouvelles révélations sur le variant brésilien    Un malade mental commet un carnage à Taounate    VIDEO// Aides alimentaires marocaines au Liban : Un don Royal hautement apprécié par les autorités libanaises    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Covid-19 : La vaccination avec Johnson & Johnson devrait reprendre rapidement aux Etats-Unis (Conseiller médical)    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    En Egypte, un accident de train fait 11 morts et près de 100 blessés    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2021


Le Hirak algérien, qui fête ses deux années, exprime avec ténacité l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices, dont les militaires continuent de tirer les ficelles, affirme mardi le journal Le Monde. "Deux années après son déclenchement, le 22 février 2019, le Hirak, mouvement de protestation spontané et pacifique contre les dirigeants et le système politiques algériens, a un premier mérite : il reste vivant. En témoigne la mobilisation, lundi, malgré la répression et le Covid, de milliers de manifestants aux cris de "Les généraux à la poubelle" ou "Le peuple réclame l'indépendance", dans plusieurs villes du pays. Mais surtout, le Hirak exprime avec ténacité l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices, dont les militaires continuent de tirer les ficelles", écrit le journal français dans un éditorial sous le titre "Algérie : sortir de l'impasse après deux années de révolte". Pourtant, observe Le Monde, "après un an de manifestations tous les vendredis et une autre année de protestations sporadiques, Covid oblige, force est de constater que le bilan est mitigé". "Certes, les Algériens ont obtenu le départ du président Bouteflika après vingt ans de règne. Certes, ils ont ridiculisé, en s'abstenant massivement, la prétention de son successeur, Abdelmadjid Tebboune, candidat des militaires élu lors d'une présidentielle truquée, à se relégitimer grâce au référendum constitutionnel du 1er novembre 2020. Certes, les protestataires viennent d'obtenir, jeudi 18 février, la libération d'une quarantaine de militants emprisonnés (...) et la promesse, par M. Tebboune, de nouvelles élections "détachées de l'argent et de la corruption" et débouchant sur de "nouvelles institutions". Mais les vains engagements du même type maintes fois brandis dans le passé, la succession de phases de répression et d'apaisement, que le pays a enchaînées depuis la fin de la décennie sanglante des années 1990, ont amené le pays bien au-delà de la lassitude, à une colère sourde qu'exacerbe l'inertie du régime", affirme le journal. Selon Le Monde, "le Hirak, mouvement "dégagiste" qui réclame un changement de régime mais n'a ni programme clair ni leadership, n'a pas réussi à contraindre à la négociation le petit groupe d'hommes issus de l'appareil sécuritaire et de l'armée qui tient les rênes du pays. Souvent dénoncée, l'impasse paraît totale". Or, estimet-il, "les dirigeants algériens ne peuvent plus éternellement jouer la montre. La crise sanitaire et la chute brutale des prix des hydrocarbures sapent le principal fondement du régime : sa capacité à acheter la paix sociale grâce à la rente pétrolière qui fournit 60 % des recettes de l'Etat. Les investissements publics, principal moteur de la croissance, faiblissent. L'inflation enfle et le taux de chômage officiel a atteint 15 %, sans parler de l'impact de la crise sur l'emploi informel, vital pour beaucoup". "Cette fois, des réformes cosmétiques ne suffiront pas", affirme le Monde, soulignant que "l'urgence est à l'ouverture d'un véritable dialogue entre le pouvoir et les oppositions, incluant des représentants du Hirak et de la société civile". "A l'approche du soixantième anniversaire de son indépendance, le 5 juillet 2022, on voit mal comment l'Algérie, pays potentiellement riche, pourrait faire l'économie d'une remise à plat de ses institutions et d'une conférence nationale", estime Le Monde. "Plus tardera l'engagement sincère d'un tel processus vers un Etat de droit digne de ce nom, vers un véritable contrôle parlementaire et une justice indépendante, plus s'aggraveront les tensions et plus le prix à payer pour le peuple algérien risque d'être lourd », souligne le journal.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.