Adoption d'un nouveau statut pour les enseignants-chercheurs : l'ENSSUP dément    Footballeurs marocains de l'étranger : Hamdallah convoqué devant la Commission de Discipline de la Fédération saoudienne    Ligue des champions : Le Zamalek accuse Attarajji et le Mouloudia d'entente illicite    Future débâcle des Lions de l'Atlas : La procédure habituelle est lancée    Classement Forbes : deux Marocains parmi les milliardaires africains en 2021    Covid-19: En France, la vaccination ouverte dès lundi aux 55 ans et plus    En Algérie, la pénurie d'huile à l'origine de scènes de chaos et de files d'attente interminables    VIDEO/Système d'enseignement bachelor : Y. Benamour, présidente d'un groupe d'enseignement supérieur, fait le point    «Des assassinats au goutte-à-goutte» : l'ONU condamne des exécutions extrajudiciaires au Tindouf opérées par l'Algérie    Relance économique: la nouvelle charte de l'investissement, un dispositif suffisant ?    LDC Afrique : Les 8 équipes qualifiées pour les quarts de finale    Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"    Nigeria : des djihadistes attaquent des installations humanitaires    L'Association marocaine des droits des victimes tient son assemblée générale constitutive    L'Association marocaine des droits des victimes, contre l'impunité et la complaisance envers les bourreaux    Casablanca: Campagne de sensibilisation aux dangers du Covid-19    Cure all détox : Et si vous tentiez le régime vegan pendant Ramadan    Hamdaouia, les flammes d'une belle âme    Théâtre: Fedwa Misk et nos mères    Le Maroc à l'OMC: La révolution contre les déchets plastiques aura-t-elle lieu ?    Contribution professionnelle unique: La DGI annule les pénalités de dépassement des délais d'inscription au-delà du 4 avril    OCP Africa et la BID au chevet de la riziculture ivoirienne    Combien y a-t-il de végans au Maroc ?    Réforme électorale : la Cour constitutionnelle inflige un revers au PJD, qui s'insurge    Ramadan : Quelques conseils pour se préparer au jeûne (Vidéo)    Liga NOS : Passe décisive d'Adel Taarabt face à Paços Ferreira    Développement du sourcing local: Marjane Holding s'engage auprès des industriels locaux    Heure légale GMT. Marocains, n'oubliez pas de régler vos montres !    Météo Maroc: les températures en hausse ce dimanche 11 avril 2021    Covid-19/Maroc : Séance commune des deux chambres du parlement lundi    Hamid El Aouni brigue un second mandat à la tête de la FRMSPSH    Liga: Real Madrid bat FC Barcelone 2-1 et s'empare du fauteuil de leader    19è festival du film éducatif de Fès : ''Hakakech'' remporte le prix de l'œuvre complète    La France, un «ennemi traditionnel et éternel», fulmine un ministre algérien    Botola Pro (11e journée): le classement actualisé    Somalie : un kamikaze se fait exploser, au moins six morts    Présidentielle au Tchad : 7,4 millions d'électeurs appelés dimanche aux urnes    Exemption de visa : Le journal colombien El Tiempo promeut le Maroc comme destination touristique post-pandémie    La BM disposée à apporter son appui financier et technique aux différents chantiers de réformes lancés par le Maroc    Lois électorales: la Cour constitutionnelle a tranché    Covid-19: Otmani attendu lundi au Parlement    Carol Moseley-Braun salue le rôle rassembleur du Maroc en Afrique    Marrakech : Une vente aux enchères d'oeuvres artistiques en hommage à l'artiste peintre Mohamed Melehi    Décès du prince Philip: les condoléances du roi Mohammed VI au prince Charles    Lamiaa Chraibi, productrice: "L'inégalité du genre dans l'industrie du film est systémique et non pas un simple phénomène "    Biden dévoile un plan limité contre la violence des armes à feu    Le dernier film de Naya Rivera, enregistré avant sa mort, va bientôt sortir    Tourisme patrimonial : Volubilis mènera son expérience «phygital»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les délais de paiement, ce fléau qui exacerbe les maux des TPME
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2021

Les retards de paiement continuent d'affecter la santé des entreprises marocaines notamment les TPME. Ils ont pour effet de réduire les liquidités, d'accroître le niveau des créances douteuses et parfois même d'entraîner l'arrêt total d'activité. S'ils ont reculé ces dernières années, notamment chez les établissements et entreprises publics (EEP), les délais de paiement restent quand même assez élevés entre entreprises. La moyenne des délais de paiement déclarés par l'ensemble des EEP a sensiblement baissé à 40 jours à fin décembre 2020 contre 144 jours en 2016 tandis que les retards de paiement entre entreprises, qui étaient déjà à un niveau alarmant avant la crise sanitaire, n'ont fait que se détériorer tout le long de cette année, rapporte la MAP.
"Nous sommes passés de 408 milliards de dirhams (MMDH) liés à ces retards en 2018 à 421 MMDH en 2019. En l'absence de nouvelles commandes et de marchés en 2020, les entreprises se sont retrouvées en manque de liquidité et ainsi en grande difficulté pour régler leurs fournisseurs", avait déclaré le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj, lors de la 4ème réunion de l'Observatoire des délais de paiement (ODP) tenue récemment. Citant les résultats de la 3ème édition du baromètre de la CGEM réalisé en octobre dernier, il a indiqué que les délais ont connu une nouvelle hausse pour atteindre en moyenne 53 jours. Un constat qui est confirmé déjà par l'analyse préliminaire du 4ème baromètre lancé en janvier dernier. Le chantier des délais de paiement est un sujet "vital" pour la TPME, d'où la nécessité de mettre en œuvre toutes les mesures à même de lui éviter une mort certaine, avait-il averti.
Sanctions pécuniaires pour dissuader les retardataires :
La dernière réunion de l'ODP a été marquée par la validation et la mise dans le circuit d'approbation du projet d'amendement de la loi n° 15-95 formant code de commerce, visant la mise en place du dispositif de sanctions pécuniaires à l'encontre des entreprises présentant des délais au-delà des limites réglementaires. Il a été convenu à cette occasion que le produit des amendes sera dédié à l'appui des entreprises. Une décision louable qui permettra de dissuader les entreprises "mauvais payeurs" et de protéger particulièrement les TPME qui souffrent énormément des retards de paiement.
Il s'agit en effet d'une pratique appliquée dans plusieurs pays du monde et qui a relativement montré son efficacité dans la lutte contre les retards de paiement qui seraient responsables de 40% des défaillances d'entreprises au Maroc et, corrélativement, de nombreuses pertes d'emplois. L'Etat exemplaire, le privé à la traîne..
Les délais de paiement de l'Etat ont connu une évolution relativement importante qui a été enregistrée depuis le discours de SM le Roi du 20 août 2018.
Le délai moyen de paiement des marchés publics a été ramené de 144 jours en 2016 à 37 jours en 2019 avant de revenir à 40 jours l'année dernière. Un progrès notable à saluer même s'il y a des efforts encore à déployer notamment en ce qui concerne la maîtrise de la zone grise, qui est la durée entre le moment où le travail est fait et où la prestation est attestée. Il convient aussi de rappeler les mesures instaurées en vue d'améliorer les délais de paiement. Il s'agit notamment de la publication régulière des délais de paiement des EEP et de la mise en place d'une plateforme de dépôt électronique des factures qui permet aux entreprises inscrites de déposer électroniquement leurs factures, lesquelles seront horodatées et signées électroniquement. Ce service a été lancé, depuis en 2019, pour les commandes publiques dont le montant est égal ou supérieur à 1 million de dirhams (MDH). Les commandes publiques dont le montant est supérieur ou égale à 200.000 DH sont soumises à l'obligation du dépôt électronique à partir du 1er janvier 2021.
Le ministère des Finances a aussi procédé au lancement d'une plateforme électronique consacrée à la réception et au traitement des réclamations des fournisseurs concernant les délais de paiement de leurs prestations par les EEP. Cette plateforme a été établie selon une approche participative impliquant les différentes parties prenantes, notamment la CGEM et les EEP. Elle vise à fluidifier les échanges et la communication entre les fournisseurs et les EEP, identifier les causes des retards de paiement, leur apporter les solutions adéquates et améliorer les délais de règlement des fournisseurs des EEP...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.