Liaison fixe entre le Maroc et l'Espagne: Les deux pays entretiennent le rêve    LA SFI RENFORCE SON SOUTIEN AU ROYAUME    Tchad: obsèques à N'Djamena du président Idriss Déby    Barça: Koeman se prononce sur le feuilleton Messi    Bourses scolaires : les parents d'élèves dispensés de déclarer leur revenu annuel à la DGI    Bank Of Africa et Technopark unissent leur expertise pour soutenir l'entrepreneuriat    Le Conseil de Sécurité désavoue le Polisario (papier d'angle)    L'ASADEH appelle les autorités espagnoles à arrêter Brahim Ghali    Une vingtaine de protestataires devant le siège du FUS: "Nous voulons des changements !"    Botola Pro D1 / 13ème journée: FAR-HUSA et RCAZ-MAS en ouverture    Foot français : Les Girondins de Bordeaux menacés de faillite    Sidi Mohamed Abouchikhi, DG de Créditinfo Group : « Les usagers du service de centralisation des chèques irréguliers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés »    Espagne : Démantèlement d'une organisation criminelle exploitant des immigrés marocains    Vaccin russe anti-Covid : Berlin envisage de commander 30 millions de doses    "Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Le champ miné du Sahel    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE doit sortir de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec son voisinage Sud
Publié dans Libération le 25 - 02 - 2021

Dans sa relation avec le voisinage Sud de la Méditerranée, l'Europe doit sortir de la logique du professeur et de l'élève, a souligné Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger dans une interview à l'agence Europe.
Commentant la décision de l'Union européenne (UE) de retirer le Maroc de la liste grise de la fiscalité, le ministre a noté que le Royaume a, dès le départ, considéré que le dialogue doit être la base de la gestion des dossiers sensibles entre les deux partenaires et que l'UE, avec ce genre de liste, devrait tenir compte de la globalité du partenariat. Il a expliqué que «l'UE ne peut pas établir des critères et dire on les utilise pour les Îles Caïmans, on les utilise pour le Maroc», faisant remarquer que «si le voisinage sud est important, il ne doit pas subir les conséquences de décisions prises par l'UE».
Pour Nasser Bourita, «les pays du Sud de la Méditerranée doivent être associés, pas à la décision, mais au moins à la réflexion», notant que «le Maroc a demandé à l'UE de sortir de cette logique du professeur et de l'élève et de rentrer dans une logique de concertation où chacun comprend les soucis de l'autre pour arriver à des solutions qui pourraient satisfaire les intérêts de l'Europe sans faire dommage aux intérêts du Maroc».
Selon le ministre, le même raisonnement est valable en ce qui concerne la gestion du dossier migratoire. «Toute démarche qui cherche à trouver les coupables plutôt que les solutions est une mauvaise piste. La migration est un phénomène naturel entre les deux rives », a-t-il relevé, précisant que «l'approche devrait être concertée pour trouver une solution à un défi commun, pas destinée au name and shame». Pour Nasser Bourita, «la solution de facilité est de tout mettre sur le dos des pays de transit parce que régler le problème à l'origine semble difficile et parce que, dans les pays d'accueil, il y a une pression politicienne telle que personne ne veut assumer une discussion sereine, lucide sur le phénomène migratoire. Donc, la culpabilisation excessive des pays de transit est une mauvaise piste». Le ministre a souligné dans ce contexte que «le Maroc assume ses responsabilités, mais ne jouera jamais le gendarme, parce que ce n'est pas sa vocation, sa conviction». Le Maroc, a ajouté Nasser Bourita, «considère que le phénomène migratoire est exagéré pour des raisons plutôt politiciennes qu'objectives», expliquant que «les chiffres démontrent que la migration africaine vers l'Europe est minoritaire : c'est moins d'une personne sur dix». Il a rappelé qu'en coordination notamment avec l'Espagne, le Maroc mène des opérations de lutte contre les réseaux de trafic qui ne se trouvent pas nécessairement de ce côté-ci de la rive méditerranéenne. Le nombre de réseaux démantelés est énorme et l'effort sécuritaire et matériel déployé par le Maroc vise, a-t-il dit, à garantir que la route ouest de la migration soit la moins utilisée, même si c'est la route la plus évidente comparée aux routes centrale et est.
Au sujet de la récente communication de l'UE sur sa nouvelle politique de voisinage sud, Nasser Bourita a affirmé que «la pandémie interpelle le partenariat Maroc/UE pour se projeter dans l'aprèsCovid-19. Et l'après-Covid-19, ce n'est pas que du voisinage, une coopération classique, quoique très fructueuse ». La récente communication de la Commission européenne est pertinente pour son timing et novatrice par son approche, a-t-il estimé, se félicitant du fait que le commissaire européen Oliver Várhelyi et l'UE en général ont fait un effort pour consulter les pays concernés avant la finalisation de la communication, alors qu' «avant on la découvrait avec les médias». Le ministre a noté que le contenu de la communication de la Commission européenne «nous conforte dans la démarche globale», rappelant qu'en juin 2019, le Maroc et l'UE se sont mis d'accord sur quatre axes de coopération qui sont, aujourd'hui, très pertinents. Dans sept des douze projets phares proposés, notamment le Fonds Mohammed VI pour les investissements stratégiques, les énergies renouvelables, l'agriculture durable, la protection sociale, «le Maroc sent une convergence entre les priorités nationales et les priorités que l'UE veut donner dans ses relations avec le voisinage», a ajouté Nasser Bourita. Répondant à une question sur «le contentieux à répétition» auprès de la Cour de justice de l'UE lié aux accords agricole et de pêche, le ministre a souligné qu'il s'agit plutôt d'une «guérilla». "C'est de la guérilla, ce n'est pas de la stratégie», a-t-il rétorqué, notant que «si l'Europe croit au partenariat entre le Maroc et l'UE, elle doit être consciente que ce partenariat a des ennemis. C'est à l'Europe de réagir à ce harcèlement judiciaire».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.