Industrie pharmaceutique : bientôt un institut dédié à la formation professionnelle    Dématérialisation: le BAD électronique, un progrès pour le fret aérien    Tous les ingrédients sont là pour mener à bien le chantier de généralisation de la protection sociale (Economiste)    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    BAM: Le dirham quasi stable face à l'euro du 8 au 14 avril    AMIC : Les levées de fonds pourraient atteindre 2,9 MMDH en 2021    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    AFC Ligue des Champions :Le but de Hamdallah contre Al Sadd    Humeur : Ambiance à la foi menaçante    Acheminement des aides alimentaires : l'armée libanaise remercie SM le Roi    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Botola Pro D1 « Inwi » (12è journée): Classement    Programmes d'appui social: le système de ciblage des bénéficiaires examiné au Conseil de gouvernement prochain    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    La réforme du système national de santé abordée en en conseil de gouvernement    Maroc: L'indice de production des industries manufacturières en baisse de 6,3% en 2020    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Hakim Ziyech : "Encore beaucoup à faire, mais je vais dans la bonne direction"    Covid-19 : Le Canada recevra 8 millions de vaccins Pfizer supplémentaires mais moins de Moderna    DHJ : Le comité directeur reste confiant et prône le maintien de la stabilité !    Tunisie : Durcissement des mesures sanitaires après la flambée des contaminations    Arrestation de cinq manifestants à Alger lors du 113e vendredi du Hirak    La directrice du FMI a félicité le Maroc    Au menu du Conseil de gouvernement prévu mardi prochain    Coupe d'Angleterre: Ziyech envoie Chelsea en finale ! (VIDEO)    La famille royale britannique rend un ultime hommage au prince Philip, époux de la reine Elizabeth II    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 avril 2021 à 16H00    Botola Pro : Le Raja et la RSB assurent l'essentiel    Marrakech: un frère et une sœur placés en garde à vue    Le nombre de nouveaux cas hebdomadaires dans le monde a doublé les deux derniers mois    Maroc: Secousse tellurique de 4,3 degrés dans la province de Driouch    Naufrage d'une embarcation de migrants subsahariens au large de la Tunisie : 41 morts, 3 secourus    Souad Jamaï "Le Serment du dernier messager" : Un conte du futur pour comprendre le présent    Culture : Lahcen Zinoun signe à Casablanca son autobiographie "Le rêve interdit"    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires destinées aux forces armées et au peuple libanais    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce samedi 17 avril    Miloudi Moukharik: L'UMT va participer activement au chantier de la généralisation de la protection sociale (vidéo)    PDES, ONG Suisse : La généralisation de la protection sociale, une consécration de la dimension du développement humain    Affaire Omar Radi : les autorités marocaines déplorent que des ONG tentent d'influencer le cours de la justice    Indianapolis: l'auteur de la fusillade identifié    La résolution de la crise du barrage de la Renaissance permettra de renforcer l'intégration économique régionale    Qui est Frank Grillo, le nouveau monsieur muscles de Hollywood ?    Nucléaire : l'Iran a commencé à produire de l'uranium à 60 %    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Percevoir le cannabis tout autrement
Publié dans Libération le 26 - 02 - 2021

Après son vote favorable pour la reconnaissance officielle des propriétés médicinales du cannabis lors de la 63ème session de la Commission des stupéfiants des Nations unies (CND), le Maroc franchit un nouveau pas sur la voie de la légalisation de l'usage du cannabis. Il vient, en effet, d'entamer l'examen du projet de loi n° 13.21 portant usage légal du cannabis, en prévision de son adoption lors du prochain Conseil. L'un des traits saillants de ce projet sera la création d'une Agence nationale spécialisée dont la mission est de superviser l'achat et la vente de la plante à des entreprises dans le but de l'utiliser à des fins médicinales et à des fins de transformation nationale et internationale. Il y aura également mise en place de six zones de culture du cannabis à travers le Royaume, situées, a priori, dans le Nord du pays. Hors de ces zones historiquement productrices de cannabis, la culture et l'usage récréatifs resteront interdits.
Pourtant, il est légitime de se demander si ce projet de loi va régler une question à forts enjeux politiques et socio-économiques traversée par des rapports de force. Il sera question également de se demander si ce projet répond aux attentes des cultivateurs qui conçoivent le cannabis non pas comme « une activité de survie » mais aussi comme une «culture de résistance » à la marginalisation économique et politique, comme ont noté Khalid Mouna et KenzaAfsahi, dans leur article : «La légalisation du cannabis, une ethnographie d'un débat politique dans le Rif du Maroc ». D'après eux, pour ces cultivateurs, le débat sur la culture du cannabis au Maroc dépasse la seule question de la simple régulation d'une activité économique par l'Etat ou l'usage du cannabis comme un enjeu de sécurité ou de santé publique (comme dans d'autres pays), il s'agit pour eux de rétablir« en dignité ceux qui le cultivent par leur décriminalisation ou la légitimation historique du produit ».
Une situation des plus compliquées puisque ces cultivateurs ont été exclus du débat national sur la légalisation du cannabis et cela dès les premières années de son lancement. Selon les deux chercheurs, ce débat a été dominé par l'Etat qui donne le rythme et alterne les temps forts et les temps de silence. En effet, « La culture du cannabis est caractérisée par des enjeux de pouvoir et des rapports de force entre différents acteurs. Cette réalité révèle aussi la complexité d'un débat sur la légalisation qui ne semble pas déboucher sur des solutions réalistes et partagées parles différentes parties. Ce débat n'est plus seulement investi sur le plan national par des acteurs exogènes mais maintenant sur un plan local également», soulignent les rédacteurs dudit article. Khalid Mouna et KenzaAfsahi indiquent, en outre, que « depuis les mobilisations de 2011, les acteurs locaux ont mobilisé plusieurs moyens de communication pour publiciser leur souffrance et dénoncer les chantages qu'ils estiment systématiques des forces de l'ordre réparties sur le territoire du Rif ». Ils ajoutent que certains des arguments utilisés par les cultivateurs sont ensuite exploités parles partis politiques dans le débat sur la légalisation du cannabis.
Il a fallu attendre, précisent les deux chercheurs, l'implication de certains jeunes militants associatifs originaires de l'aire de culture du cannabis, en mobilisant «les identités locales du bled du kif » pour que la donne change. Lors des élections communales de septembre 2011, les acteurs locaux du bled du kif se sont mobilisés pour former des alliances en fonction des appartenances ethniques. Les candidats ont mobilisé les arguments du débat sur la légalisation du cannabis pour vaincre leurs rivaux. Les associations locales qui représentent les cultivateurs ont réussi à mieux s'organiser et ont permis aux cultivateurs de prendre conscience que se fédérer pouvait leur donner plus de poids au cœur d'un débat qui ne peut plus se passer de leur participation. Khalid Mouna qui est également l'auteur du livre :«Le bled du kif :Economie et pouvoir chez les Ketama du Rif», nous avait affirmé dans une précédente édition, que la culture du cannabis dans le Rif central n'est pas seulement une activité économique, mais aussi un facteur de stabilité sociale. Et d'ajouter que la volonté gouvernementale de légaliser les cannabis pour des usages médicaux est appelée à affronter certains défis et questions pratiques relatives à la manière de produire, au type de produit et à la qualité de la production. Ce qui nécessite, selon lui, encore du temps et de la réflexion. A rappeler que la CND a décidé, récemment, le reclassement du cannabis et de sa résine dans les conventions internationales. Le cannabis pourrait ainsi être utilisé dans la fabrication de médicaments, au même titre que l'opium ou la morphine, sans que son utilisation ne soit découragée par l'ONU comme ce fut le cas jusqu'alors. Le Maroc a été parmi les 27 pays qui ont voté lors de la 63ème session de la CND pour la reconnaissance officielle des propriétés médicinales du cannabis. Il a été le seul pays de la région MENA à voter favorablement pour le retrait du cannabis de la catégorie des drogues du tableau IV de la Convention de 1961.
Hassan Bentaleb


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.