Opération «poissons à prix raisonnable» : 3500 tonnes de poissons injectées dans le marché national    Généralisation de la protection sociale : Le gouvernement accélère    Un malade mental commet un carnage à Taounate    Errachidia : Interpellation d'un individu et saisie de 2,5 tonnes de chira    Forum des zones industrielles : Tanger accueillera la 3e édition en décembre    VIDEO// Aides alimentaires marocaines au Liban : Un don Royal hautement apprécié par les autorités libanaises    Edito : Cour promotionnelle    Série ramadanesque – «Café ness, ness» : Les avocats sollicitent la HACA    Covid-19 : La vaccination avec Johnson & Johnson devrait reprendre rapidement aux Etats-Unis (Conseiller médical)    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    John Bolton : «Joe Biden restera attaché à la reconnaissance par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le Sahara»    Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade    Douze grands clubs ont officialisé le lancement de la « Super League »    Afghanistan: Joe Biden siffle la fin de la partie    Patrimoine: Lancement d'un programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    Youssef En-Nesyri vers un transfert record pour le club du FC Séville    Errachidia : Mise en échec d'une tentative de trafic international de drogue    Déraillement d'un train en Egypte : Au moins 11 morts et près de 100 blessés (nouveau bilan)    Covid-19: Vaccinations, infections, décès...les chiffres officiels de ce dimanche    Le Raja s'offre le MAT, le HUSA s'incline face à la RSB    Le FMI félicite le Maroc    Kafala: Le procureur général appelle à une intervention positive    La conjoncture et l'enjeu    El Otmani: une «illustration des contours de la politique sociale de SM le Roi»    Création d'un institut de formation professionnelle    Un chantier révolutionnaire au profit de larges franges de citoyens    Chelsea et Tuchel en finale grâce à Ziyech!    Santé : le Maroc va ouvrir ses portes aux médecins étrangers    Le livre. Demain l'âge d'or de Jacque Heitz (suite)    Le match fou du PSG contre Saint-Etienne (VIDEO)    Nucléaire iranien : Des avancées malgré la difficulté des négociations    Maroc : Réunion ce mardi 20 avril du Conseil de gouvernement    Arrivée à Beyrouth du 2ème lot des aides alimentaires marocaines au Liban    Sarah & Ismael: quand la passion guide!    Maroc/Trésor : Déficit budgétaire de 7,3 MMDH à fin mars 2021    Covid-19 : personnes porteuses de maladies chroniques, comment se faire vacciner    Colombie : au moins 14 rebelles et un militaire tués lors de combats    Le profond malaise qui demeure entre la France et l'Algérie s'exaspère    The Legal 500 consacre plusieurs bureaux d'avocats marocains    URGENT ..Foot: la direction du Bayern « désapprouve » l'annonce par Flick de son départ    Finale de la Coupe du Roi : Le Real félicite le Barça après son 31ème sacre    OCS-RCOZ (2-1) : Les Messfiouis maîtres chez eux !    Casablanca: le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Culture : Le Programme des éliminatoires de la 2è édition de la Ligue Nationale d'Improvisation Théâtrale Nojoum    Maroc/Météo : Temps stable à passagèrement nuageux ce dimanche 18 avril    Rencontre: Exploratrice, conteuse...    Ramadan: Driss Roukh critiqué à cause de Mouna Fettou et Dounia Boutazout (PHOTO)    Don Royal: Arrivée à Beyrouth du premier lot des aides alimentaires pour le Liban    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Biggie " , le géant éphémère du rap
Publié dans Libération le 28 - 02 - 2021

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/54288665-40904216.jpg?v=1614527514" alt=""Biggie " , le géant éphémère du rap" title=""Biggie " , le géant éphémère du rap" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/54288665-40904216.jpg?v=1614527515" alt=""Biggie " , le géant éphémère du rap" title=""Biggie " , le géant éphémère du rap" /
Décédé depuis près d'un quart de siècle à 24 ans seulement, le rappeur new-yorkais Notorious B.I.G. continue de fasciner; avec le documentaire "Biggie: I Got a Story to Tell", Netflix livre un portrait de "Big Poppa" par ses proches. Le film, qui sera mis en ligne le 1er mars sur la plateforme, a été coproduit par sa mère, Voletta Wallace, et son ancien producteur, P. Diddy, et a pu puiser dans les archives vidéo de Damien Butler, alias "D-Roc", ami d'enfance de Biggie. Pas de révélation dans ce portrait, mais des morceaux de vie, des anecdotes aidant à mieux comprendre qui était Christopher Wallace, de son vrai nom, enfant de Brooklyn au charisme légendaire, dont l'image recouvre aujourd'hui plusieurs murs du quartier new-yorkais. "Sa vie a eu un impact majeur", estime P. Diddy, Sean Combs au civil, au sujet du rappeur qu'il a accompagné jusqu'au sommet. Une existence fauchée au petit matin le 9 mars 1997 par les balles d'un tireur jamais formellement identifié à ce jour, dans une rue de Los Angeles, après une fête. Les théories les plus folles circulent encore sur le mobile de ce crime. Le récent podcast "Slow Burn", très documenté, a lié le meurtre au sulfureux producteur californien Suge Knight et à la rivalité entre sa maison de disque, Death Row Records, et celle de Sean Combs, Bad Boy Records.
Remontant aux origines, le documentaire se penche sur la jeunesse de Biggie, dans les quartiers de Clinton Hill et Bedford-Stuyvesant, à Brooklyn, mais aussi, chaque été, en Jamaïque. L'un de ses amis, Hubert Same, raconte que Christopher Wallace rentrait de ces séjours à Trelawny, d'où est originaire sa mère, nourri d'influences diverses, reggae, country et funk, qui ont alimenté sa culture musicale. Au fil des années, l'adolescent développe son style, prenant plus qu'à son tour le micro de façon improvisée pour des freestyles, avec sa voix profonde, dans les rues de Brooklyn, comme en témoignent des images d'archives saisissantes. Son ancien voisin saxophoniste Donald Harrison, l'un de ses mentors, se souvient de sa soif de connaissance musicale et de l'avoir familiarisé à quelques géants du jazz, Charlie Parker ou Cannonball Adderley. Pour lui, le "flow" inimitable de Christopher Wallace, capable d'accompagner méthodiquement le rythme tout en s'octroyant une grande liberté, "équivaut aux plus belles qualités d'un solo de batterie bepop", mouvement phare du jazz des années 50.
S'il valorise clairement l'image de Biggie, le film évoque aussi longuement les aspects plus sombres du personnage, notamment sa brève carrière de dealer de drogue. C'est durant cette période qu'il perdra l'un de ses plus proches amis, Olie, tué par balles, une disparition qui le marquera à jamais. Longuement interrogée pour le documentaire, sa mère décrit les tensions qu'a fait naître la drogue entre son fils et elle, avant qu'il ne lui annonce un jour son intention de renoncer pour se consacrer uniquement à la musique. "Tu ne peux pas faire les deux", trafic et musique, se souvient lui avoir dit P. Diddy, qui se faisait appeler Puff Daddy à l'époque, avant qu'il ne renonce à la rue. "Biggie a explosé d'un seul coup", rappelle le producteur. "Nous ne savons pas de quelle planète rap il est venu." Notorious B.I.G. n'aura sorti qu'un seul album de son vivant, "Ready To Die", son deuxième disque, "Life After Death", ayant été publié 16 jours après sa mort. Le documentaire montre cette figure imposante de près de 1,90 m, pesant plus de 150 kg, en homme généreux, désireux de faire profiter son entourage de son succès. "Il avait un talent qui a sauvé la vie de beaucoup de gens", se souvient le rappeur Lil' Cease, un proche, "mais pas la sienne".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.