"Allayla Sahratena": Du gharnati au Chaâbi, une belle soirée musicale vous attend samedi à 23h00    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sept ans de prison ferme pour une figure du mouvement de protestation populaire en Algérie
Publié dans Libération le 01 - 03 - 2021


La justice algérienne a condamné, dimanche, Ameur Guerrache, une figure du mouvement de protestation populaire "Hirak, à sept ans de prison ferme, selon le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD). Dans un post sur sa page Facebook, l'association de défense des droits des détenus politiques en Algérie a précisé que cette lourde peine a été prononcée contre Guerrache par un tribunal de Ouargla, dans le sud algérien, pour notamment "apologie du terrorisme", "incitation aux actes terroristes", "atteinte au président de la République" et "incitation à attroupement". Le parquet avait requis 10 ans de prison ferme contre cet activiste du hirak à Ouargla, une wilaya riche en hydrocarbures, mais c'est aussi une région où le taux de chômage des jeunes est très élevé. Arrêté chez lui le 1er juillet 2020, M. Guerrache (31 ans), présenté comme un militant et poète, est "l'un des plus grands animateurs du mouvement de protestation à Mekhadma depuis plusieurs années", a précisé le CNLD. Le mouvement Mekhadma tire son nom d'un quartier déshérité de la ville de Ouargla, où en juin dernier des centaines de personnes avaient protesté pacifiquement contre leurs conditions de vie ainsi que leur marginalisation et exclusion du développement local. Le ministère algérien de la Justice avait annoncé récemment qu'un total de 59 détenus d'opinion avaient été libérés après l'annonce d'une grâce accordée parle président Tebboune le 18 février, mais, dans le même temps, les arrestations par les services de sécurités et les condamnations devant les tribunaux se poursuivent. Au cours des derniers jours, plusieurs organisations algériennes et internationales ont exprimé leurs inquiétudes quant à la répression du droit à la liberté d'expression dans ce pays maghrébin. Dans ce sens, un grand nombre d'eurodéputés ont interpellé le Haut représentant de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell,sur les intimidations et les abus en tous genres que subissent toujours les activistes du Hirak. Dans une lettre adressée à M. Borell, ces eurodéputés, toutes tendances politiques confondues, affirment que plusieurs rapports d'ONG, internationales et nationales, "font état d'une répression continue des militants pacifiques" du mouvement populaire. Selon eux, ces rapports ont dévoilé plusieurs cas de "tortures et d'abus contre les détenus d'opinion". Les eurodéputés estiment qu'il est "impératif" que ces violences fassent "l'objet d'une enquête indépendante" pour identifier les responsables,rappelant la récente résolution du Parlement européen "sur la détérioration de la situation des droits humains en Algérie" et qui exige le lancement d'investigations sur ces violations répétées du droit à la liberté d'expression au pays. Parmi ces rapports figure celui du Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ), une organisation algérienne de défense des droits de l'Homme, qui a dénoncé le recours du pouvoir en Algérie à "la répression pour tenter d'empêcher les manifestations pacifiques". Le RAJ a dénoncé "le harcèlement sécuritaire et le recours à la répression et l'arrestation de dizaines de manifestants pour tenter d'empêcher les manifestations pacifiques". Pour sa part, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) avait fait état de centaines de personnes interpellées dans une vingtaine de wilayas à l'occasion du 2è anniversaire du Hirak. Amnesty International a dénoncé, quant à elle, "une stratégie délibérée des autorités algériennes visant à écraser la dissidence". Il s'agit d'"une stratégie qui vient contredire les promesses" de ces autorités en matière de respect des droits humains, a constaté Amnesty International. De son côté, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, a invité le gouvernement à continuer sur la voie du dialogue et à "immédiatement libérer tous ceux détenus pour avoir participé pacifiquement à des manifestations". Après un an d'arrêt, Covid-19 oblige, des milliers d'Algériens sont descendus dans la rue, vendredi dernier, marquant un retour spectaculaire des marches hebdomadaires du hirak réclamant le départ du régime et l'instauration d'un Etat de droit.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.