Programme des principaux matchs du mercredi 21 avril    Les vols directs Maroc-Israël seront opérationnels après le Ramadan    Maroc/Protection sociale : cinq projets de décrets adoptés par le Conseil de gouvernement (Vidéo)    Coupe du trône: le WAC domine Oued Zem et file aux quarts de finale (Vidéos)    Tanger : Deux individus interpellés pour vol sous la menace de la violence à l'intérieur d'une agence bancaire    De jeunes volontaires réexposés au Covid-19 pour une étude britannique    Maroc/Prolongement des mesures exceptionnelles pour certaines catégories affiliées à la CNSS: Deux décrets adoptés    Coupe de la CAF: La RSB joue le quitte ou double en Zambie    Officiel : Schalke et Amine Harit relégués en Bundesliga 2    Approbation du Plan gouvernemental intégré de mise en œuvre du caractère officiel de la langue amazighe    ONU : Omar Hilale décrie la propagande fallacieuse de l'Algérie et du "polisario" sur la situation au Sahara    Hakima El Atrassi à cœur ouvert    Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    Restructuration de la direction technique des équipes nationales    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    Conseil de gouvernement: Du nouveau pour l'AMO des indépendants    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Ahidous, Ahwach, Izlan n Tyerza, Tizrarin, Timnadin, Tagnawit ...en mode Rock&roll, blues, pop ou Rock    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    Covid: comment se dérouleront les épreuves du bac 2021 au Maroc ?    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    DGAPR : la grève de la faim annoncée par les détenus Soulaimane Raissouni et Omar Radi "n'a aucun lien avec les conditions de leur détention"    Le chef de l'armée libanaise remercie le roi Mohammed VI    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    S.M. Le Roi lance la généralisation de la protection sociale    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Adoption en commission d'un projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"
Publié dans Libération le 08 - 03 - 2021

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/54509954-41020972.jpg?v=1615223282" alt="Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"" title="Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/54509954-41020972.jpg?v=1615223285" alt="Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"" title="Débat littéraire en ligne autour du livre "Tisser le temps politique au Maroc"" /

La chaire Fatéma Mernissi et le site "Ribatalkoutoub" ont organisé, samedi, un Café littéraire en ligne sous le thème "Un nouveau regard sur le politique au Maroc", à l'occasion de la parution du livre "Tisser le temps politique au Maroc : Imaginaire de l'Etat à l'âge néolibéral" (Ed. Karthala, 2020), coécrit par Béatrice Hibou et Mohamed Tozy.
Ce rendez-vous littéraire a été l'occasion de débattre du fond de l'ouvrage à travers plusieurs interventions, notamment de l'historien Abdelahad Sebti, du sociologue Mohamed Oubenal, des politologues Fadma Aït Mous et Abdelhay Moudden et de l'écrivain-chercheur Driss Ksikes.
Dans son intervention, Mme Aït Mous, modératrice du Café littéraire, a indiqué que cet ouvrage revêt une "approche distanciationnelle" sur l'analyse du régime politique au Maroc et est une réflexion sur les manières de gouverner aux temps néolibéraux. "C'est un travail fait d'observations et d'entretiens historiques et historiographiques très pertinents... C'est aussi le fruit d'un long travail à deux, tissant une collaboration faite de partage de questions fondamentales du terrain", a-t-elle analysé. Pour sa part, M. Sebti, tout en saluant la tenue de cette importante rencontre, a fait observer que les co-auteurs de l'ouvrage ont eu la réflexion de développer des écritures économico-politiques et sur le champ politico-religieux, basées sur plusieurs recherches avec des études de cas. "Parfaitement élaboré, le livre, fort des entretiens menés, a su résumer au niveau du titre la problématique qu'il expose, afin de faciliter l'entrée des lecteurs dans le champ néolibéral au Maroc, avec des approches anthropologiques et une subjectivation des systèmes politiques", a-t-il ajouté. Pour le sociologue Mohamed Oubenal, l'ouvrage "Tisser le temps politique au Maroc : Imaginaire de l'Etat à l'âge néolibéral" offre l'occasion de comprendre les grilles des lectures sur le fondement politico-économique du Maroc, tout en s'intéressant à la sociologie économique. "C'est un livre interdisciplinaire, qui prend comme base le travail des historiens et croise un certain nombre de disciplines intellectuelles", a-t-il indiqué, relevant que c'est aussi un "appel à engager une réflexion sur l'art de gouverner, s'inscrivant dans une logique comparative pour comprendre les formes étatiques".
Cet ouvrage est enrichi de "monographies et de projets économiques importants, notamment le Port de Tanger-Med, outre l'évolution et la normalisation des grands projets, traversés de logiques néolibérales", a-t-il dit.
De son côté, le politologue Abdelhay Moudden a noté que l'ouvrage est une analyse politique caractérisée par une force d'ambition qui propose de nouvelles approches pour appréhender la compréhension de la politique au Maroc, tout en dépassant les unités d'analyse et de classification des systèmes politiques. L'écrivain-chercheur Driss Ksikes a, quant à lui, qualifié l'ouvrage de texte dense et incontournable pour comprendre la politique au Maroc et d'une expérience inventant un nouveau style, née de deux manières d'expression différente. "Avec l'ingéniosité des co-auteurs, le livre révèle un phénomène latent, sensé mettre en avant le réel comme l'imaginaire au Maroc, pour enfin désigner l'ordre apparent des choses", a-t-il souligné.
Attentif aux transformations modernes, le livre révèle aussi les continuités profondes et les adaptations insoupçonnées, dans une cohabitation renouvelée, avec une pluralité des discours, a relevé M. Ksikes, ajoutant que ce produit implique une écriture hybride, structurée et systémique.
Rebondissant sur les réflexions des différents intervenants, la co-auteure du livre, Béatrice Hibou, a indiqué que l'ouvrage met l'accent sur un univers mental qui fait le lien et permet d'associer des logiques et des réalités très différentes, avec une temporalité plurielle qui renvoie à s'inscrire dans le présent de la logique sociale, mais qui s'interpénètrent pour donner lieu à des réinterprétations mutuelles.
L'autre co-auteur, Mohamed Tozy a, pour sa part, fortement salué le travail de quelques historiens marocains, relevant que l'ingénierie épistolaire est une piste pour une nouvelle lecture des échanges épistolaires, alors que le concept "d'empire", traité dans le livre, est caractérisé par un certain nombre de propriétés et de performances pouvant être retrouvées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.