SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Arrivée en Jordanie du 2e lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens    El Otmani réitère le rejet catégorique par le Maroc de toutes violations du statut juridique de la ville sainte    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Covid-19 Maroc : La campagne de vaccination élargie aux 45-50 ans    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Vigon Systems lève deux millions de dirhams auprès deWitamax One    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    La situation épidémiologique au 16 mai 2021 à 16H00    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    OCI: Les ministres des AE saluent le rôle du Comité Al-Qods dans la protection de la ville sainte    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Après les quinquas, c'est autour des quadras !    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Histoire de la DGSN : les dates phares    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Le groupe ODM rachète la « Polyclinique Atlas Casablanca »    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Covid: Les personnes vaccinées doivent garder le masque dans les régions à forte transmission (OMS)    Liga / Real : Zidane partant, Raul probable arrivant !    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    Foot espagnol : Xavi Hernandez futur coach du Barça la saison prochaine !    Covid : Le patron de l'OMS appelle à ne pas vacciner les enfants pour donner les doses à Covax    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Solidaires dans le meilleur et dans le pire    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Victor Hardy, gérant de la ferme des phosphates
Publié dans Libération le 15 - 03 - 2021


Après avoir vécu dans différentes villes du Maroc, Victor Hardy, agriculteur français, devint gérant de la ferme dite des phosphates à El Jadida dans les années 1930. Il exploita ce domaine durant plus de vingt ans. Le récit suivant réalisé en collaboration avec Micheline Langlet-Nichols, petite-fille de Victor, née à El Jadida, évoque brièvement le passage de cette famille dans cette ville et le travail de son grand-père à la ferme des phosphates. La famille Hardy était originaire du département d'Eure et Loir en France où elle s'adonnait à l'agriculture et à l'élevage depuis plusieurs générations. La famille était composée des parents, Victor et Louise née Lesourd, qui, partis de France, sont arrivés au Maroc en 1929 avec leurs quatre enfants tous nés en métropole : Louis en 1912, Jean en 1915, Odette en 1916 et Yves en 1922. Victor, qui était éleveuragriculteur en France, a bénéficié de l'appui du Protectorat français (1912-1956) pour s'installer à Meknès puis à Fès afin d'y diriger une ferme expérimentale. Enfin, à Bouznika, près de Casablanca, pour diriger sa propre exploitation. Il changea ensuite d'itinéraire quand, en 1933, il devint employé à l'O.C.E (Office chérifien de contrôle d'exportation, créé en 1932) à Casablanca. Mais, toujours fidèle à sa vocation première, il termina son parcours à El Jadida comme gérant de la ferme des phosphates. Les archives familiales ayant été perdues, sa petite-fille, Madame Micheline Langlet-Nichols, ne dispose plus du contrat existant entre son grand-père et l'Office des phosphates. Après son arrivée à El Jadida, Victor Hardy se lia d'amitié avec des familles françaises déjà installées dans cette ville telles les Sellier, les Mainetti, les Ramos, Dupré et Le Bail, ainsi que quelques familles marocaines. La ferme dite des phosphates, qui appartenait à la Direction des phosphates, se trouvait à la sortie d'El Jadida, mitoyenne du cimetière chrétien. En face de la ferme se trouvait le pensionnat de garçons dont les parents travaillaient à Khouribga et Louis Gentil-Youssoufia. Les adolescents étaient scolarisés au Collège mixte de Mazagan. Selon les termes du contrat, Victor Hardy et son épouse avaient la gérance de cette exploitation, ils devaient fournir au pensionnat un quota de légumes, volailles, œufs, lapins...et géraient le surplus éventuel. Il y avait sur la ferme, comme à l'internat, une vingtaine d'ouvriers marocains permanents. D'autres étaient embauchés lors d'opérations saisonnières. Micheline Langlet-Nichols ajoute : « Mon grand-père cultivait des chrysanthèmes que nous vendions en novembre devant le cimetière tout proche. Il avait aussi la passion des pois de senteurs et je suis sûre que c'est de cette époque que me vient l'amour de cette fleur. Ma grand-mère était excellente cuisinière et nous préparait les jeunes artichauts crus en salade. Cette ferme dite des phosphates, que je rejoignais à vélo depuis le centre de Mazagan, est définitivement ancrée dans mes meilleurs souvenirs d'enfance, que j'ai d'ailleurs fait partager à mes petits enfants en les emmenant en vacances à cette ancienne ferme qui ne fonctionne plus. En face, se trouvent les vestiges de l'ancien internat ». La famille de Victor Hardy a été rapatriée en France le 6 août 1957 en région parisienne et s'installa, ensuite, à La Praz en Savoie chez son fils Yves Hardy. Ce dernier avait également vécu et travaillé à El Jadida où il était le gérant du garage Garcia sur l'avenue de Marrakech. Lui aussi fut rapatrié en France en 1957. Quant à sa fille Odette Hardy, elle s'est mariée à Jean Nichols, architecte à El Jadida jusqu'en 1957. Ils ont eu trois enfants nés à El Jadida et sont rentrés en région parisienne quelques mois après l'indépendance du Maroc. La famille y réside toujours. Micheline Langlet-Nichols conclut : « Notre séjour à Mazagan et au Maroc nous a tellement marqués que la ville de Mazagan fait toujours partie de mes meilleurs souvenirs de jeunesse ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.