Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suite au limogeage d'Abdellah Saâidi par le Haut commissaire aux Eaux et forêts : L'UNIM fait bloc uni autour de son président
Publié dans Libération le 01 - 07 - 2010

Le directeur régional du Haut commissariat aux Eaux et Forêts dans la région d'Al Gharb a été démis de ses fonctions. Un tel acte viserait, à n'en pas douter, l'action militante de l'Union nationale des ingénieurs marocains. L'UNIM en est consciente et l'a fait savoir, hier à son siège à Rabat, lors d'une conférence de presse, à laquelle ont été présents non seulement les ingénieurs mais aussi plusieurs acteurs de la vie associative, des militants de partis politiques, ainsi qu'un nombre important de journalistes représentant différents organes de presse. Tout ce monde était venu chercher une explication à cette mise au placard du responsable du Haut commissariat aux Eaux et Forêts dans la région d'Al Gharb, qui n'est autre que le président de l'UNIM Abdellah Saâidi.
Il n'y en a qu'une seule et unique explication. Aziz Hilali, président du Conseil national de l'Ordre des ingénieurs topographes, a pris la parole au nom du bureau national de l'UNIM pour dire que « cette mesure est un acte de représailles contre la ligne militante » de ce cadre associatif. Curieusement, la décision du remerciement était tombée au lendemain de la grève de 48 heures les 23 et 24 juin et qui a été couronnée d'un succès national retentissant. En revanche, c'est la « tête » de cette association connue et reconnue pour être aux premières lignes de défense de la communauté des ingénieurs qui a été visée. En contrepartie, l'UNIM ne compte pas y aller de main morte. En considérant que c'est elle qui est concernée par cette décision abusive, elle dit se réserver le droit de riposter à cette bavure le moins que l'on puisse dire anachronique avec le climat de liberté marquant le nouveau règne. « Une réunion du comité administratif de l'UNIM aura lieu samedi 3 juillet à Rabat pour examiner la suite à donner à cette décision sans précédent, du moins durant les dix dernières années du nouveau règne », a annoncé Aziz Hilali. Pour ce dernier, comme pour ses nombreux collègues venus exprimer leur solidarité avec le président de leur association, l'illégalité du renvoi est flagrante. Plus encore, elle constituerait, au-delà de l'UNIM, une « atteinte gravissime des droits constitutionnels, à la liberté syndicale et plus globalement aux acquis démocratiques obtenus au prix de hauts sacrifices consentis par le peuple marocain », prévient M. Hilali, avant de passer la parole au président de l'UNIM Abdellah Saâidi. En exprimant sa reconnaissance pour cet élan de solidarité manifesté par ses confrères, ainsi que par l'ensemble des acteurs associatifs, partisans, ou encore des médias, M. Saâidi a souligné que cette solidarité ne le concernait pas en tant que responsable régional du Haut commissariat aux Eaux et Forêts, mais en tant que président de l'Union nationale des ingénieurs marocains. « En tant que personne, je n'ai pas adhéré à l'UNIM pour préserver mon poste de responsable aux Eaux et Forêts mais pour contribuer à la revalorisation du métier d'ingénieur », a-t-il précisé, en ajoutant que son limogeage n'a été motivé ni par des considérations de rendement professionnel, moins encore par des questions en rapport avec la gestion des ressources humaines de la direction régionale du Haut commissariat aux Eaux et Forêts. Interrogé sur les dispositions à prendre pour contester ce limogeage, M. Saâidi a répondu qu'il n'allait rien entreprendre. La balle est plutôt dans le camp de l'UNIM, puisque c'est elle qui serait en ligne de mire, pouvait-on en déduire. Pour ce faire, cette ONG, créée dans les années soixante, peut compter sur un grand soutien populaire, partis politiques, syndicats et tissu associatif compris. Une grande chaîne de solidarité se forme autour du président de l'UNIM, dont le limogeage a suscité une vague d'indignations sur la scène syndicale, associative et partisane. Aziz Hilali a affirmé que « le bureau national de l'UNIM a remarquablement été submergé de communiqués de soutien », citant parmi les auteurs des communiqués des partis politiques, dont l'USFP, le PI et le PPS, la majorité des acteurs associatifs, ceci sans compter la quasi-totalité des syndicats, toutes sensibilités confondues.
Un véritable bloc se forme autour de l'UNIM et de son président pour contester une décision jugée arbitraire, appuyer le combat des ingénieurs et réhabiliter une profession qui, comble du paradoxe, est au cœur des chantiers du nouveau règne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.