SM le Roi adresse un Ordre du jour aux Forces Armées Royales    Les relations maroco-espagnoles traversent la plus grande crise de leur histoire    Taqa Morocco: Hausse des bénéfices au premier trimestre    Maroc: Déficit budgétaire de 22,5 MMDH à fin avril 2021    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Les transferts d'argents des migrants résistent à la crise du COVID-19 (Banque Mondiale)    Arrivée en Jordanie du 2e lot de l'aide humanitaire d'urgence au profit des Palestiniens    El Otmani réitère le rejet catégorique par le Maroc de toutes violations du statut juridique de la ville sainte    Chelsea défait en finale par Leicester    Un nul bénéfique pour le WAC face au Mouloudia    Le tunisien Fathi Jebal, nouvel homme fort du MAS    Covid-19 Maroc : La campagne de vaccination élargie aux 45-50 ans    Kénitra: interpellation de trois individus pour possession et trafic de drogues et de psychotropes    Hammadi Ammor, figure de la création nationale, s'est éteint    «Il faut travailler sur des œuvres théâtrales dans l'expectative d'une reprise culturelle»    Installation des jurys du Prix national des études et recherches sur l' action parlementaire....    Le Polisario et l'Algérie pris la main dans le sac    Le Maroc, grand défenseur du droit des Palestiniens à établir un Etat indépendant    L'ambassadeur de Palestine exprime ses remerciements et sa gratitude à S.M Mohammed VI    Sit-in de solidarité avec le peuple palestinien    Vigon Systems lève deux millions de dirhams auprès deWitamax One    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    Visionnage boulimique des séries : La guerre ouverte contre le sommeil    Le droit à la différence au coeur "La Cigogne Volubile "    Journée internationale des musées: Accès exceptionnel et gratuit mardi aux musées de la FNM    Conflit israélo-palestinien : «le carnage doit cesser immédiatement», réclame le chef de l'ONU    La situation épidémiologique au 16 mai 2021 à 16H00    Calcio : La Juve toujours en course pour une place en C1    OCI: Les ministres des AE saluent le rôle du Comité Al-Qods dans la protection de la ville sainte    Art moderne et contemporain: une pléiade d'artistes marocains de renom à la Menart Fair à Paris    Après les quinquas, c'est autour des quadras !    Ahmed Fouad El Filali, Directeur de SINMARCO : Difficulté de recouvrement et trésorerie, les questions cruciales de l'après Covid-19    Histoire de la DGSN : les dates phares    Coupe de la CAF/ Quart de finale aller : Le Raja arrache le nul en déplacement face à Orlando Pirates (1-1)    Le groupe ODM rachète la « Polyclinique Atlas Casablanca »    Maroc-Turquie : la nouvelle version de l'accord de libre- échange est entrée en vigueur    Covid: Les personnes vaccinées doivent garder le masque dans les régions à forte transmission (OMS)    Liga / Real : Zidane partant, Raul probable arrivant !    47ème anniversaire de la disparition du Zaïm Allal El Fassi: Le combat du « Zaïm » pour l'éveil de la conscience    Foot espagnol : Xavi Hernandez futur coach du Barça la saison prochaine !    Covid : Le patron de l'OMS appelle à ne pas vacciner les enfants pour donner les doses à Covax    En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique    Algérie : le DG marocain d'Amana Assurance prié de rendre les clés de l'entreprise    Solidaires dans le meilleur et dans le pire    Arrivée en Jordanie du premier lot de l'aide humanitaire d'urgence destinée aux Palestiniens    Botola Pro D1 « Inwi » (17è journée): Résultats et programme    Frappe aérienne sur Gaza: 17 Palestiniens tués    Rabat: Le mythique café des Oudayas rouvre ses portes après sa rénovation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"L'homme qui a vendu sa peau". Une fable politique sur le chemin des Oscars
Publié dans Libération le 02 - 04 - 2021

img class="responsive" style="display:none" src="https://www.libe.ma/photo/art/grande/55200777-41388443.jpg?v=1617373877" alt=""L'homme qui a vendu sa peau". Une fable politique sur le chemin des Oscars" title=""L'homme qui a vendu sa peau". Une fable politique sur le chemin des Oscars" / img class="not-responsive" src="https://www.libe.ma/photo/art/default/55200777-41388443.jpg?v=1617373880" alt=""L'homme qui a vendu sa peau". Une fable politique sur le chemin des Oscars" title=""L'homme qui a vendu sa peau". Une fable politique sur le chemin des Oscars" /
C' est une fable politique déroutante à l'esthétique sophistiquée: "L'homme qui a vendu sa peau", premier film tunisien sélectionné aux Oscars, suit un Syrien arrivant en Europe au prix d'un pacte faustien faisant de lui une oeuvre d'art vivante. Pour son troisième long-métrage, la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania s'est aventurée hors de son pays natal, plongeant avec bonheur dans deux univers contrastés: celui des réfugiés et celui de l'art contemporain.
Sam Ali, un jeune Syrien amoureux, se retrouve réfugié au Liban sans pouvoir rejoindre la femme de sa vie en Europe, faute de papiers. Alors qu'il joue les pique-assiettes dans des galeries d'art, il se voit proposer le visa tant espéré par un artiste qui souhaite en échange le lui tatouer sur le dos et l'exposer.
L'histoire est en partie inspirée de celle de Tim Steiner, un jeune Belge qui a vendu à l'artiste Wim Delvoye le droit de tatouer, d'exposer ponctuellement puis de récupérer la peau de son dos après sa mort. Tourné en France, en Belgique et en Tunisie, le film est avant tout une plongée dans le monde de l'art contemporain en Europe. La réalisatrice en reprend les codes dans ses images aux couleurs et lumières léchées, à la photographie travaillée, tout en soulignant sa cruelle absurdité et celle de tout un système qui laisse voyager les objets plus facilement que les hommes. Ni vraiment drame, ni vraiment comédie, le film alterne entre un ton grinçant et tendre, jamais désespéré, mais jamais complètement optimiste.
L'actrice italienne Monica Bellucci, en "fausse blonde" qui veut "cacher ses origines" moyen-orientales, souffle le chaud et le froid. L'acteur syrien Yahya Mahayni, en doux rêveur épris de liberté qui se heurte à un pilier du système comme l'a fait toute une jeunesse en Syrie depuis 2011, oscille du bonheur à la colère. "Je n'en pouvais plus du discours victimaire sur les réfugiés", explique Kaouther Ben Hania. "Mon intention dès le départ, c'est d'en faire un héros contemporain, qui sort par le haut et tourne l'aventure à son avantage". "En dépossession totale de son corps" pendant le film, "il finit par en retrouver la possession", poursuit-elle. Les personnages "me ressemblent, poussés à l'extrême". Comme le réfugié syrien, "j'ai été confrontée à des problèmes de papiers pour partir en France: en tant que Tunisiens, on est tous confrontés à ces visas". Comme l'artiste du film, "je réfléchis mon oeuvre à l'extrême". Ses trois premières créations, dont "La belle et la meute" sur l'épopée d'une jeune fille cherchant justice après un viol, ou "Zeineb n'aime pas la neige", un documentaire sur l'exil d'une adolescente tunisienne, ont tous été primés. Mais cette nomination aux Oscars, la première pour un film tunisien, "c'est énorme", reconnaît Mme Ben Hania, qui regrette néanmoins le peu de soutien institutionnel au cinéma en Tunisie.
"L'homme qui a vendu sa peau", a été co-produit par 25 partenaires internationaux —France, Tunisie, Belgique, mais aussi Suède, Allemagne ou Qatar. Réunir le budget de 2,5 millions d'euros a été "un sacerdoce", explique Nadim Cheikhrouha, l'un des coproducteurs, soulignant que le projet avait failli sombrer en mars 2020 faute de fonds. Si cette large coproduction a amené son lot de complications, "certaines contraintes ont finalement servi le film", souligne-t-il. Elles ont permis de recruter un chef opérateur allemand — "une rencontre incroyable"— et d'avoir accès au Musée royal de Bruxelles "qui avait justement une rétrospective Wim Delvoye". Mais "L'homme qui a vendu sa peau" dispose de moins de moyens pour faire sa promotion que ses concurrents aux Oscars dont certains sont adossés au distributeur américain HBO, regrettent les producteurs qui restent néanmoins optimistes. Mme Ben Hania espère que cette nomination permettra de pouvoir faire ses prochains films "un peu plus facilement". Elle compte concrétiser bientôt un film "à la lisière des genres" entre le documentaire et la fiction, sur lequel elle travaille depuis 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.