Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouverture aujourd'hui du Colloque sur l'organisation : L'USFP remet ses pendules à l'heure du renouveau
Publié dans Libération le 03 - 07 - 2010

C'est désormais parti pour un patient processus de remise à plat des structures du premier parti socialiste, l'USFP. Aujourd'hui, tous les membres du parti, dirigeants, cadres et militants confondus, répondent présents à l'appel de ce renouveau socialiste tant attendu, à l'ordre du jour du Colloque national sur l'organisation qui s'est ouvert ce vendredi et se poursuivra samedi au siège du parti au quartier Ryad, à Rabat. En explication à cette initiative, - la première en son genre sur la scène partisane nationale -, l'USFP a souligné : " Ce colloque, qui se tient conformément aux recommandations de son 8ème congrès, est né de la conviction de ses militantes et militants que la question organisationnelle est devenue aujourd'hui l'une des exigences centrales pour la refondation, la dynamisation et la modernisation de l'appareil du parti, de manière à répondre à la volonté du pays de franchir un nouveau pas sur le chemin de la démocratie et du progrès et au besoin du parti de surmonter les différents aspects des dysfonctionnements ayant entravé sa bonne prestation sur les divers fronts du développement ". A cela, il y a des raisons aussi bien internes qu'externes. L'USFP met le doigt sur l'une des pires causes ayant entraîné la banalisation de l'action politique, soit l'éclatement du paysage partisan sous couvert de pluralisme, ce qui a engendré l'amalgame et provoqué la déroute du commun des citoyens. A ce sujet, l'USFP pointe certains milieux bien introduits au sein de l'appareil de l'Etat pour leur responsabilité dans l'érosion de la confiance des citoyens dans la politique en général et dans les partis en particulier.
S'agissant maintenant de l'autocritique, l'USFP ne fait pas non plus dans la dentelle. Et c'est tant mieux. Car, qui des autres partis a jusqu'ici osé ce difficile exercice de l'autocritique, entrepris d'identifier, reconnaître et tenter de traiter ses maux à la racine ? Un diagnostic rigoureux de la situation du parti à la lumière des développements politiques connus par le pays, depuis l'avènement du gouvernement d'alternance jusqu'à aujourd'hui, est au cœur de la plateforme de débat préparée et déjà rendue publique par le parti. C'est cette plateforme qui sera soumise aujourd'hui à l'appréciation des militantes et militants du parti, munie également des grandes orientations tracées par le même parti en vue de reconquérir le titre qui a souvent été le sien, soit celui de parti leader et de fer de lance du projet de société démocratique, progressiste et moderniste.
S'agissant du volet diagnostic, cette plateforme soulève courageusement plusieurs interrogations. Pourquoi l'USFP en est-il arrivé là où il est aujourd'hui ? Et pourquoi cette débâcle qui a affecté le processus démocratique national ? Pour quelle raison l'échéance du 7 septembre 2007 n'a-t-elle pas propulsé le champ politique de manière à passer du stade du consensus à celui du verdict des urnes ? Quel impact la situation politique générale a-t-elle eu sur le déroulement des législatives du 7 septembre et sur les résultats de ces élections ? La gestion de ces résultats constitue-t-elle un indicateur sur le recul du processus démocratique ? Ces résultats ont-ils négativement impacté la vie partisane et politique en général ? En quoi les raisons subjectives de l'USFP ont-elles influé sur l'issue du processus démocratique ? Comment l'USFP a-t-il géré l'échéance du 7 septembre et ses résultats ? Quelle est la responsabilité du Bureau politique de l'USFP dans tout cela? Et quelle réponse peut apporter l'USFP aujourd'hui pour se refonder et, partant, reconquérir son rôle clef et son leadership sur la scène politique et sociale du pays ?
Ce sont là autant de questions, serait-on tenté de dire salutaires, pour que l'USFP retrouve sa réelle position de premier parti national capable de jouer les premiers rôles autant sur le plan politique, social, qu'économique, dans ce nouveau Maroc qui creuse son sillon, avance à pas sûrs pour décrocher sa place au sein des pays développés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.