Messaoud Bouhcine, président du Syndicat marocain des professionnels des arts dramatiques    Décès de l' ancien président de la Fédération Royale marocaine de rugby, Said Bouhajeb    Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement contre la Covid-19    Un derby régional pour la journée inaugurale de la Botola    Jo de Tokyo : Les athlètes seront soumis à des règles très strictes    Botola Pro D1 "Inwi" / MAS-AS FAR (2-1) : Les Massaouis surprennent les Militaires !    Cannabis. Un indice que le Maroc pourrait légaliser    Chambre des conseillers: le PLF 2021 adopté à la majorité    Football: Le Japon hôte de la Coupe du monde des clubs 2021    Vague de froid: forte mobilisation à Taounate    The Banker magazine : Attijariwafa bank, "meilleure banque au Maroc en 2020"    « Vaccination obligatoire au Maroc ». LCI l'a décidé    Pose de la première pierre du nouveau consulat général US à Casablanca    Stef Blok : Les actions du Maroc sont une réaction au blocage d'El Guerguarat par le Polisario    Vente de médicaments en ligne, fin de l'anarchie    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décret relatifs à la promulgation de mesures exceptionnelles au profit de certains employeurs adhérents à la CNSS    L'action humanitaire du Maroc reconnue à travers son élection au Conseil d'administration du PAM    Evolution du coronavirus au Maroc : 3996 nouveaux cas, 372.620 au total, vendredi 4 décembre à 18 heures    Dr Moncef Slaoui : « Nous aurons assez de doses pour vacciner la totalité du monde d'ici la première moitié de 2022 » [Vidéo]    Mariage de raison    "Au Nom des miens " , une exposition de Hassan Bourkia    Parution du recueil poétique "Marrakech : Lieux de passage " d'Ahmed Islah    Covid-19 : le Maroc, désormais, parmi les pays à taux de contamination modéré    L'ONEE désigné une nouvelle fois centre collaborateur de l'OMS    Fès: décès du premier proviseur marocain du lycée Moulay Driss    Unesco. Le Maroc soutient Audrey Azoulay pour un second mandat    Porté disparu à Midelt, un technicien de 2M retrouvé sain et sauf    Institut Cervantes : Le cycle du cinéma "Courts-métrages au féminin" en ligne du 7 au 30 décembre    Automobile: les ventes du neuf en baisse    Covid-19 : ce que l'on sait sur le vaccin qui sera administré au Maroc    CGEM-DGI : vers une réduction des litiges entre l'Administration et les entreprises    L'Intérieur dénonce les déclarations irresponsables visant des institutions sécuritaires nationales    Une enveloppe de 400 millions de dollars pour une riposte sociale à la Covid    Le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance du secteur à Dakhla Oued Eddahab    Tout ce qu'il faut savoir sur la nouvelle cellule terroriste démantelée par le BCIJ à Tétouan (vidéos)    Décès de Aziz Abdelaziz Aïouch, 1er proviseur marocain du lycée Moulay Driss de Fès    Sahara marocain : ARTE dévoile au grand jour les fake news du « polisario »    Le film marocain «Much Loved» bientôt sur Netflix !    Personnes en situation de handicap : l'accès à l'éducation et l'intégration professionnelle au centre de deux conventions interministérielles    La rappeuse marocaine « Khtek » parmi les 100 femmes influentes dans le monde    Une nouvelle cellule terroriste démantelée à Tétouan    Coup de filet du BCIJ: démantèlement d'une cellule terroriste à Tétouan    La directrice de la comm' de la Maison Blanche jette l'éponge    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première sortie télévisuelle du secrétaire général de la Jeunesse USFP
Ali Elyazghi déclare la guerre au séparatisme, à l'intégrisme et au nihilisme
Publié dans Libération le 13 - 07 - 2010

Ali Elyazghi vient d'effectuer sa première sortie à la télévision, depuis qu'il a pris les commandes de la Jeunesse de l'USFP. Lundi soir, il était l'invité de « Tyiarat », l'une des émissions de débat les plus en vue de la deuxième chaîne nationale. A l'évidence, l'exercice est périlleux. Parce que la télé peut généralement être fatale à une personnalité publique, d'autant plus que l'invité portait sur les épaules ce soir-là le défi d'affronter pour la première fois la caméra et la responsabilité de représenter dignement l'une des structures vitales de l'USFP, en l'occurrence la Chabiba ittihadia. De mémoire de grand habitué des émissions-débat, rarement échange aura été aussi direct, franc et de surcroît osé. Que faut-il alors retenir du premier passage cathodique d'Ali Elyazghi ? On peut bien avoir 30 (bien trente) ans et faire preuve de sagesse. Ali Elyazghi a tordu le cou à l'idée selon laquelle la jeunesse n'est qu'une question de fougue, d'emportement et d'utopisme. Pur produit de la grande école ittihadie, élevé dans l'amour des valeurs de progrès, modernité et de démocratie, le fils de l'ex-Premier secrétaire général de l'USFP a su apporter les bonnes réponses aux questionnements qui préoccupent aujourd'hui non seulement la jeunesse socialiste mais tous les jeunes marocains. Au-delà de l'héritage socialiste dont l'USFP est dépositaire, et dont Ali Elyazghi est au fait, le SG de la Chabiba a également et surtout démontré qu'il a une vision. Interrogé sur les grands axes de son plan de bataille, le jeune Ali pointe trois ennemis à combattre : le séparatisme, l'intégrisme et le nihilisme. L'invité ne croyait, peut-être, pas avoir touché et fait toucher du doigt trois dangers fondamentaux qui guettent le Maroc d'aujourd'hui. Sur le premier front, l'actuel SG de la Chabiba ittihadia a déjà montré que le combat contre les sirènes du séparatisme ne devrait pas se cantonner à sa simple expression phonétique. L'enjeu est beaucoup plus lié à une lutte réelle sur le terrain qu'à de simples déclarations d'intention. C'est du moins la leçon que l'on a tirée de la brillante participation, en février dernier à Stockholm, en Suède, d'une importante délégation de la Chabiba au Congrès de l'Union internationale des jeunesses socialistes. A ce moment, la délégation conduite par Ali Elyazghi avait amené son homologue du Polisario à s'asseoir autour d'une même table et discuter du bien-fondé de la solution d'autonomie. « Cette initiative a renversé une tendance quasi-généralement acquise à la thèse du front indépendantiste », a fait valoir Ali Elyazghi, ajoutant que ce tête-à-tête avec la délégation du Polisario a permis de lui montrer que le Maroc d'aujourd'hui n'est plus celui des années soixante-dix, qu'il existe aujourd'hui dans le Royaume un climat réel de liberté, de démocratie et de progrès.
Autre preuve citée par Ali Elyazghi de ce formidable engagement de la Chabiba sur la défense de l'intégrité territoriale du Royaume, la première cause nationale, le séminaire qu'elle a organisé, pas plus tard que le week-end dernier à Tan-Tan, et dont l'enjeu principal était de montrer à la jeunesse marocaine originaire des provinces sahariennes que les fondateurs du Polisario, Al Ouali Sayed entre autres, n'avaient au départ jamais contesté la souveraineté du Maroc sur son Sahara et que, au contraire, ils combattaient pour le retour du Sahara dans le giron du Royaume.
Sur la question de l'intégrisme, Ali Elyazghi a là encore fait preuve d'une perspicacité remarquable. Interrogé sur une éventuelle alliance des socialistes avec les islamistes, il a stoppé net son interlocuteur en écartant cette éventualité. « Nous sommes face à des valeurs importées, elles sont contraires à la culture d'ouverture qui est la nôtre », a-t-il tranché, en précisant que les positions des uns et des autres sont et resteront inconciliables.
S'agissant, maintenant, de la question du nihilisme, Ali Elyazghi ne cache pas sa crainte mais affirme être disposé, avec ses camarades à la Chabiba, à porter et véhiculer un message d'espoir auprès de la jeunesse marocaine, en lui montrant que le changement est possible et que ce changement dépend également de leur implication et de leur disposition à participer à la vie politique de leur pays.
Quant au 8ème Congrès de la Jeunesse USFP, dont la date est annoncée pour fin 2010, Ali Elyazghi s'est voulu rassurant. « Les préparatifs vont bon train », a-t-il conclu, sur un ton rassuré et rassurant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.