Souhail: la décision opportune pour faire tourner la machine    Crise sanitaire : Vivo Energy Maroc offre une dotation en carburant aux véhicules médicalisés    91 nouveaux cas, 1275 cas cumulés ce mercredi à 18H, et 97 guérisons    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    La controverse fait rage entre les écoles privées et les parents d'élèves    L'Espagne retrouve l'espoir dans la gestion de la pandémie    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    BVC: les sociétés du Masi devraient verser près de 19,3 MMDH de dividendes    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Avis Locafinance : une flotte de véhicules à disposition du personnel soignant    Recherche Covid-19 : Les pays les plus actifs selon le Coronavirus Research Index    Coronavirus : 83% des entreprises en arrêt total de travail selon une étude    Coronavirus : Autoroutes du Maroc applique les dernières recommandations    Coronavirus : le GPPEM propose son expertise aux SDL    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Grâce à la campagne : 24 élèves du douar Islane bénéficient de tablettes numériques    La récession de l'économie mondiale anticipée par Coface    Ahmed Ghazali : «Nous anticipons un réel effondrement des indicateurs d'activité»    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    En collaboration avec GE Healthcare : Ford produira 50.000 ventilateurs respiratoires dans son usine du Michigan    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rapport US sur les droits de l'Homme au Maroc
Inquiétudes sur la traite des personnes et satisfecit pour le Sahara
Publié dans Libération le 27 - 02 - 2009


“Plutôt que de donner une note au Maroc et sa gestion de la question des droits de l'Homme, je dirais que l'on voit les progrès accomplis en la matière par le Royaume». Au-delà de la prudence toute diplomatique, Robert P. Jackson, le chargé d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis au Maroc, n'hésite pas, ce jeudi 26 février, soit 24 heures après la publication par le Département d'Etat américain d'un rapport sur la situation des droits de l'Homme au Maroc, en 2008, à reconnaître les progrès «en continu». Le Maroc, explique ce diplomate qui est un ancien directeur du bureau de promotion des droits de l'Homme et de la démocratie au Département d'Etat, est «sur la voie de la réforme et du respect des droits de l'Homme». Mais le Maroc peut mieux faire. Et les Américains –qui auscultent la situation des droits humains en terre marocaine, loin de la petite lorgnette américaine mais sur la base des critères de la déclaration universelle des droits de l'Homme- ont encore bien des motifs de préoccupation. Robert Jackson, qui recevait la presse ce jeudi matin, en son domicile, pour en débattre, résume les problèmes pointés par le département d'Etat en trois points, véritable talon d'Achille de Rabat. D'abord les abus commis par les forces de sécurité et leur impunité qui retiennent toute l'attention des Américains. Vient ensuite la liberté d'expression et tout particulièrement le cas des blogueurs qui ont défrayé la chronique et ému l'opinion publique à cause d'une justice sourde et aveugle. Condamnés, ils finiront par être relâchés après une mobilisation tant nationale qu'internationale. Commentaire inspiré de M. Jackson : « Nous émettons le vœu de voir un nouveau code de la presse qui ne contiendrait pas de peine privative de liberté », Enfin, la traite des personnes qui se confond aussi ici avec l'esclavage moderne est pointée par le Département d'Etat. Ici, c'est le travail des enfants –les petites bonnes, les enfants qui travaillent dans les usines mais aussi le tourisme sexuel dont sont victimes les enfants …- qui est vigoureusement dénoncé. Le Maroc est également épinglé sur le volet de la traite des personnes. « Le pays est une source de victimes, hommes, femmes et enfants, faisant l'objet d'une traite vers l'Europe et le Moyen-Orient à des fins de travail forcé et d'exploitation sexuelle (…) Les femmes font l'objet d'une traite en Arabie Saoudite, en Syrie et aux Emirats Arabes Unis et sont forcées de travailler comme prostituées alors qu'on leur avait promis un travail de domestique », peut-on lire dans le rapport du département d'Etat. Pas de disparition politique mais des conditions d'incarcération déplorables Si le dernier rapport du département d'Etat est catégorique sur l'inexistence de cas de disparition forcée au Maroc, il s'inquiète en revanche des conditions de détention dans les prisons. «Les conditions de détention restent extrêmement mauvaises et ne répondent pas en général aux normes internationales (…) Actuellement, 60.000 détenus ont moins d'un mètre carré et demi par personne », relève le rapport du département que dirige Hilary Clinton. Au Sahara, le Maroc -et contrairement au dernier rapport de Human Right Watch- s'en sort plutôt bien et reçoit même un satisfecit américain. « Concernant le Sahara, il faut noter qu'il y a une grande augmentation du respect des droits de l'Homme. En fait la situation des droits humains y est la meilleure jamais constatée jusque-là même s'il persiste des problèmes d'expression et d'association au Maroc. On peut dire que la situation y est plus ou moins conforme avec celle du Maroc », a expliqué le chargé d'affaires de l'ambassade des Etats-Unis à Rabat. Le dernier rapport du département d'Etat sur la situation des droits de l'Homme n'est pas destiné à occuper une étagère de bibliothèque. « Nous avons travaillé aussi bien avec la société civile que le gouvernement. Nous avons eu un bon dialogue avec le gouvernement qui a contribué à clarifier certains faits, vérifier des informations et en éliminer d'autres. Il y a bien sûr des questions plus sensibles que d'autres ». Les Américains ont informé les autorités marocaines de la situation des droits de l'Homme, avant que ne soit rendu public le rapport annuel du département d'Etat. « Nous avons exhorté le gouvernement à entreprendre des actions notamment dans la lutte contre l'impunité et celle de la traite des personnes et le renforcement de la liberté d'expression et d'association », précise Robert Jackson. Les dernières arrestations spectaculaires en lien avec des affaires de corruption laissent à supposer que la voix américaine a été entendue.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.