Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire des sept détenus : Le Médiateur exige l'ouverture d'une enquête sur de présumées tortures
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2010

«Il n'est pas question de tolérer un retour à la torture dans le Maroc d'aujourd'hui ». C'est ce qu'a affirmé à « Libé » une source de l'association « Le Médiateur pour la démocratie et les droits de l'Homme », en réaction à des allégations selon lesquelles sept membres de l'ONG islamiste d'Al Adl Wal Ihssane auraient subi des actes de torture, un mois après l'éclatement de violents incidents ayant opposé, à Fès, des activistes de l'ONG islamiste interdite avec les forces de l'ordre. En précisant être opposée à la méthode d'Al Adl Wal Ihssane, prônant la confrontation avec l'Etat, ainsi qu'avec son idéologie intégriste, « le Médiateur » affirme rejeter toute forme de torture sous le nouveau règne, faisant valoir les grandes avancées enregistrées par le Royaume sur le registre des libertés et des droits de l'Homme. Se basant sur des témoignages, recueillis auprès des familles des sept détenus, « Le Médiateur » appelle le ministère de l'Intérieur à ouvrir, immédiatement, une enquête pour élucider les circonstances dans lesquelles auront été arrêtés les sept « adlistes » et déterminer les responsables de présumés actes de torture sur ces derniers. Selon un récent communiqué, dont « Libé » a reçu copie, « le Médiateur » affirme avoir recueilli des aveux selon lesquels les domiciles des familles des détenus auraient été perquisitionnés le 28 juin 2010 par des personnes qui auraient refusé de décliner leur identité mais qui seraient des membres de la Sûreté nationale, ayant pénétré par effraction dans leurs domiciles et saisi des biens personnels dont des ordinateurs, des CD Rom, ainsi que des téléphones portables, après avoir procédé à l'arrestation des sept « adlistes ». Il s'agit d'Abdellah Bella, Hicham Houari, Hicham Sabah, Azeddine Slimani, Abou Ali Lamnaouar et Tarek Mohla, révèle « le Médiateur ».
S'agissant de la perquisition de leurs domiciles, les familles affirment avoir été violentées après avoir demandé aux « assaillants » de décliner leur identité et de montrer s'ils avaient reçu l'ordre de la part du parquet de procéder à l'arrestation de leurs enfants. Sur ce point, les familles font état de « menaces », d'« intimidations » et de « violences » à l'encontre de leurs membres.
En ce qui concerne les tortures présumées sur leurs enfants détenus, les mêmes familles déplorent des « traitements inhumains » et « dignes d'une époque que l'on croyait révolue », en l'occurrence celle des années de plomb. Suite à leur visite à leurs enfants, à la prison d'Aïn Qadouss, à Fès, les familles se seraient arrêtées elles-mêmes sur des séquelles de torture. Les détenus auraient affirmé avoir subi différentes formes de sévices physiques et psychiques. Sur le plan physique, on évoque des « tortures par suffocation », des « sévices sexuels », l'« électrocution », et ainsi de suite.
Les sévices psychiques ne seraient pas en reste. D'après les témoignages des familles des détenus, ces derniers auraient été menacés de « viols sur leurs femmes ».
D'où la nécessité, voire l'exigence, insiste « le Médiateur », d'une enquête pour confirmer ou infirmer les faits reprochés.
Evoquant l'état de santé des détenus, « le Médiateur » relève des cas critiques. Parmi ces derniers, figurent celui d'Abdellah Slimani qui se serait opéré quatre fois du cœur et celui d'Abdellah Bella qui souffrirait de la maladie du diabète. « Le Médiateur », se basant toujours sur les témoignages des familles, déplore le refus des autorités de mettre à la disposition des détenus les médicaments nécessaires et les interpelle à permettre leur hospitalisation vu l'aggravation de leur état de santé.
Au-delà des détenus, « le Médiateur » exige la vérité sur des allégations selon lesquelles les familles des détenus auraient été victimes de violences lors de la perquisition de leurs domiciles.
Pour rappel, l'affaire des sept détenus d'Al Adl Wal Ihssane a été portée devant le Parlement au milieu de la semaine écoulée. Une enquête a été demandée par l'USFP pour faire la lumière sur cette affaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.