Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand l'émission “Hiwar” se trompe de profil et d'adresse
Hafid Boutaleb Joutei, invité de la première chaîne
Publié dans Libération le 28 - 07 - 2010


L'idée de départ est excellente. L'Université marocaine comme objet de débat sur le plateau de l'émission « Hiwar » ? On ne remerciera jamais assez la première chaîne nationale d'avoir pensé à ce haut lieu de savoir et de nous avoir changé de ces ennuyeux et néanmoins inénarrables débats politiciens auxquels on a eu jusqu'ici droit. Dire que l'on ne pouvait rater le rendez-vous sous aucun prétexte, d'autant moins que l'invité est un gros calibre rodé et érodé pour tant d'années de militantisme en faveur de l'Université marocaine. Président de l'Université Mohammed V Rabat-Agdal, ancien président du Syndicat national de l'enseignement supérieur SNE-Sup, l'un des artisans les plus en vue du projet de réforme de l'Université marocaine, sans oublier sa précieuse contribution à l'élaboration du célèbre Rapport sur le cinquantenaire du Royaume post-Indépendance. L'animateur de « Hiwar » tenait là une occasion en or pour niveler le débat de son émission vers le haut, agiter des idées, intéresser et restituer cet espoir que le débat, le vrai, est encore possible par les temps qui courent. Or, il ne s'est rien passé. Rien, peut-être non. Mais pas là où vous pensez. En effet, dans cette fameuse boîte à idées. Ce qui est sûr, c'est que Mustapha Alaoui, puisque c'est de lui qu'il s'agit, semblait se tromper d'époque et, plus grave encore, de profil. Il est vrai que Hafed Boutaleb Joutei est un homme de gauche convaincu, plus précisément socialiste, mais cela devrait-il pousser l'animateur à en faire une fixation et, plus encore, y trouver le prétexte d'accuser le parti auquel appartient l'invité, l'USFP, de tous les maux inimaginables qui devraient affecter l'Université marocaine ? Il paraît que Mustapha Alaoui ou bien aime trop les partis politiques, ou les déteste trop. Alors trop, mais trop, c'est trop. Inviter un président d'université, cela devait supposer que le débat tourne logiquement autour de cette université. Or, il semble que l'université n'était qu'un prétexte à Mustapha Alaoui pour renouer avec son sujet dada : les partis politiques. Sinon, comment expliquer que la première question à avoir été posée à l'universitaire Boutaleb porte sur le dernier congrès du MUR (Mouvement unicité et réforme) et le lien, supposé ou réel, de ce mouvement islamiste radical avec le Parti justice et développement (PJD) ? D'entrée, le débat part, quand ce n'est pas dans tous les sens, du moins sur une fausse piste. Car, comment expliquer que M. Boutaleb invité en tant que président d'université et supposé nous édifier donc sur les problèmes, ou les coups d'éclat de l'université, soit interpellé sur le rapport entre le MUR et le PJD ? Comment comprendre encore que la simple appartenance de M. Boutaleb à un parti politique national soit instrumentalisée et serve de prétexte pour accabler et M. Boutaleb et l'USFP de cette responsabilité (fictive) de la crise, réelle ou imaginaire, de l'Université marocaine ? Jusqu'où alors pourrait-on encore pousser le ridicule ? « C'est l'arbitraire », s'empresse de lancer M. Boutaleb, en appelant à recentrer le débat sur le sujet pour lequel il a fait le déplacement ce soir, soit l'Université marocaine, le bilan et la réforme de l'enseignement, la recherche scientifique, le budget de l'enseignement … Tout cela, il n'a pas été entendu de la même oreille par un Mustapha Alaoui plus intéressé par la provocation que par le souci de la confrontation d'idées, de connaissances et de propositions susceptibles d'aider l'Université marocaine, et plus globalement la question de l'enseignement au Maroc, à se surpasser, à avancer, et contribuer à apporter sa pierre, grande ou petite, à l'édifice d'une société de savoir, épanouie et éclairée. De tout cela, l'animateur n'en a eu cure. Ce dernier a dangereusement dévié de sa mission de journaliste qui, rappelons-le, n'est pas et ne peut en aucun se substituer au rôle du justicier, distribuant à tout vent des jugements sans appels. « Des certificats de bonne conduite », comme le lui a si bien rappelé Hafed Boutaleb Joutei. « Nous devons faire preuve de modestie », a martelé ce dernier. « De quel droit et du haut de quelle irresponsabilité pourrais-je statuer sur la légitimité ou l'illégalité de telle ou telle ONG, fût-elle islamiste ? », s'est-il demandé. Quand à cela, il faudrait ajouter que le débat, le vrai, a fait place à « l'interrogatoire », on imagine facilement comment et pourquoi son émission s'est transformée en véritable « tribunal ». Pour la réforme universitaire, l'avenir de la recherche scientifique et du savoir, repassez probablement pour la prochaine rentrée. Bonne rentrée, quand même.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.