Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    El Otmani appelle à privilégier la dimension territoriale    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Le Maroc de tous mes espoirs!    La Fondation MAScIR prévoit la fabrication de 10.000 kits de diagnostic de la Covid-19 avant fin juin    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    GAM: « Comment les entreprises marocaines envisagent-elles leur stratégie de marques et communication ? »    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Coronavirus : plus de 8 milliards de dollars de pertes pour les compagnies aériennes africaines    Abderrahmane El Youssoufi: Hommages et condoléances    Crime social    Fès: El Hammouchi veille sur le déroulement des opérations de contrôle    Justice: Le plan de transformation numérique pour bientôt    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Crédit Agricole du Maroc améliore son PNB au premier trimestre    André Azoulay : Essaouira prête pour le jour d'après    Les capacités de stockage de la SAMIR mises à la disposition des importateurs de produits raffinés    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Propagation en baisse et guérisons en hausse    Les personnes vivant dans la précarité se comptent par millions    Mohamed Benabdelkader : Le plan de transformation digitale de la justice sera dévoilé dans les prochains jours    Benzema a très envie de revenir à la compétition    Appel à la réalisation de la justice sociale et territoriale    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    La FNM lance un appel à concurrence pour l'acquisition d'œuvres d'artistes marocains    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Lions de l'Atlas: Feddal sur les traces de Naybet?    Tourisme : les opérateurs se mobilisent pour la relance du secteur    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A la Galerie Casa Del Arte : Jbile expose les “dimensions cachées” de son oeuvre
Publié dans Libération le 03 - 03 - 2009

La Galerie Casa Del Arte abrite du 13 au 25 mars courant l'exposition rétrospective de l'artiste peintre autodidacte El Yazid Jbile qui nous fait rêver, tout en mettant en œuvre l'imagination et l'insolite.
El Yazid Jbile (vit et travaille à Casablanca) figure parmi les artistes peintres qui enregistrent leurs impressions et illustrent avec brio et souplesse les repères de notre héritage populaire, ce qui marque leurs expériences naïves, mais combien riches en découvertes et en ouvertures sur l'Autre.
Jbile transfigure à sa guise les choses ordinaires et symboliques en les reprenant sur des supports picturaux, tout en donnant libre cours aux fantaisies et aux révélations de la créativité.
Ainsi, l'image peinte par cet artiste en herbe embrasse son contexte local, en ouvrant d'autres horizons à la connaissance humaine dans ses valeurs nobles et innocentes.
Avec ses couleurs ternes, l'artiste rend hommage au temps et à l'espace, tout en représentant les objets du quotidien dans leur enchevêtrement avec d'autres figures dans une composition horizontale et verticale (serpents, têtes d'oiseaux). L'hybridation du motif illustre parfaitement l'impact de son expression instinctive par son intensité intérieure sans se référer à la composition figurative et à la couleur allusive : « La vie est ma première école de formation artistique. J'ai côtoyé beaucoup d'artistes qui m'ont encouragé avec passion et générosité. Dans mes tableaux, j'essaie d'être simple et clair, en laissant à bride mes intuitions et mes émotions.
La mémoire collective déclenche en moi un besoin d'expression qui ne s'est manifesté que bien tard même si certains prémices pouvaient relever de mon enfance. J'aime tout ce qui est brut et naturel et je suis toujours à cheval sur mes principes et valeurs. Je peins la plate-forme de l'expression initiale d'objets voire l'environnement populaire profondément lié à ma personnalité et à mes états d'âme», affirme l'artiste.
L'objet-forme puisé dans son environnement esthétique est meublé généralement d'une manière spontanée ; il est déclenché par un va-et-vient interactif entre le présent et le passé. Ainsi, Jbile donne la liberté à l'inconscient de s'exprimer d'une façon brute et intuitive à partir de l'aspect général de la forme dans son sens le plus large.
C'est toute une démarche onirique relevant de l'imagination fertile de l'artiste et son pacte autobiographique dont les fragments identitaires sont bien ancrés dans la mémoire.
Artiste peintre autodidacte et encadreur incontesté, Jbile (né en 1954 à Casablanca) est connu par sa peinture expressionniste en plein relief à la manière naïve inspirée de la mémoire populaire du Maroc.
L'artiste exprime dans son langage purement plastique les registres profonds de notre mémoire visuelle, les vertus de notre culture décorative (marabouts, poissons, serpents, escargots, motifs ornementaux, mouettes, amphores, femmes du désert, message de la paix, fusion, coexistence …) et de notre vision de l'espace habité.
C'est un peintre qui a pu retrouver sa raison d'être d'homme et d'artiste à travers son imagination et ses rêveries loin de toute prétention, ce qui correspond à un certain niveau de maturité plastique qui fait appel aux voies de l'art brut.
Sur le monde hétéroclite, Abderrahman Benhameza, poète et critique d'art a écrit : « Jbile focalise sur une sorte de «patrimonialisation » que ses souvenirs conçoivent à leur manière ; « ses » lieux saints par exemple cherchent à évoquer une spiritualité encore toute balbutiante, de même les éléments floraux et aquatiques orientent son travail vers des possibilités de formulation qui donnent dans le fantastique.
Jbile investit la surface avec fougue ; il s'aménage un espace harmonieux à l'aide de touches ciblées et s'attache à être suffisamment démonstratif dans ses mouvements. Art de la forme en quête d'une énonciation qui distinguerait l'artiste, art de la surface comme enjeu d'une entreprise plastique encore à l'épreuve de la création, le travail de Jbile n'en reste pas moins annonciateur d'exploits prometteurs».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.