Conseil de gouvernement: adoption d'un projet de loi portant création de l'Agence nationale des eaux et forêts    CMC: La campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    Liga: L'Atlético fonce vers le titre, En-Nesyri enfonce Valence    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Nasser Bourita aborde les relations maroco-ivoirienne avec son homologue, Kandia Camara Kamissoko    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Betty Batoul, une romancière qui veut redonner espoir aux femmes maltraitées
Publié dans Libération le 14 - 10 - 2010

Rendre l'espoir aux femmes maltraitées, voila le mot d'ordre du roman " Un coquelicot en hiver? Pourquoi pas" de l'écrivain belgo-marocaine Betty Batoul, qui l'a présenté récemment à la Villa des arts de Rabat.
"Cet enfant qui est arrivé à l'âge adulte brisé en mille morceaux a pu se reconstituer et recouvrer son bonheur et son enthousiasme d'enfance", confie la romancière belgo-marocaine Betty Batoul à l'assistance avec des yeux étincelants de joie et de dynamisme.
Le roman de Betty, ou Batoul de son prénom marocain, est un récit poignant qui s'attarde sur les premiers pas difficiles d'une petite fille violée dans son intimité et raconte le parcours d'une jeune femme rongée par le désir de vivre, de réaliser des défis même des plus irréalisables, une jeune femme qui parle, sans tabou, de la maltraitance des enfants, de la violence conjugale, fléaux sociaux qui touchent encore beaucoup d'enfants, beaucoup de femmes et les condamnent à souffrir, la plupart du temps en silence.
"Pas facile d'être une petite fille". Dans ce chapitre, l'un des premiers de ce roman autobiographique, la petite fille qu'elle était va se rappeler les attouchements impudiques qu'elle a dû subir impuissante, la maltraitance dont elle a fait l'objet, et les railleries sans pitié dont la harassaient ses camarades de classe à cause de son origine ou de son handicap.
"Que faire quand l'ogre veut dévorer le petit oiseau qui apprend tout juste à voler?". Une interrogation par laquelle la romancière revient sur une scène où elle a fait sa première rencontre avec la violence.
Adolescente, c'est le démon du suicide qui va la hanter. Se sentant rejetée par tous, elle va noyer sa solitude dans l'alcool avant de connaître l'enfer de la violence conjugale, elle qui pensait enfin fonder une famille et mener une vie tranquille.
Et lorsqu'elle devient maman, c'est un nouveau choc qui l'attend. Pourtant, elle s'accroche à son rêve. Le rêve innocent, le rêve légitime de fonder une famille, qui lui a semblé à un moment impossible à réaliser. Cependant, une nuit d'avril, un virage incroyable va changer le cours de sa vie.
"Ce roman est avant tout un témoignage, pour dire à toutes les femmes, qui souffrent actuellement de ce que j'ai déjà vécu, qu'elles peuvent retrouver le bonheur et qu'il existe vraiment", a assuré Betty Batoul lors d'une rencontre avec la presse.
"Un coquelicot en hiver? Pourquoi pas..." est le premier d'une longue série, dont le concept sera de rendre espoir aux gens afin de réaliser les défis les plus excentriques, un peu comme un coquelicot qui pousserait en hiver.
Récemment primé en Belgique par le prix Condorcet-Aron, le roman relate dans sa deuxième moitié l'histoire singulière d'une vie qui basculera des profondeurs de l'obscurité vers les sommets de la béatitude. Un exemple concret d'espoir, de pardon et d'attachement à la vie.
La fin de l'ouvrage, essentiellement marquée par des moments de quiétude et d'enchantement, est toutefois ponctuée par des moments de combat et de lutte. On y retrouve des titres tels que "Quand les rêves prennent vie", "une victoire en appelle à une autre", "Le bonheur est fait de choses simples" ou encore "Un nouveau combat" ou "Apprivoiser la mort".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.