Vojtech Filip : Le blocage de la libre circulation menace la paix et la sécurité    Le Président congolais exprime sa solidarité avec le Royaume    Le GCAM à l'écoute des Fédérations interprofessionnelles de l'agriculture    Où va le Liban ?    Haboub Cherkaoui nouveau patron du BCIJ    Venant des Etats-Unis où il a été formé, Rayane Jamaï défendra les couleurs du MAS    Pour éviter les problèmes cardiaques : Dormez mieux !    Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine à Dakhla, une personne interpellée    Emirates Warriors : Jaafar Alaoui remporte le titre de la 14è édition    Mohamed El Guisser nouvel entraîneur du KACM    Le CCME lance une formation sur le plaidoyer au sujet du Sahara    Rencontre entre la FRMF et les clubs de la Botola sous le thème : "Les centres de formation des joueurs"    Refinancement bancaire : Le volume dépasse les 100 milliards DH    Le Président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez attendu au Maroc le 17 décembre    Supercoupe Africaine: El Ahly accueille la Renaissance de Berkane le 10 décembre au Caire    Chtouka Ait-Baha : des mesures pour atténuer les effets de la vague de froid    Entame réussie du TAS en Coupe de la Confédération    Mike Tyson, la vie par chaos    Nouvel échec pour Trump devant un tribunal de Pennsylvanie    Driss Lachguar : Le rôle joué par le Maroc pour instaurer la sécurité, la stabilité et la paix procure une immense et légitime fierté    Quatre startups marocaines nominées pour le World Summit Awards    Le président de la FRMF met en avant le rôle des centres de formation dans la promotion du football national    Evolution du coronavirus au Maroc : 4115 nouveaux cas, 353.803 au total, dimanche 29 novembre à 18 heures    Prolongation des mesures préventives contre la Covid-19 à Essaouira    Bouarfa : Suspension des examens de permis de conduire, à partir du 30 novembre    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    "Casarchives " , une exposition dédiée à la mémoire historique de Casablanca    La Jeunesse socialiste s'active sur le front de la diplomatie parallèle    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution    Dialogue inter-libyen à Tanger : Nouveau pas vers la grande réconciliation    Le dirham s'apprécie vis-à-vis du dollar du 20 au 25 novembre 2020    Maroc-Russie: un nouvel accord de coopération    Régularisation fiscale : Signature d'un accord entre l'ONIGT et la DGI    IB Maroc dévoile son chiffre d'affaires    L'UM6P et le CRI de Marrakech-Safi s'allient pour accompagner le tissu entrepreneurial    2.260 lits hospitaliers supplémentaires en 2021    La défense de l'intégrité territoriale fait partie intégrante des valeurs professionnelles authentiques de la presse    La diaspora marocaine manifeste à Paris en soutien à l'intervention marocaine à El Guerguarat    Une femme à la conquête du désert    Mahmoud El Idrissi, icône de la chanson marocaine, n'est plus    Communauté juive : Reconnaissance d'une marocanité...enracinée    Depuis El Guerguarat, la jeunesse istiqlalienne salue la décision déterminante du Souverain    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    Bourita : la réunion de la Chambre des représentants libyenne consultative a été une «réussite»    Niamey : Les ministres des AE de l'OCI saluent les efforts du Souverain pour la protection d'Al Qods    La seule école et troupe de cirque du Gabon lutte pour sa survie    Mais que fait l'actrice marocaine Sarah Perles avec la star de «La Casa De Papel» ? (PHOTO)    Etude d'impact patrimonial à Rabat : L'orientation de SAR Lalla Hasna comme soubassement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Egypte : Elections sur fond d'accusations de fraudes
Publié dans Libération le 30 - 12 - 2010

L'année 2010 s'achève pour l'Egypte sur une polémique autour de la crédibilité des législatives du 28 novembre et 5 décembre, marquées par une victoire écrasante du Parti national démocrate (PND- au pouvoir) et le retrait des principales forces d'opposition, le néo-Wafd et les Frères musulmans.
Ces élections ont permis au PND et à ses forces montantes de consolider leur domination parlementaire dans le cadre d'une Assemblée, qualifiée par les forces d'opposition de « docile pour préparer la présidentielle de 2011 ».
En chiffres, le PND a recueilli 420 sièges des 504 ouverts à la compétition électorale (le scrutin a été annulé pour 4 autres sièges). Il a raflé ainsi plus de 83 % des sièges, contre 34 % lors des législatives de 2005, renforçant sa domination sur une Assemblée où les islamistes sont désormais absents et l'opposition laïque marginalisée, sur fond d'accusations de « fraude massive » réfutées par le pouvoir.
Néanmoins, ce score se gonfle pour atteindre 93 % suite à un autre calcul qui compte les «indépendants PND », soit les membres du parti qui se sont représentés au scrutin en dehors de la liste officielle du parti.
Ce sont d'ailleurs ces « indépendants» qui ont permis au parti au pouvoir d'obtenir la majorité au Parlement il y a 5 ans, pour sauter à 70 %.
Selon certains observateurs, le pouvoir s'est « retrouvé dans l'embarras « suite à ces résultats vu ses faux calculs » Dans sa tactique interne, Le PND s'était fixé comme objectif de mettre sur les bancs l'opposition islamique, incarnée par les Frères musulmans, mais a fini par éliminer aussi l'opposition laïque. Les six partis politiques, qui ont réussi à mettre le pied sous la voûte, n'ont obtenu, tous rassemblés, que 15 sièges.
Le néo-Wafd, la principale formation libérale du pays, a décidé de suspendre ses membres élus (7 députés), suite à sa décision aux côtés du Nassérien et des Frères musulmans de se retirer de la course entre les deux tours.
La nouvelle chambre ne compte qu'un seul député issu des Frères musulmans, en procès interne avec le groupe, qui est interdit mais toléré, pour violation de la décision de la confrérie, qui détenait un cinquième des sièges dans l'Assemblée sortante.
En réaction à ces accusations de fraudes et d'irrégularités ayant entaché le processus électoral, le président égyptien Hosni Moubarak a souligné que des dépassements et des «attitudes négatives» ont été signalés chez certains candidats et partisans, faisant savoir néanmoins que les élections se sont déroulées, dans la plupart des circonscriptions « conformément à la loi et loin de toute violence et déviation ».
Attaquant les formations politiques ayant boycotté le scrutin, M. Moubarak a souligné qu'il aurait préféré que les partis de l'opposition obtiennent de meilleurs résultats.
« J'aurais préféré que les partis de l'opposition ne gâchent pas leurs efforts dans la polémique autour du boycott des élections, puisqu'ils y participent et qu'ensuite certains annoncent leur retrait en mettant en doute les résultats », a déclaré le président Moubarak devant les députés de sa formation.
Une vingtaine d'anciens députés égyptiens de l'opposition, candidats malheureux aux dernières législatives, ont annoncé à leur tour la création d'un « Parlement alternatif » pour protester contre ce qu'ils qualifient de « fraudes massives » lors de ces législatives.
Une trentaine de manifestants se sont joints aux anciens parlementaires, réclamant que le scrutin soit invalidé en arguant de fraudes massives.
Pour la Coalition indépendante pour l'observation des élections, « les violations ayant émaillé ces élections ramènent l'Egypte au moins quinze ans en arrière ».
Elle appelle le président Hosni Moubarak à dissoudre le nouveau parlement et tenir de nouvelles élections supervisées par un organisme budgétaire indépendant à même de faire respecter des règles minimales de transparence et d'équité.
Les appels lancés par l'opposition, des indépendants et des politiciens en faveur du président pour dissoudre le nouveau Parlement et tenir de nouvelles élections supervisées par les juges ont trouvé la sourde oreille.
Quelque 4.000 procès ont déjà été intentés contre le Parlement et ses membres accusant le régime et ses institutions, alors que les autorités se sont engagées à examiner les plaintes, en soulignant toutefois que ces fraudes « présumées « n'altéraient pas le résultat global des élections.
Nonobstant ces accusations et critiques concernant le processus électoral et qui ont fragilisé aux yeux de certains observateurs le pays, 2011 s'annonce, elle-aussi, comme une année charnière et riche en événements politiques pour un pays s'apprêtant à organiser l'élection présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.