La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Récital de poésie accompagné de violon à Rabat : Une combinaison haute en couleur
Publié dans Libération le 21 - 03 - 2009

Dans le cadre de la Journée mondiale de la poésie, l'Institut Cervantès de Rabat propose un récital de poésie accompagné de violon le jeudi 26 mars 2009 à la salle de conférences de l'Institut à 19h. S'y produiront les poètes José Luis del Puerto, Mario Lourtau López et Touria Majdouline et le violoniste, Manuel Guillén. A travers la lecture de ces poèmes en arabe et en espagnol, on rendra hommage à la poésie, qui célèbre, le 21 mars 2009, son dixième anniversaire, coïncidant avec l'arrivée du printemps.
José Luis del Puerto (Salamanque, 1953) est licencié en philologie romane de l'Université de Salamanque et professeur de langue et littérature de l'enseignement secondaire. Il est éditeur littéraire de ‘Encuentros. Revista de Literatura' et de Cuadernos del Noroeste, qui vient de sortir à Leon avec sept poèmes inédits de Juan Ramón Jiménez. Il est également chercheur de thèmes littéraires, avec des publications sur le Cancionero traditionnel, Fray Luis de León, San Juan de la Cruz, Miguel Hernández, María Teresa León, Rafael Alberti y José Ángel Valente, entre autres. Il fait aussi des recherches sur des thèmes ethnographiques et de la culture traditionnelle, par des publications sur les rites de fête et les légendes de tradition orale.
Parmi ses œuvres poétiques les plus récentes, on retient : «Paisaje de invierno» (1993, prix Ville de Ségovie de poésie), «Señales» (1997, prix de poésie Jaime Gil de Biedma), «Las sílabas del mundo» (1999), «De la intemperie» (2004) et «Proteger las moradas» (2008) et l'anthologie «Memoria del jardín» (2006). En plus de la traduction des poètes portugais de prestige, il a écrit des livres comme «Las cordilleras del alba» (1991) et «El animal del tiempo» (1999).
Mario Lourtau López (Cáceres, 1976), est licencié en philologie anglaise de l'Université d'Estrémadure. Il a publié des poèmes et des contes dans une anthologie intitulée « Antología de la poesía el relato » (2001/03), dans la revue culturelle Alcántar, dans la revue de l'Institut espagnol Juan de la Cierva de Tétouan (Maroc), ainsi que dans les revues des Instituts Melchor de Jovellanos d'El-Hoceïma (Maroc) et Juan Ramón Jiménez, de Casablanca, où il a aussi présenté des lectures poétiques. Ses poèmes ont été traduits en anglais et en arabe dans des revues comme «La bala de seda» et «La letra nazarí». Son premier recueil de poèmes «Donde Gravita el Hombre» (2008), est une œuvre qui a été finaliste du XXIIIe Prix Gerardo Diego pour les débutants. Certains de ses derniers poèmes ont été choisis pour faire partie de l'anthologie V « Cahier de professeurs poètes » (Ségovie, 2009), ainsi que de l'anthologie bilingue consacrée à l'olivier que publiera El País. Il est actuellement enseignant au Collège espagnol de Rabat (Maroc), où il a récité ses poèmes et collaboré avec la revue de Nouvelle création Bab Ar Ribat.
Touria Majdouline (Settat, 1960) est membre de l'Union des écrivains du Maroc et de la Maison de la Poésie. Elle est également membre de la Commission nationale marocaine de l'Unesco, ainsi que membre fondateur de l'Association « Des femmes créatrices de la Méditerranée », et présidente de l'Association Alternative sociale pour le développement culturel et social.
Elle compte à son actif plusieurs œuvres poétiques, traduites en anglais, français, italien et espagnol : «Des feuilles en cendres» (1993), «Lassitude» (2000), «Un ciel qui me ressemble» (2005) et «Quelle mémoire suffit?» (2008).
Elle a aussi publié une étude critique sur le poète marocain Mohamed Maimouni sous le titre « Rhétorique de la poésie ». Elle a pris part aux divers festivals et rencontres internationales tels : la conférence internationale pour la culture de la paix (Grèce, 2000), les Printemps des poètes (Paris 2003), et autres festivals de poésie en Espagne, Allemagne, Yémen, Egypte, Syrie et Jordanie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.